Biologie et Tiers-Lieux

De Movilab.org

Ampoule.png Cette page est une ébauche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Support : Le portail dédié à la documentation et aux codes sources




Guide de référence et documentation
Page de référence sur la Biologie et la configuration en Tiers-Lieux            


     

Biodigesteur.jpg

Autres informations

Thème : Biologie
Tags : communs, biohackerspace, HackerSpace, écologie, activisme, sciences, environnement, santé, biologie, éducation populaire, biohacking
     

Acteurs qui utilisent ou souhaitent utiliser ce Commun :


Etapes de développement :





En configuration en tiers-lieux, Atelier « Biopanique cuisine et féminisme » à l'Hôtel Pasteur à Rennes en 2017, encadré par le Biome hackLab. Image qui illustre aussi la page Biologie Participative dans la Wikipedia Francophone


Ampoule.png Cette page est un guide de réfèrence

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
axé sur l’information, décrit la conception réalisée. Elle vise l’exactitude, donc la vérification et l’ajout de sources, et recherche à être complète. Elle est semblable à un article d’encyclopédie de référence. Exemple : Wikipedia
Répertoire: Toutes les pages de ce wiki de type Guide de Référence
Support : Le portail dédié à la documentation et aux codes sources

Histoire

L'histoire de la biologie de l'antiquité à aujourd'hui est jalonnée de pratiques et de communautés hors des institutions.

Le mot et concept biologie lui arrive en 1766 par Michael Christoph Hanow ; puis en 1797 par les médecins Roose, Burdach et Treviranus (1800 -1802) puis par Lamarck (1800 - 1802) naturaliste, botaniste, zoologiste. Comme discipline scientifique.


« Le positiviste en biologie évite les concepts métaphysiques en opérant une

réduction dans ses questions. Ainsi, quand François Jacob déclare qu'on n'étudie plus « la vie » dans les laboratoires, on peut comprendre que le concept de « vie » s'apparente aux anciennes abstractions de la métaphysique. Que se passe-t-il dans les laboratoires ? On étudie des relations d'oxydoréductions, des méthylations, différentes réactions entre des molécules : mais voit-on jamais la « vie » ? Au lieu de la « vie », la biologie positive étudie les propriétés d'un des niveaux d'organisation caractéristiques du vivant (individus, issus, cellules, molécules).
On pourrait convoquer d'autres exemples : la biologie étudia t-elle « l'animal » ou uniquement des

séquences d'action-réaction, des réflexes, des comportements stéréotypés ? Étudie t-elle « l'humain » ou seulement sa physiologie, ses comportements sociaux ? » »

— Métaphysique et biologie, par Thierry Hocquet dans précis de biologie | licence

Le terme Biohacking, biologie à faire soi-même (Do It yourself Biologie), appairait en 1988[1][2][3].


« les gens se sont mis en état d'alerte. Il y avait des films sur les hackers. Peut-être que dans quelques années, il y aura des films sur des {bio-hackers} créant des monstres Frankensteiniens »

Everett Rogers, sociologue | licence

Dans la continuité des hackerspaces apparaissent alors les Biohackerspaces.

Dès le début de cette histoire de « biologie de garage » une accusation de « potentiel bioterrorisme »[4] est émise régulièrement sur ces nouvelles configurations.

En 2010, Meredith L. Patterson déclame le Biopunk Manifesto


« À l'heure des crises mondiales de catastrophes environnementales imminentes, y compris le changement climatique mondial, et d'un système inefficace et peu réactif pour développer des solutions urgentes, j'ai porté mon attention sur des alternatives qui promettent et pourraient potentiellement résoudre ces problèmes de manière plus rapide, moins chère, et de manière plus distribuée. Cette thèse est ma petite contribution à la compréhension de certains des efforts déployés par de nombreux individus et groupes qui travaillent ensemble pour produire un modèle de science plus ouvert et collaboratif qui pourrait conduire à une nouvelle ère de la science. plus ouvert et collaboratif de la science qui pourrait conduire à une planète plus équitable et durable.


J'espère que vous l'apprécierez et que vous en tirerez autant d'enseignements que moi. »

— Gabriela A. Sanchez Barba, 2014, "We are Biohackers: Exploring the Collective Identity of the DIYbio Movement" | licence


En France

En 2008, Lors du 24ème Chaos Computer Congress (24c3), Drew Endy fait conférence la programmation de l'ADN était. Cet exposé a été conçu pour amorcer la communauté des hackers afin que nous puissions commencer à utiliser et à contribuer des parties biologiques standard à une collection open source de fonctions génétiques[5].

En 2010, le /Tmp/Lab propose ses premiers ateliers de biologie[6]

Le Biome Hacklab est lancé fin 2013 début 2014.

En 2014, lors de la Toulouse Hacker Space Factory :


« Les animations et les conférences démarrent à 14h et je commence l'après-midi par une intervention de Valentin Lacambre à THSF 2014 à propos des semences libres. Il fait le parallèle entre logiciels libres et semences, et ce n'est pas anodin, figurez-vous que l'agriculture paysanne et les développeurs de logiciels libres font face à des problèmes similaires. Si l'on ne devait retenir qu'une chose de sa conférence : quand vous allez acheter des graines, évitez les petits sachets dont le nom de la variété se termine par F1. Autre chose, vous avez aimé les OGM ? Vous adorerez la suite : la biologie synthétique. Pour un budget relativement modeste, chacun peut créer une boîte de biotechnologies dans son garage et s'amuser à créer des chimères à base de séquences ADN envoyées d'un ordinateur à des cellules souches via un port USB »

Asso Paulla | licence


« LABASE est un laboratoire de biologie ouvert à tous permettant de briser le dogme d’un élitisme scientifique,

fondé sur le non accaparement des savoirs et la non propriété intellectuelle. Il permet de démocratiser les savoirs en les rendant digestes et accessibles, en créant des ateliers pratiques et des échanges autour de

différents projets, dans une perspective de santé pour tous, d’alimentation et énergétique. »

Fichier:Thsf press.pdf[7] | licence


<blabla…bla…bla>

Initiatives


Ailleurs dans le Monde

Notes et références

  1. Forum: Roses are black, violets are green - The emergence of amateur genetic engineers https://www.newscientist.com/article/mg12516984-100-forum-roses-are-black-violets-are-green-the-emergence-of-amateur-genetic-engineers/, New Scientist, consulté le = 2015-10-25.
  2. Biotechnology education : a resource for teachers and students in the biological sciences.https://www.worldcat.org/title/biotechnology-education-a-resource-for-teachers-and-students-in-the-biological-sciences/oclc/802698406, ISSN=0955-6621
  3. Everett Rogers, Playing god in your basement. https://www.washingtonpost.com/archive/opinions/1988/01/31/playing-god-in-your-basement/618f174d-fc11-47b3-a8db-fae1b8340c67/ Michael Schrage, 31 janvier 1988 − The Washington Post.
  4. Voir Critiques du biohacking dans la Wikipedia]
  5. 24C3 Hacking DNA
  6. Workshop Biologie Synthétique et BioHacklab
  7. Programme sur le site web du THSF