Biologie et Tiers-Lieux

De Movilab
Aller à :navigation, rechercher
Ampoule.png Cette page est une ébauche. Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant | Comment.png Découvrez comment contribuer au wiki Comment.png



Guide de référence et documentation
Page de référence sur la Biologie et la configuration en Tiers-Lieux            


       

Biodigesteur.jpg

Autres informations

Thème : Biologie"Biologie" n’est pas dans la liste (Gouvernance, Animation, Juridique, Economique, Communication, Gestion, Coworking, Fabrication, Alimentation, Mobilité, ...) de valeurs autorisées pour la propriété "Theme".
Tags : communs, biohackerspace, HackerSpace, écologie, activisme, sciences, environnement, santé, biologie, éducation populaire, biohacking
     

Acteurs qui utilisent ou souhaitent utiliser ce Commun :


Etapes de développement :





En configuration en tiers-lieux, Atelier « Biopanique cuisine et féminisme » à l'Hôtel Pasteur à Rennes en 2017, encadré par le Biome hackLab. Image qui illustre aussi la page Biologie Participative dans la Wikipedia Francophone


Ampoule.png Cette page est un guide de réfèrence. Axée sur l’information, elle décrit la conception réalisée. Elle vise l’exactitude, donc la vérification et l’ajout de sources, et à être complète grâce à vos contributions Comment.png.

Histoire

L'histoire de la biologie de l'antiquité à aujourd'hui est jalonnée de pratiques et de communautés hors des institutions.

Le mot et concept biologie lui arrive en 1766 par Michael Christoph Hanow ; puis en 1797 par les médecins Roose, Burdach et Treviranus (1800 -1802) puis par Lamarck (1800 - 1802) naturaliste, botaniste, zoologiste. Comme discipline scientifique.


« Le positiviste en biologie évite les concepts métaphysiques en opérant une

réduction dans ses questions. Ainsi, quand François Jacob déclare qu'on n'étudie plus « la vie » dans les laboratoires, on peut comprendre que le concept de « vie » s'apparente aux anciennes abstractions de la métaphysique. Que se passe-t-il dans les laboratoires ? On étudie des relations d'oxydoréductions, des méthylations, différentes réactions entre des molécules : mais voit-on jamais la « vie » ? Au lieu de la « vie », la biologie positive étudie les propriétés d'un des niveaux d'organisation caractéristiques du vivant (individus, tissus, cellules, molécules).
On pourrait convoquer d'autres exemples : la biologie étudia t-elle « l'animal » ou uniquement des

séquences d'action-réaction, des réflexes, des comportements stéréotypés ? Étudie t-elle « l'humain » ou seulement sa physiologie, ses comportements sociaux ? » »

— Métaphysique et biologie, par Thierry Hocquet dans précis de biologie | licence

Les sciences, dont la biologie, ont une histoire, des philosophies, et elles sont aussi un processus de création. Conçues comme un corpus des savoirs obtenus et validés elles peuvent être l'objet des études en Histoire, en sociologie et anthropologie, et en psychologie (par le processus de créativité).


« Après la Seconde Guerre Mondiale, les sciences ont acquis une force politique nouvelle, ce qui a mené les politologues ) s'interroger sur les rapports entre le pouvoir politique et la science[1] »

— Yves Gringas, Sociologie des sciences, Presses Universitaires de France, ed. 2020 | licence

La réappropriation de la biologie, de la santé, des sciences et des techniques par des communautés fut aussi le fait de personnes s'auto-organisant intentionnellement et visant à prendre en responsabilité politique leur conditions existantes.

L'histoire du Lincoln Detox Center, les black panthers et les young lords dans les années 1960 - 1970, concernant les épidémies de drépanocytoses, les free clinic[2] des Black Panthers[3], Les luttes contre les épidémies de drogues[4], étaient sont encore des repères et références en matière d’organisation collective de nouveaux modèles et d’essayer d’en faire quelque chose de positif.

