Discussion:Vie associative à Zoomacom2

De Movilab
Aller à :navigation, rechercher

Dégooglisons Zoomacom ?[modifier le wikicode]

(Dans le cadre d'un travail sur la vie associative au sein de Zoomacom, impliquant des réfléxions sur les usages du numérique, en milieu associatif, et les Biens Communs)

Voir aussi : "Le logiciel libre comme fer de lance des biens communs numériques", par Stéphane COUTURE, le 3 novembre 2014, sur Ritimo.

Zoomacom en tant que centre ressource[modifier le wikicode]

! Zoomacom est un centre ressources amené à travailler avec toutes sortes d'acteurs et que nous n'avons pas vocation à être prescripteur de tel ou tel usage, mais bien d'ouvrir les gens à toutes les possibilités.

! Zoomacom est un laboratoire d'usages et par conséquent tester de nouveaux services fait partie de ses missions et de ses pratiques. Même si ces services sont ceux de Google, Microsoft et autres.

Zoomacom en tant que structure engagée et militante[modifier le wikicode]

Si individuellement des salariés et des bénévoles de l'association font la démarche de limiter leur recours aux GAFAM, pour leurs usages personnels et/professionnels, il n'y a pas réellement de recommandation et encore moins de prescriptions et de procédures formelles discutées et mises au point collectivement.

Il s'agit plutôt d'une "culture" plutôt bien partagée. Si tout le monde semble être bon croyant, certains sont plus pratiquants que d'autres.

Notez que parmi les valeurs de l'association, affichées publiquement sur son site web depuis des années, figure la Valeur 4 : Culture et logiciels libres: L’association véhicule et développe la culture des formats libres et ouverts que ce soit en termes de contenus ou de contenants.


ID : Et si on commençait une vraie campagne, documentée, "Dégooglisons Zoomacom" ?

Dégooglisons Internet[modifier le wikicode]

Dégooglisons Internet = une initiative du réseau Framasoft en faveur d’un internet libre, décentralisé, éthique et solidaire

Quels sont les enjeux ?[modifier le wikicode]

Ces dernières années ont vu se généraliser une concentration des acteurs d’Internet (Youtube appartient à Google, WhatsApp à Facebook, Skype à Microsoft, etc.). Cette centralisation est nuisible, non seulement parce qu’elle freine l’innovation, mais surtout parce qu’elle entraîne une perte de liberté pour les visiteurs. Les utilisateurs de ces derniers services ne contrôlent plus leur vie numérique : leurs comportements sont disséqués en permanence afin de mieux être ciblés par la publicité, et leurs données - pourtant privées (sites visités, mails échangés, vidéos regardées, etc.) - peuvent être analysées par des services gouvernementaux.

La réponse que souhaite apporter Framasoft à cette problématique est simple : mettre en valeur, pour chacun de ces services privateurs de liberté, une alternative Libre, Ethique, Décentralisée et Solidaire.

En savoir plus degooglisons-internet.org

Extrémisme, intransigeance, intolérance[modifier le wikicode]

(Éléments de réflexion)

Forbidden Research Welcome and Introduction: Cory Doctorow[modifier le wikicode]

opentranscripts.org/transcript/forbidden-research-welcome-and-introduction-cory-doctorow

(...)there’s this great project under way today to re-decentralize the Internet. But if we’re going to do that we also need to figure out how to prevent it from de-re-decentralizing. We need rules to guard us from our future selves and the moments of weakness that we’ll have. The rules that we make today when we’re pirates to guard us from the admirals that some of us will inevitably become.

So I propose a couple of rules. The first one is that computers should always obey their owners. When a computer gets a message from a remote party and that contradicts what the person who owns the computer wants it to do, the person should always win. And the second one is that true facts about computers should always be legal to disclose, especially about their security vulnerabilities.

So how do we make those stick? Well, we can build them into our license terms and conditions of membership into our consortia. We can make them conditions of regulatory approval. We can say that if the FDA’s going to bless your medical implant, they have to bind the company that makes it not to invoke laws that prevent disclosure or owner override over their devices. We can incorporate them into the definition of open standards.

Your own rule-breaking needs to have principles like these, these simple minimum viable abroad agreements. The rules for rule-breaking. The principles so hardline that they call you an extremist. In fact, if they’re not calling you an extremist, you’re probably not doing it right. And you will need Ulysses pacts. You’ll need tools to stop you from becoming compromised when you get old and tired.

The werewolf’s sin is not turning into a werewolf, it’s failing to lock himself in the basement when the full moon comes. Your trick will not be to stay pure. Your trick will be to anticipate the moments of weakness in the future and to make sure that you can guard yourself against them.

Le plus intolérant l’emporte toujours : la dictature de la plus petite minorité[modifier le wikicode]

Le plus intolérant l’emporte toujours : la dictature de la plus petite minorité, par Hubert Guillaud, le 01/12/2016 sur Internetactu.net


Il ne s'agit pas (encore) de l'appliquer de Zoomacom. C'est un sujet que je pense que Louis pourrait mettre sur le tapis dans ses rapports avec le CA et les bénévoles de l'association, c-à-d ceux qui sont censés être plus portés sur le côté militant que sur le côté opérationnel au quotidien (qui est le boulot des salariés). Il s'agit, pour l'instant de quelque chose à discuter, pas à décréter.

Liens externes[modifier le wikicode]

Ce texte analyse les dimensions politiques, économiques et relationnelles de Koumbit, un groupe québécois de travailleurs-euses en informatique qui fournit notamment des services web pour les groupes associatifs et militants du Québec. Le mode d’organisation de ce groupe s’inspire du modèle du logiciel libre, des théories de l’économie participative et anticapitaliste, ainsi que des pratiques anarchistes et autogestionnaires. Ses pratiques organisationnelles ont notamment été documentées en ligne par le groupe lui-même au sein d’un wiki, mais aussi par plusieurs études sociologiques. Ce souci de transparence et de mise en partage, combiné à une attention du groupe pour le bien-être nous porte à croire que Koumbit conçoit le travail comme un objet de bien commun. Nous pourrions y voir une façon d’encourager une amélioration des conditions de travail en informatique.
Sommaire de l'article: La constitution de Koumbit, un milieu de travail politisé au service d’un Internet solidaire | L’ouverture processuelle comme militantisme | Vers une attention au bien-être | Conclusion : le travail en informatique comme bien commun