'''Comment un acteur de la grande distribution tel que Auchan parvient-il à concilier offre de biens d'équipements et d'électroniques avec empreinte environnementale et responsabilité écologique ?'''

De Movilab.org


Sujet : Grande distribution et consommation de masse de l'offre électronique où en est l'avancé écologique?

Professeurs référants :Laurence Berlie et Sophie Charles (performance-durable2013@skema.edu; laurence.berlie@skema.edu; sophie.charles@skema.edu)


Groupe 12

ROLE DANS LE GROUPE
NOM DE L'ETUDIANT(E)
EMAIL
Le référant caméraman
RONOT Raphaël
raphael.ronot@skema.edu
Le référant chargé de production
CRABOS Paul-Henri
paulhenri.crabos@skema.edu
Le référant journaliste
BROTONS Emilie
emilie.brotons@skema.edu
Le référant post-production
PIAGET Hugo
hugo.piaget@skema.edu
Le jardinier wiki
LEROY Johanna
Johanna LEROY
Le banquier du groupe
PIAGET Hugo
hugo.piaget@skema.edu

Présentation de notre problématique

D'après une étude (Sofincope), les français seraient près à dépenser 2000€ par an pour renouveler leur parc high-tech. En effet 32% disent changer de téléphone portable tous les deux ans, 56% tous les trois ans, et 59% remplacent leur ordinateur portable tous les 5 ans voir moins. Dans ce contexte de consommation de masse et d'éternel renouvellement des appareils par les constructeurs, il semble intéressant de se demander comment une enseigne de la grande distribution tel que Auchan peut concilier offre high-tech et empreinte environnemental.

C'est une question qui concerne tout le monde et dont chaque acteur de cette chaine de consommation se sent concerné. Nous voulons donc voir au travers de ce reportage les coulisses de la grande distribution et plus précisément Auchan qui propose toujours des avancés plus techniques les unes que les autres, OUI mais qu'en est il des stocks et de l'offre ancienne. Nous verrons aussi si il existe des limites à ce système de consommation. Nous pensons soulever une question d'actualité qui nous concerne tous.


Notre dossier de production

Lien vers notre dossier de production

Notre reportage


Nous tenons à remercier chaleureusement Yves Massart, responsable de la politique environnementale AUCHAN France, Frédéric Richard responsable technique AUCHAN Nice

DEEE d'AUCHAN : Entre rentabilité économique et responsabilité écologique

Problématique : Comment un acteur de la grande distribution tel que Auchan parvient-il à concilier offre de biens d'équipements et d'électroniques avec empreinte environnementale et responsabilité écologique ?

D’un regard global sur notre société, la consommation de masse amène les enseignes de grandes distribution à s’engager dans un processus de développement durable afin de palier les effets de cette consommation. Dans une stratégie d’alignement, chaque groupe met en place des actions pour prouver leur engagement envers l’environnement. Mais ces actions écologiques ont, pour certaine, un réel coût pour l’entreprise. C’est le cas de la collecte et du retraitement des déchets électriques et électroniques appelées DEEE, qui ont un réel cout pour l’entreprise. Et pourtant Auchan est obligé de répondre aux critères écologiques actuels par soucis d’image mais aussi pour être conforme aux règles établies. Comment l’enseigne parvient-elle donc à recycler ses déchets ? Comment celle-ci parvient-elle à compenser les pertes dues à leur retraitement ? Enfin, cette consommation de masse autour des DEEE subsistera-t-elle dans les années à venir ?

DEEE electroniques

Depuis quelques années Auchan se concentre sur le retraitement des déchets et cette notion prend une place importante dans sa stratégie. M Fréderic Richard, responsable techniques d’Auchan Nice affirme que cette démarche en faveur de l’environnement est influencée par la pression légale mais aussi les législations qui mettent en places des taxes obligeant les enseignes à recycler un maximum de déchets. En effet l’obligation est telle que Auchan se doit d’accepter de récupérer tout types de produits. En revanche, selon Yves Massart, Manager Environnement d’Auchan France, dans une stratégie de rentabilité, les déchets électroniques, communément appelés DEEE ne rapportent rien à l’entreprise, à l’inverse du carton et du plastique qui représente un gain d’argent à la revente engendrant une motivation plus poussée pour le recyclage de ce type de matériel.

