Comment mêler enjeux environnementaux et économiques ? Eléments de réponse à travers le cas monégasque

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :


Comment mêler enjeux environnementaux et économiques ? Eléments de réponse à travers le cas monégasque.

Notre dossier de production

Notre reportage

Aide pour les jardiniers wiki au lien suivant

Nous tenons à remercier chaleureusement lister ici les personnes interviewées, avec leur fonction et le nom de l'organisation pour laquelle il/elle travaille

Notre article journalistique sur la problématique

Comment associer performance économique et performance durable ? Elément de réponse à travers le cas monégasque.


Notre volonté première était de donner un sens à cette notion de performance durable, notion qui peut paraître floue au premier abord mais qui est le cœur de notre projet. C’est pourquoi nous avons cherché à analyser et approfondir cette notion avec les personnes ayant participé à notre projet afin de déterminer ce qu’est véritablement la performance durable. Nous avons alors découvert que celle-ci met en tension différents défis qui nous sont apparus comme emblématiques de la société actuelle : débat autour du développement durable et de sa nécessité, impact des politiques économiques et managériales des entreprises sur le développement durable qui induit l’apparition de cette notion de « performance durable ».

Cette performance durable, que l’on pourrait définir comme la volonté d’associer performance économique et éthique environnementale saine à long terme, est un véritable enjeu pour les entreprises et Monaco, par le biais de la volonté princière très active pour promouvoir le développement durable sans entraver la performance économique, l’a depuis longtemps intégré dans son mode de fonctionnement. En effet, le débat performance économique/ performance durable est un enjeu particulier pour Monaco qui a toujours soutenu les projets innovants en matière de développement durable soit par le biais d’investissements, soit par un assouplissement des démarches administratives en faveur d’une entreprise proposant un projet attrayant (l’exemple de la SBM non évoqué dans la vidéo est assez parlant : l’entreprise, très présente dans le Bâtiment à Monaco, a décidé d’inscrire son projet à long terme dans une politique de développement durable et de respect des normes environnementales et a reçu le soutien du palais princier pour cet engagement). Une question se pose alors : Les entreprises ont-elles un véritable intérêt à promouvoir la performance durable ? Ou ne serait-ce qu’une question d’image afin d’accéder à de nouveaux marchés et de promouvoir sa marque autour d’un discours de façade ?

Lors de nos différents entretiens, il est apparu clair que les enjeux économiques actuels sont tels que si le développement durable est important, il ne peut être dissocié de la performance économique qui passe avant tout. En effet, le cas monégasque a permis de montrer que les entreprises en bonne santé financière, donc en capacité d’investir dans des projets de développement durable, avaient beaucoup plus de facilité à impulser des politiques de performance durable en étant notamment soutenu financièrement par le pouvoir princier alors qu’elles n’en auraient pas forcément besoin. Il y a par conséquent l’intervention de l’image positive et attractive à renvoyer car une entreprise soutenue par le palais monégasque est forcément mieux vue par ses partenaires ou ses clients potentiels. Cependant, force est de constater que l’investissement des pouvoirs publics monégasques dans le secteur du développement durable n’est pas un leurre et qu’il existe une réelle volonté de « récompenser » les entreprises mettant la performance durable au centre de leurs préoccupations.

Cet engagement, s’il est positif et gage de volonté, pose une autre question, plus globale : Pour promouvoir une politique de performance durable, est-il nécessaire d’impliquer les pouvoirs publics ? Ne peut-il pas y avoir de projets viables et vertueux au sein d’une entreprise autonome ? Certes, les subventions étatiques sont là pour aider les entreprises ayant un projet innovant que ce soit dans le développement durable ou ailleurs. Pour autant, il faut rappeler que la réussite d’un tel projet dépend avant tout de l’investissement, pas forcément financier, mis par l’entreprise qui décide de le développer. Investissement qui ne doit pas être uniquement guidé par la volonté de promouvoir son image mais bien de donner l’impulsion à un véritable projet de performance durable à long terme. Tel est l’objectif vers lequel toute entreprise doit tendre afin d’associer performance économique et volonté d’assurer l’avenir de notre planète.


« Une nouvelle solidarité voit le jour, elle aussi sera planétaire car il s’agit du destin de l’Humanité» [S.A.S. le Prince Albert II]

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

En quoi ce cours vous donne-t il une nouvelle compréhension du business en général ? Et plus largement de la société ?

Ce cours a été très utile afin de mieux comprendre les nouveaux enjeux du management aujourd’hui dont le développement durable est parti prenante. En effet, le business actuel prend de plus en plus en compte les outils à même de rationaliser les comportements managériaux et tendre vers un business plus « propre » ne peut que qu’aider à la performance. Cette performance, appelée performance durable, est dorénavant une donnée importante dans le business de nos jours et les entreprises ne l’ayant pas compris se ferment d’elles-mêmes de nouveaux horizons et de nouveaux marchés. L’exemple de Monaco nous l’a d’ailleurs bien confirmé. De plus, on ne parle pas seulement d’évolution de business, on parle aussi plus largement de bouleversement de société. En effet, la performance durable, si elle est un élément fort de développement économique de nos jours, ne peut être réduite à cela. Elle résulte d’un profond changement dans la manière de la société de percevoir le monde du business. Ce monde n’est plus ou ne doit plus être coupé du reste mais au contraire intégrer cette notion de performance durable. Ce qui implique une certaine ouverture et la volonté de se confronter à de nouveaux enjeux de société. Gageons que ce cours a au moins permis aux étudiants y ayant participé de s’en rendre compte.

