Organisation et structuration des réseaux de tiers-lieux

De Movilab
Aller à :navigation, rechercher

Cette page décrit les modes de fonctionnement des différents réseaux de tiers-lieux ; les modalités de travail et de collaboration.

Délégations de pouvoirs, mandats aux membres du collectifs.[modifier | modifier le wikicode]

Modèles et Exemples[modifier | modifier le wikicode]

Réseau Grand Est : Délégation contributeurs de réseau régional

Réseau SUD Tiers-Lieux (PACA) : convention de contribution et corémunération à signer entre le réseau régional et les tiers-lieux volontaires

Des salarié.es en réseau ?[modifier | modifier le wikicode]

Faut-il des salarié.es pour maintenir le réseau ? Si une personnes salariés est souvent vu comme nécessaire pour maintenir la stabilité du réseau, c'est aussi une charge de travail. A l'inverse, un réseau sans salarié.es permets de laisser la place à de possible contributeur.ices, mais en revanche, cela oblige si il y a peut de membres actifs à faire de nombreuses tâches.

En lien, les contributions sur le forum : Des salarié.es dans les réseaux?
Des salarié.es dans les réseaux?
  • Créé le

    8 juin 23
  • Dernier post

    22 juillet 23
  • 3

    réponses

  • 429

    vues

  • 2

    participants

  • 10

    J'aime

Témoignages[modifier | modifier le wikicode]

témoignage d'un.e contributeur.e au sein du réseau RELIEF mais qui ne constitue pas la voix du réseau, seulement une contribution à la réflexion sur le sujet.


"A titre d'exemple dans le réseau Relief, seul réseau sans salarié.es et donc uniquement sous format de contribution, j'observe, que :

  • le fonctionnement sans salarié.es et en budget contributif permet de laisser une plus grande place à des nouveaux et nouvelles arrivant.es. Le fait qu’il n’y ait pas de personnes salariées qui occupent une mission permet d’embarquer des personnes non prévues selon leurs envies et leurs compétences.
  • En revanche, cela fait aussi peser le poids de la pérennité du réseau sur un petit cœur actif non stabilisante. On demande une sorte d’engagement moral sans pouvoir garantir une stabilité financière ni même opérationnelle (car un projet commencé peut retomber aussi vite mettant un porte-à-faux la personne engagée/soucieuse). Il y a parfois (souvent ?) friction entre cette responsabilité tacite et l’énergie et la disponibilité de ce petit groupe de personnes.
  • En revanche, le fait de ne pas avoir de salarié.es fait que la possibilité de pérennisation du réseau est pensée en fonction des envies, disponibilités et intérêts de ces membres. Il y a moins de charges à payer et pas de course à la subvention pour chercher de quoi maintenir une personne qui est aujourd’hui dépendante du réseau. Et ainsi, c’est plus un modèle économique par projets / services / communs qui est cherché. A titre d’exemple, dans la commission SI&Doc de Relief, comment maintenir les outils déployés par le réseau en fonction des compétences en présence et acteur.ices intéressé.e.s et disponible.s et non en fonction des personnes qui facturent cette commission aujourd’hui.

Plus globalement, j'observe qu'une logique directive en amont bride pas mal l’émergence d’un faire Tiers-Lieux.

  • Le salariat est une logique directive selon moi au sens où cela flèche dès le départ les personnes (ou un partie) qui prendront part au réseau ou projet ce qui n’est pas forcément compatible à l’imprévu en fonction des événements et réactions.
  • La logique de projet dans des appels à projets ou financement conditionnés à des livrables figés est aussi une logique directive car cela induit la finalité du processus sans tenir compte de ce qui peut se produire en cours et en fonction de ce qui émerge.

Le processus de Faire Tiers-Lieux ne se décide pas mais se fait justement avec l’énergie de personnes / territoires / intentions extérieurs qui entrent en résonance sur un moment. Toute la difficulté du financement voir de la redistribution de financement pour les réseaux c’est d’arriver à laisser la place à ces acteur.ices extérieur.es (=/= salariat) et à ces moments peu prévisibles de synchronisation de personnes (=/= logique de projet), et donc ne pas occuper/empêcher cet espace par une logique directive qui guide une certaine route à suivre."


Témoignage d'un contributeur.ice

"Salariat ou contribution, tout dépend de ce que l’on fait, et surtout, comment on le fait ! Tu peux avoir une forme d’organisation avec des salariés parce que la situation (financement notamment) te l’impose, mais ça ne change pas le fond. Sur la logique de projet, personnellement je trouve que ce sont les projets qui nous rassemblent. Est ce que « Faire Tiers Lieux » n’est pas en soit un projet de vivre ensemble ? Et donc un projet autour duquel nous allons tenter de collaborer, d’avancer ensemble, voire même de nous éprouver ensemble… En ce qui concerne les financements conditionnés, je comprends totalement. Il serait préférable d’être reconnu d’utilité publique, et d’avoir les financements qui vont avec. Car clairement, il y a des compétences et du temps investis dans les Tiers - Lieux (et dans les Communs) qui méritent de vivre sans avoir à devoir quémander ou faire autre chose…"

 Témoignage d'un contributeur.ice

"Je pense que le Tiers-Lieu dans sa forme « œuvre commune » ne peut posséder de salariés sans se détourner de sa raison d’être - car beaucoup de lieux se retrouvent sous pressions économique car souhaitant sécuriser les salaires de ses membres… le TL devient responsable de la rémunération personnelle de certains : comment cela ne pourrait pas créer des jeux de pouvoir ? Il y a dans les logiques de CAE et SCOP, ou juste dans une vision de l’émancipation individuelle par la mutualisation des « trucs chiants », un fort potentiel de robustesse pour les modèles économiques de chaque individu. Rendre autonome un lieu, c’est rendre autonome ses membres. Et du coup : les réseaux régionaux font leur choix de fonctionnement nourrit de leurs expériences de terrains. Des échanges avec les autres réseaux. Qu’en est il des salariés ANTL ? As t on besoin de salariés sur FTL - si oui pour quels besoins non couvert par des acteurs existants - ou d’autres manières de faire ensemble sont possibles ? (Hors lourdeur de l’ interventionnisme d’Etat, garder de l’agilité)"


Retour d'expérience[modifier | modifier le wikicode]

  • Paca

Processus de validation trimestriel sur le budget de l'action contributive (inspiré de la Compagnie des Tiers-Lieux) : les Entretiens de TL à TL Pour la saisie des budgets utilisation de Loot

  • Corse

Posture de salarié unique entraine une posture de validation et d'approbation (pas forcément souhaitable)

Soutenir Movilab

Vous pensez que nous allons dans le bon sens ? Si vous en avez l'envie nous vous invitons à nous rejoindre ou à faire un don.