Cycle de recyclage des DEEE

Le problème qui se soulève est concentré dans la question du renouvellement des objets électroniques guidé par l’obsolescence programmé qui a un impact important sur le retraitement de déchets toujours plus nombreux et massifs.

- La valorisation des déchets électroniques est elle possible dans le processus de recyclage ? La question est en fait de savoir si le coût engendré par le processus de recyclage sera un jour couvert par la rentabilité de ce même recyclage. Étant donné que les composants électroniques sont amenés à se raréfier, la priorité sera-t-elle donnée à une rentabilisation court terme peu soucieuse des déchets, ou les investissements porteront-ils une politique durable visant à pérenniser la valorisation des déchets d’équipement électroniques et électriques ?

- Est-ce qu’Auchan utilise sa politique environnementale comme base de sa stratégie de communication ou est-ce véritablement un engagement éthique propre à l’enseigne ?

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

En quoi ce cours vous donne t il une meilleure compréhension du business en général ? et plus largement de la société ?

Point de vu de johanna : Réaliser un reportage nous a permis de tous réellement nous investir et de rentrer au cœur du sujet. Même si nous nous sommes focalisé sur Auchan et plus largement sur la grande distribution, cela nous a permis de comprendre que le développement durable est aujourd’hui plus qu’un ‘jolie concept’ mais réellement une problématique prise en compte par nombreux acteurs économiques.

Paul-Henri : Ce cours permet de se concentrer sur un problème pertinent et actuel de notre économie. Je comprends maintenant mieux les enjeux d’une entreprise dans la grande distribution et les intérêts qui s’y attachent. Une entreprise engagée dans le développement durable est une entreprise en accord avec le développement de notre société et les valeurs qu’elle défend.

Raphael : Dans la mesure ou ce cours nous pousse à faire nos propres investigations directement au sein d'une entreprise en fonctionnement, son principal atout est de nous donner un aperçu réel et concret des problématiques auxquelles se confrontent quotidiennement les acteurs du business étudié. Les différentes recherches et interviews qu'impliquent ce cours nous aident à mieux comprendre les spécificités de tel ou tel département de l'entreprise tout en apportant une base de connaissances significative sur la situation concurrentielle et la politique interne propre à la société en question.

Hugo : Ce cours m’a donné une nouvelle compréhension du business en général, grâce premièrement, à notre propre projet. Nous avons pu avoir accès à une facette que nous connaissions peu d’Auchan, son côté développement durable. D’autre part, grâce aux vidéo des autres groupes et aux nombreuses problématiques, nous avons pu apprendre beaucoup sur le business et la société.

Emilie : J’ai pu découvrir l’envers du décor chez Auchan, que nous n’avons pas forcément la possibilité de découvrir et de comprendre dans la vie de tous les jours. Ce projet m’a donc permis d’avoir davantage d’explication concernant leur stratégie de rentabilité tout en se positionnant sur les règles environnementales auxquelles Auchan est confronté. J’ai pu découvrir que les différentes entreprises sont obligées de se plier aux lois concernant le développement durable, grâce notamment aux différents projets des différents groupes. Cependant, j’ai pu observer que les citoyens ne se sentent pas forcément concernés, ou du moins intéressés par les stratégies des entreprises en termes de développement durable.

Qu’avez vous le plsu appris dans le cadre de ce cours ? pouvez vous formuler les compétences acquises ?

Johanna : Outre les connaissances sur le développement durable, ce cours apprend a travaillé en groupe et monter un projet du début jusqu’à la fin en collaborant. Venant d’un IUT techniques de commercialisation, j’avais deja eu à réaliser ce type de reportage. Cependant, pour des gens vraiment investis, c’est un projet qui me semble très intéressant.

Paul-Henri : Durant ce cours, j’ai pu mettre en avant des capacités d’organisation avec une répartition de rôles précise qui amenait chaque personne de notre équipe a effectué des taches précises. D’autre part, un développement personnel sur l’intérêt que je porte à cette notion de développement durable car de moi même je ne me serais pas intéressé à la grande distribution et leurs engagements écologiques qui sont pourtant très interessants.