Qu'avez vous le plus appris dans ce cours ? Formulez les compétences acquises

Ce cours ne m'a pas appris grand-chose comparé à mes connaissances initiales. Je ne vois pas ce que Skema m'a appris dans ce travail, puisque la seule chose qui nous a été donné, ce sont des consignes, pas des formations pour réussir cette épreuve. Cependant je distingue deux points dans lesquels une formation de la part de Skema aurait été la bienvenue : Montage vidéo : En ce qui concerne le montage vidéo, sans prendre des cours ou avoir déjà des bases avant d'entrer à Skema, il est très difficile de faire quelque chose de qualité. Développement durable : Avoir un vrai cours, réparti sur quelques amphis, avec éventuellement un ou deux TD pour découvrir et comprendre ce qu'est le développement durable. Enfin, à propos du démarchage des contacts, nous avons utilisé les voies habituelles et nos réseaux personnels. Les difficultés rencontrées ont toujours été les mêmes, prévues depuis le début : un délai d'attente conséquent entre la prise de contact et l'entretien. De plus nous avons été contraint de ne pas aller en cours afin de mener à bien notre reportage à temps.

Comment avez-vous vécu cette nouvelle expérience d'apprentissage ? De qui avez-vous le plus appris ?

Malgré les inconvénients présents lors de ce cours et de la réalisation des tâches à effectuer (reportages, prises de rendez-vous, interviews), on peut tout de même dire que cela était intéressant. Même si avoir des cours, formations auraient été favorables en terme d’apprentissage. Nous avons appris par notre biais, technique originale d’apprentissage mais insuffisante. Enfin nous avons bien plus appris de par nous-même au travers de nos démarches et des choses à réaliser et des interrogés lors de nos entretiens que par les amphis et le corps professoral.

A quel pourcentage estimez vous avoir utilisé les ressources du wiki et les liens associés ? Pourquoi une si faible utilisation ?

Parmi les ressources globales disponibles sur le wiki je suppose n’en avoir utilisé qu’une faible partie, peut être entre 1 tiers et 50% même si cela reste difficilement quantifiable. Cependant j’ai utilisé toutes les ressources disponibles et utiles pour la réalisation de notre projet sur le wiki. Que cela soit au niveau des ressources propres ou des liens associés. Cette si faible utilisation est assez facilement explicable. En effet, ce cours n’a pas été organisé de façon optimale. C’est à dire qu’il n’a pas pris en compte le reste de notre vie académique. Nous avons eu très peu de temps pour réaliser nos projets, avec parfois des deadlines assez courtes et la fin du nos projets coïncide avec la fin de pleins d’autres projets dans d’autres matières. Le temps et la surcharge de travail sont donc les principaux responsables de cette si faible utilisation des ressources du wiki et des liens associés.

Ce cours a t il eu une influence sur vos pratiques collaboratives intra et inter groupes ? Quel a été l'apport de la bourse aux compétences ? Comment ont elles circulées ?

L’influence de ce cours sur nos pratiques collaboratives à l’intérieur du groupe était limitée. Nos pratiques en matière de communication entre les membres du groupe reposaient sur l’usage de réseau social plutôt que de courriel. Nous n’avons pas utilisé au sein du groupe de plateformes collaboratives particulières. En revanche, cours a influencé nos pratiques collaboratives intergroupes. Notre utilisation de la Skembank, certes limitée, contribuait à renforcer cette collaboration intergroupe. Un échange sur cette interface a eu lieu notamment lorsque nous avons rencontré des difficultés pour insérer un document sur notre page Wiki. Un autre groupe proposait une solution à ce problème dans une annonce postée sur la Skembank . Nous avons pu obtenir leur astuce en les payant en skem. Il n’y a pas eu de réelle circulation des compétences. Nous nous sommes appuyés sur nos compétences antérieures au début du cours. Une plus grande utilisation de ces plateformes collaboratives aurait pu être envisagée afin d’aboutir à un résultat peut-être plus approfondi.

Quelles sont vos critiques et suggestions d'amélioration pour ce cours ?

En premier lieu je tiens à pouvoir vous remercier pour la découverte de ce cours et d’une thématique peu énoncée en école de commerce. Concernant le cours de performance durable nous restons sur notre faim. Nous ne pouvons pas produire un travail de qualité si le temps imparti est trop faible. Dans un notre cas nous avons souhaité pouvoir avoir 3 personnes ayant toutes les qualités pour pouvoir apporter une vision clefs de l’aspect managérial et du développement durable. Les critiques sont multiples sur ce cours : Le temps imparti est trop faible pour mêler gestion de forme et fond. Si vous souhaitez une vidéo avec des effets spéciaux des thématiques bâclées mais une forme tout à fait convenable alors ce cours à une utilité sommaire. Pour pouvoir véritablement développer un aspect instructif pour les étudiants il faudrait pouvoir combiner condition de fond et de forme pour qu’à la fin on ne reste pas sur un sentiment d’inachevé. Mettre l’accent sur les réels enjeux du développement durable et non sur un ramassis de chose qui ne sont pas en concordance avec nos propos. Un développement plus synthétique en début d’année pourrait permettre de dégager de réelle chose pour développer de multiples relations en lien avec le cours. Il faudrait plus de professeurs tuteurs pour davantage d’interaction et une meilleure diffusion de l’information entre les différentes parties pour atteindre la problématique de fond posée par le professeur. Le dynamisme est rompu par la longueur du cours une matinée est nécessaire puis une demi-journée uniquement avec les jardiniers.


Retour vers la page d'accueil du cours