Un droit peut être retiré, d'autant plus facilement lorsque le droit est captés par les valeurs religieuses qui conservent un poids social important lorsqu’elle réussissent à s’incarner dans des mouvements sociaux ou des partis politiques qui, une fois au pouvoir, peuvent reconfiner et reviolenter les femmes[5]

Un droit peut être retiré facilement d'autant plus lorsque la technique de mise en œuvre appliquée découlant de celui-ci est capté dans les mains d'une petite élite. C'est pour cela qu'après 1975, loi pour l'interruption volontaire de grossesse dite loi Veil, le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) a continué a enseigner et transmettre technique, méthode, protocole, d'avortement aux femmes[6]

En France, dans les années 1980, des autrices et auteurs de manuel scolaire pour l'enseignement de la biologie considéraient ses enseignements et ses pratiques hors des murs des institutions, tels « Un outil pour le travail en dehors de la classe. […] pour être plus disponible pour le travail de recherche »[7]

Le terme Biohacking, biologie à faire soi-même (Do It yourself Biologie), appairait en 1988[8][9][10].


« les gens se sont mis en état d'alerte. Il y avait des films sur les hackers. Peut-être que dans quelques années, il y aura des films sur des {bio-hackers} créant des monstres Frankensteiniens »

Everett Rogers, sociologue | licence

Dans la continuité des hackerspaces apparaissent alors les Biohackerspaces.

Dès le début de cette histoire de « biologie de garage » une accusation de « potentiel bioterrorisme »[11] est émise régulièrement sur ces nouvelles configurations.

Une réponse à cette accusation est parfois formulée ainsi, il n'est pas nécessaire de disposer d'un laboratoire d'armes biologiques pour fabriquer une maladie mortelle qui vous rendra plus riche ou célèbre. Il suffit d'avoir la position de force nécessaire pour refuser à une partie de votre population, voire à des continents entiers, la moindre miette de soins de santé. il est très facile de gagner lorsque vous pariez sur la « nature qui fait ce qu'elle veut ».

En 2010, Meredith L. Patterson déclame le Biopunk Manifesto

La culture scientifique est nécessaire au bon fonctionnement de la société moderne. La culture scientifique n’est pas un enseignement scientifique. Une personne formée aux sciences peut comprendre la science ; une personne ayant des connaissances scientifiques peut faire de la science. La culture scientifique permet à toutes celles et tous ceux qui la possèdent de contribuer activement à leurs propres soins en santé, à la qualité de leur nourriture, de leur eau et de leur air, à leurs interactions avec leur propre corps et au monde complexe qui les entoure.

Dans sa publication de recherche Gabriela A. Sanchez Barba, en 2014, rappelle les liens entre entre auto-détermination, organisation collective, et responsabilités face aux périls que nous devons affronter et aux legs que nous faisons aux générations suivantes.


« À l'heure des crises mondiales de catastrophes environnementales imminentes, y compris le changement climatique mondial, et d'un système inefficace et peu réactif pour développer des solutions urgentes, j'ai porté mon attention sur des alternatives qui promettent et pourraient potentiellement résoudre ces problèmes de manière plus rapide, moins chère, et de manière plus distribuée. Cette thèse est ma petite contribution à la compréhension de certains des efforts déployés par de nombreux individus et groupes qui travaillent ensemble pour produire un modèle de science plus ouvert et collaboratif qui pourrait conduire à une nouvelle ère de la science. plus ouvert et collaboratif de la science qui pourrait conduire à une planète plus équitable et durable.


J'espère que vous l'apprécierez et que vous en tirerez autant d'enseignements que moi. »

— Gabriela A. Sanchez Barba, 2014, "We are Biohackers: Exploring the Collective Identity of the DIYbio Movement" | licence

Voir également : Conférence « Le biohacking, le biopunk, le Do it yourself : petites histoires de libertés dans la cité »

En France

En 2008, Lors du 24ème Chaos Computer Congress (24c3), Drew Endy fait une conférence sur la programmation de l'ADN. Cet exposé a été conçu pour amorcer la communauté des (bio)hackers afin que nous puissions commencer à utiliser et à contribuer sur des parties biologiques standard à une collection open source de fonctions génétiques[12].

En 2010, le /Tmp/Lab propose ses premiers ateliers de biologie[13]

Le Biome Hacklab est lancé fin 2013 début 2014.