Raphael : Ayant déjà fait un stage en journalisme radio et étant président d'une association d'audiovisuel axée principalement sur la vidéo, je n'ai pas réellement acquis de compétences nouvelles en termes techniques. Après sur tout ce qui concerne le relationnel et le management je pense qu'on doit d'avantage parler d'enrichissement plutôt que d'apprentissage.

Hugo : J’ai appris que malgré une politique de développement durable bien ancrée à Auchan, due notamment à des obligations légales, c’est la rentabilité économique de l’entreprise qui prime avant tout.

Emilie : J’ai appris à prendre conscience des différentes préoccupations des entreprises concernant le développement durable. Aujourd’hui et de plus en plus, c’est quelque chose qui est ancré dans la stratégie des entreprises, légalement, elles sont obligées de s’y plier, cependant, il y a également une conscience écologique qui rentre en jeux.


Comment avez vous vécu cette nouvelle expérience d’apprentissage ? de qui avez vous le plus appris ? ( de vos pairs ? de l’interviewé ? )

Johanna : Les travaux en groupe sont parfois pas facile à gérer, cependant cela apprend à faire un travail sur soi-même pour faire ressortir du groupe et de toutes les personnes qui le composent une valeur ajouté. Mais les personnes dont j’ai le plus appris sont très certainement les personnes que nous avons interviewés. Elles se sont montrées très collaboratrices et très transparentes sur le thème de notre problématique.

Paul-Henry : La forme d’apprentissage fut très intéressante et prenante, cependant les différences d’aptitudes, par exemple au niveau du montage et de la réalisation forment des écarts entre les équipes. J’ai pu en apprendre d’avantage sur les coulisses de la grande distribution grâce aux personnes interviewées et connaître les différents postes qui se lient de près au développement de l’image écologique.

Raphael : Le seul véritable point intéressant a été la rencontre directe avec les employés dans la mesure où leur point de vue véritablement interne donne un autre angle de vue sur une entreprise que je ne percevais absolument pas comme ils me l'ont décrite. Pour le reste je n'ai pas réellement acquis de véritable connaissance nouvelle.

Hugo : J’ai trouvé cette nouvelle expérience d’apprentissage plutôt ludique et enrichissante. Le fait d’imposer le support vidéo comme moyen de réponse à une problématique est une bonne chose. J’ai le plus appris de personnes interviewées dans la vidéo, comme expliqué à la question 1.

Emilie : J’ai bien aimé ce projet, car il m’a permis de travailler avec des personnes qui avaient des manières de travailler complètement différentes des miennes, et j’ai trouvé ça intéressant d’entrer directement en contact avec des professionnels et comprendre leur point de vue concernant la stratégie de leur entreprise pour toujours avoir une rentabilité économique tout en étant à cheval sur les règles de développement durable.


A quel % estimez vous avoir utilisé les ressources du wiki et les liens associés (< à 25%, entre 50 et 75% ? au dela de 75% ?) quest ce qui a été le plus utile pour vous ? si faible d’utilisation, pk ?

Johanna : Moins de 25%. Tout simplement parce que nous avions notre problématique très bien en tête, et que nous avions la chance d’avoir les compétences techniques requises pour le reportage au sein de notre groupe. Néanmoins, les explications techniques pour l’utilisation du wiki étaient très techniques et facilement applicables.

Paul-Henri : Je pense avoir utilisé le wiki entre 25 et 50% au niveau du contenu d’informations, dans la mesure ou de nombreuses informations s’y trouvent et c’est de temps en temps complexe de s’y retrouver.

Raphael : A moins de 25% je pense. C'est notamment dû selon moi à la conception un peu complexe du site et au manque de clarté des informations qui y figurent.

Hugo : Entre 25% et 50%. Le plus utile a été les instructions présentes sur le wiki, ayant déjà posté des articles sur Wikipédia, je n’ai pas eu de mal à utiliser la plateforme, de même pour la réalisation de la vidéo, faisant partie d’une association audiovisuelle, j’avais déjà manipulé du matériel vidéo et audio et effectué du montage vidéo.

Emilie : Entre 25% et 50% Je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers concernant l’utilisation de la plateforme. Au contraire, ça m’a aidé à consolider notre projet et à avoir des explications.