En 2014, lors de la Toulouse Hacker Space Factory :


« Les animations et les conférences démarrent à 14h et je commence l'après-midi par une intervention de Valentin Lacambre à THSF 2014 à propos des semences libres. Il fait le parallèle entre logiciels libres et semences, et ce n'est pas anodin, figurez-vous que l'agriculture paysanne et les développeurs de logiciels libres font face à des problèmes similaires. Si l'on ne devait retenir qu'une chose de sa conférence : quand vous allez acheter des graines, évitez les petits sachets dont le nom de la variété se termine par F1. Autre chose, vous avez aimé les OGM ? Vous adorerez la suite : la biologie synthétique. Pour un budget relativement modeste, chacun peut créer une boîte de biotechnologies dans son garage et s'amuser à créer des chimères à base de séquences ADN envoyées d'un ordinateur à des cellules souches via un port USB »

Asso Paulla | licence

Voir également : Enjeux critiques et Communs


« LA BASE est un laboratoire de biologie ouvert à tous permettant de briser le dogme d’un élitisme scientifique,

fondé sur le non accaparement des savoirs et la non propriété intellectuelle. Il permet de démocratiser les savoirs en les rendant digestes et accessibles, en créant des ateliers pratiques et des échanges autour de

différents projets, dans une perspective de santé pour tous, d’alimentation et énergétique. »

Fichier:Thsf press.pdf[14] | licence

Tant que le tiers-lieu, et ses configurations, est traité comme une marchandise, il a une valeur marchande qui est dissociée de sa valeur pour réunir les individus. Il est donc plus rentable pour une organisation de gestion des tiers-lieux de faire un stock et de se débarrasser des « non rentables » plutôt que de les considérer comme un droit fondamentale et inaliénable, au risque de "perdre" un client de financement, et de garder les entrepôts de projets pleins jusqu'aux limites des appels à manifestation d’intérêt et de jeter l'excédent, plutôt que de risquer de manquer de stock au moment venu et de devoir refuser des clients investisseurs.

Déclaration Universelles des droits humains des Nations Unies, Article 20

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.

2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Voir également :

<blabla…bla…bla>

Initiatives

  • L'UrsulaLab, en hommage à l'autrice Ursula Le Guin, à Bourges[15]. Et son biolab /bioart lab. Et des pratiques de narrations spéculatives

Ailleurs dans le Monde

Initiatives

  • Hackteria
  • DIY Biosphere
  • Counter Culture Labs

Notes et références

  1. R. Gilpin, American Scientists and Nuclear Weapons Policy, 1962 ; R. Gilpin, Science in the Age of the Scientific State, 1968
  2. Black Panther Party’s Free Medical Clinics (1969-1975)
  3. "Street medics" : les Black Panthers derrière le sérum physiologique aux "gilets jaunes", France Culture, 2019
  4. DETOX CENTER – Interview avec Vicente « Panama » Alba (2013)
  5. « Théorie générale de la Magie », Marcel Mauss, avec les pieds (partie 1) Xavier Coadic, 2022
  6. La circulation transnationale du self-help féministe : acte 2 des luttes pour l’avortement libre ?, Lucile Ruault, 2016
  7. Biologie, 1er AB, Préface, collection Tavernier, Édition Bordas, 1982.
  8. Forum: Roses are black, violets are green - The emergence of amateur genetic engineers https://www.newscientist.com/article/mg12516984-100-forum-roses-are-black-violets-are-green-the-emergence-of-amateur-genetic-engineers/, New Scientist, consulté le = 2015-10-25.
  9. Biotechnology education : a resource for teachers and students in the biological sciences.https://www.worldcat.org/title/biotechnology-education-a-resource-for-teachers-and-students-in-the-biological-sciences/oclc/802698406, ISSN=0955-6621
  10. Everett Rogers, Playing god in your basement. https://www.washingtonpost.com/archive/opinions/1988/01/31/playing-god-in-your-basement/618f174d-fc11-47b3-a8db-fae1b8340c67/ Michael Schrage, 31 janvier 1988 − The Washington Post.
  11. Voir Critiques du biohacking dans la Wikipedia]
  12. 24C3 Hacking DNA
  13. Workshop Biologie Synthétique et BioHacklab
  14. Programme sur le site web du THSF
  15. Makery Novembre 2021