Ce cours a-t-il eu une influence sur vos pratiques collaboratives intra et inter groupe dan le cadre d’un projet comme celui ? quel a été l’apport de la bourse de compétences ? comment les compétences ont-elles circulé ?

Johanna : Même réponse que la question précédente. Hormis les discussions avec certains groupes pour avoir leurs avis sur notre problématique, nous n’avons pas demandé d’aides aux autres groupes. En revanche, nous avons aidé pour le montage ou le prêt de matériel. Même si nous n’avons pas beaucoup profité de la bourse de compétences, je la trouve néanmoins très utile.

Paul-Henri : Il a été intéressant de travailler en groupe et connaître les aptitudes de chacun. Chacun a pu trouvé sa place dans l’équipe afin d’avoir une bonne productivité.

Raphael : Ce cours n'a pas eu d'influence notable sur mon comportement en groupe en revanche je pense avoir été d'une aide précieuse au reste du groupe via mes compétences en montage et en journalisme.

Hugo : Ce cours n’a pas eu une influence particulière sur mes pratiques collaboratives. Participant régulièrement à des travaux de groupe, j’étais habitué à ce genre de travail. Les tâches ont bien été réparties et les deadline respectés. En revanche, la bourse de compétence n’a pas été beaucoup utilisé, comme dis précédemment, nous avions déjà les compétences requises pour réaliser ce projet.

Emilie : Ayant pas mal de projets de groupes dans le cadre de mes études, ce projet n’a pas eu d’influences particulières sur mes pratiques collaboratives. De plus, je suis plutôt quelqu’un qui préfère travailler individuellement, mais ce projet a été très intéressant et très productif, puisque tous les membres du groupe étaient impliqués et tous les projets étaient rendus en temps et en heures.

Quelles sont vos critiques et suggestions d’amélioration pour ce cours ?

Johanna : Au niveau des améliorations, je suggérai que vous donniez des consignes un peu plus précises pour éviter le trop grands nombres de problématiques hors sujet ou pas très interessantes….

Paul-Henri : Il faudrait plus de temps pour réaliser ce projet et avoir une plus grande proximité avec nos correcteurs afin d’être rapidement averti en cas de hors sujet. Les informations sont très nombreuses et nous avons peu de temps pour pouvoir tout assimiler.

Raphael : Dans la mesure où ce cours est une première au sein de SKEMA il est normal qu'il soit imparfait puisque très récent. Etant de ce fait une sorte de bêta testeur, je pense que ce type d'apprentissage reste intéressant dans sa globalité mais pêche par son imprécision et son manque de suivi. On a affaire à un prof extrêmement enthousiaste et fier de son projet, ce qui est une bonne chose, mais qui - schématiquement - nous plonge la tête la première dans le monde, jusque là totalement inconnu, du web journalisme. Cela sans formation préalable et sur un thème aussi vaste que flou pour la plupart des étudiants de l'école à savoir de développement durable en entreprise. Dernier point : le système de SKEM et d'échanges "monétaires" est à mes yeux totalement inutile et n'apporte rien à l'apprentissage potentiel de ce cours.

Hugo : Globalement, j’ai trouvé ce cours plutôt intéressant dans sa démarche. Le support vidéo est bonne chose, et l’outil wiki quelque chose de plutôt intéressant à exploité. Cependant, j’aurai aimé un suivi un peu plus approfondi, et des instructions un peu plus claire.

Emilie : J’aurai préféré travailler sur un sujet libre et non pas selon un thème imposé. Je ne pense que la création d’un projet tel que celui-ci est intéressant mais qu’un suivi plus approfondi dans son avancement est nécessaire.

Vous n'abordez pas vraiment la problématique posée qui est celle de "la conciliation de l'offre et responsabilité écologique". Vous parlez plutôt de traitement et recyclage des déchets. Il manque de chiffres pour remettre en contexte la politique d'Auchan et les problèmes de l'emprunte environnementale des déchats électroniques. Les questions posées à la fin de l'article sont intéressante, mais elles restent ouvertes....

Liens utiles

Page accueil cours et planning Performance Durable

Groupes de projet




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales