Supermarché coopératif à Saint-Etienne 3

De Movilab.org


Ampoule.png Cette page est une documentation explicative

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
axée sur la compréhension, explique, fournit des renseignements généraux et le contexte. Elle est comparable à un article sur l’histoire sociale de la tomate ou l’histoire sociale culinaire. Exemple : Wiki des communs (documentation empirique et théorique)
Répertoire: Toutes les pages de ce wiki de type Explication
Support : Le portail dédié à la documentation et aux codes sources


1. Le projet : actions, ressources et actualités 2. Comptes-rendus de travail 3. Acteurs et historique



Présentation des acteurs

Supercagette - Association intervals

La plateforme www.supercagette.com permet le lien commercial entre les consommateurs ligériens et les producteurs et artisans alimentaires de la Loire. les distributions s'effectuent sur 9 drives locaux où les utilisateurs du site viennent retirer leurs supercagettes chaque jeudi.

L'équipe est composée d'une salariée en CAE 24h semaine qui est chargée de l'administration des ventes des producteurs sur le site et des réseaux sociaux) et d'une équipe de 6 bénévoles actifs qui interviennent le jeudi en préparation de commande. Celle ci s'effectue à la maison de quartier de Côte Chaude.

A ce jour, Supercagette a déjà généré près de 3500 commandes sur 80 semaines soit environ 65 commandes en moyenne chaque semaine. Le chiffre d'affaire est en progression constante puisqu'il suit le nombre d'inscrits sur le site (1150 familles inscrites).

Supercagette assure également une distribution hebdomadaire de produits frais (principalement légumes et fruits) le mardi matin en restauration collective auprès de 5 établissements ligériens (4 Handicap et 1 groupe scolaire). Un service de traiteur est également proposé ponctuellement pour les associations. Une commission est prélevée à chaque producteur et artisans. Cela permet de couvrir les frais de fonctionnement. L'association Intervals compte environ 45 membres dont 25 producteurs et artisans.

Élodie Grand

Co-gérante de l'Epicerie Coeur d'Artichaut GRAP SCIC SARL
Contact responsable magasin : contact@coeurdartichaut.org Coeur d'Artichaut
22 rue de Saint Agrève
43190 TENCE
www.coeurdartichaut.org

Structure Adhérente du GRAP

GRAP est une coopérative de type “filière intégrée” dans l’alimentaire locale et/ou biologique. Il ne s’agit pas seulement des produits labellisés, mais également ceux issus de l’agriculture paysanne, de l’agro-écologie, des terres en conversion, en favorisant les circuits courts et locaux. Le groupement a pour objet de fédérer toutes les activités du secteur, à l’exclusion des activités en amont de la production agricole ou d’élevage du fait de leur activité trop spécifique; Le périmètre de GRAP est régional (150 kilomètres autour de Lyon environ) afin de garder une forte synergie entre les différentes activités de la coopérative.

GRAP recense une vingtaine d'activités dans l'alimentaire bio / local dont les suivantes :

http://www.lasuperhalle.fr http://www.3ptitspois.fr http://www.grain-grenier.fr http://www.epicerie-du-coing.fr http://www.coolivri.fr http://www.epicerie-mobile.fr http://www.coeurdartichaut.org http://www.grap.coop

La coopérative propose 3 services principaux : le service comptabilité, le service informatique et le service accompagnement. La contribution de chaque activité permet de mutualiser ces services et de rémunérer les personnes qui s'en chargent, en tout 6 personnes qui sont au service des activités. La mutualisation permet des gains de temps et d'énergie, des partages d'expériences et d'idées. Pour ce qui concerne les épiceries, certains tarifs ont été négociés avec les fournisseurs Bio afin de pourvoir proposer des prix abordables en magasin. Des formations et des groupes de travail sont proposés au sein de la coopérative afin de concilier travail et évolution professionnelle. Les décisions sont prises la plupart du temps à l'unanimité lors des deux séminaires annuels. Grap est géré par 2 co-gérants appuyés par un conseil d'animation et d'orientation de 6 personnes issues des activités.


Historique du projet : ses différentes étapes

Première mouture site wordpress

Le supermarché est une association loi 1901 à but non lucratif. Ses membres sont issus de tous horizons et œuvrent de manière collective et solidaire à la réappropriation de leur alimentation.

La genèse du projet

L’association stéphanoise Intervals (supercagette) a mené au cours du premier semestre 2015 une réflexion en interne pour jeter les bases du projet de création d’un “supermarché collaboratif à sainté”. Intervals (Rémi Badaroux) s’est rendu à Paris en mai 2015 pour rencontrer les acteurs de la Louve afin de comprendre leur modèle économique. Pour donner corps au projet, l’association Intervals s’est attaché les services d’une stagiaire afin de mener une étude sur les conditions d’implantation de ce type de structure sur Saint Etienne.

À ce point du projet l’association a souhaité ouvrir la réflexion dans un cadre collaboratif et participatif. Ainsi, Pascal Paire coordinateur de supercagette a fait appel à Zoomacom pour animer les contributions. Ainsi depuis octobre 2015, l’AssoCamp de l’association Zoomacom, permet à d’autres personnes de se joindre au débat.

Le projet est officiellement lancé le 06 décembre 2016 a partir de cette date, les différents acteurs vont recueillir les différents modèles économiques et structurelles des projets préexistant.(CoopEco, Food Coop de Park Slope, la louve…) Plusieurs idées d’emplacement du supermarché ont été étudié mais c’est finalement le 48 rue de la république du design qui a été retenue. En effet, Juan Gandulfo (designer) et Olivier Morel de Rue du développement Durable ont sollicité Pascal Paire et Supercagette pour répondre à un appel à projet de la biennale du design. Il s’agissait alors d’établir pendant la biennale 2017, au 48 rue de la république du design, une épicerie éphémère associant un mode de livraison de clients en véhicule doux.

Supercagette a associé Zoomacom à l’entreprise. Une fois la validation approuvée par la commission de sélection des projets, il s’est tenu en octobre une première réunion associant les techniciens de la direction du commerce et de la Cité du design afin de présenter le projet. Après réflexions, A partir de décembre 2016, les porteurs du projet ont décidé de donner une dimension davantage coopérative en relançant le projet de Supermarché collaboratif. Ainsi différents temps de maturation du projet ont été initié par Zoomacom autour des ateliers “Asso camp” afin de construire une dynamique de projet.

L’atelier chantier d’insertion de l’association ACARS a souhaité être hébergé dans le local du Supermarché coopératif et participer son aménagement . L’Atelier Chantier d’Insertion du Parc Montaud a également proposé de fournir du mobilier bois.


Le Supermarché coopératif aujourd’hui.

Après avoir longuement réfléchi et œuvré en groupe de travail ( plusieurs ont été créés au fil des besoins, logistique, statuts, communication…) pendant les assocamp pour permettre au projet de commencer dans les meilleures conditions, le temps d’investir le 48 rue de la république est arrivé. Pour ce faire beaucoup de bras de et palettes ont été utiles pour créer le mobilier pensé par Juan Gandulfo et remettre en état le lieux.  


Inauguration Le supermarché coopératif a été inauguré officiellement le 11 Mars 2017.


Aujourd’hui, une association a été créée, elle porte ce projet de supermarché coopératif. Toute personne intéressée peut y adhérer pour contribuer au projet. La première étape concrète du projet est en marche, profitant de la biennale du design le projet est testé grandeur nature au 48 rue de la République. Cet événement permettra de communiquer largement sur le projet, de recruter de futurs coopérateurs et de tester grandeur nature le fonctionnement au quotidien d’un supermarché coopératif, d’un espace de restauration mutualisé à partir de produits locaux du magasin, de proposer un espace de médiation numérique géré par Zoomacom pour les adhérents du supermarché et de présenter les réalisations de mobilier en bois et tissu élaborés par les salariés en insertion de l’ acars.


Les valeurs du Supermarché coopératif.

Parce qu’une idée, un mouvement, une structure est portée par des valeurs, voici les nôtres:

  • L’ humain

L’humain, est au centre des valeurs que portent le supermarché, en effet, cette aventure à été pensé, crée pour vous, pour nous. Pour faire des connaissances, apprendre de chacun, acquérir des connaissances de personne venant de milieux sociaux différents…

  • Développement d’une agriculture paysanne

Ce projet a pour objectif de soutenir le maintien, la pérennisation et l’installation de nouvelles fermes et artisans locaux alimentaires. De favoriser l’autonomie dans le fonctionnement des fermes et artisans locaux alimentaires. Il s’inscrit dans une dynamique de territoire et de solidarité, accompagne la viabilité économique des partenaires, et est attentive aux conditions sociales de l’activité agricole et artisanale.

  • Promouvoir les pratiques agro-écologiques

Ce projet soutient une agriculture respectueuse des hommes, de l’environnement et de l’animal. En particulier, elle s’engage dans une activité agricole :durable, diversifiée et adaptée au territoire, en rupture avec l’agrochimie (en se passant au maximum d’engrais et de pesticides chimiques de synthèse,…) et toute entreprise d’appropriation mercantile du vivant (sans OGM…), favorisant la biodiversité végétale et animale, contribuant au maintien et au développement des semences paysannes.

  • Une alimentation de qualité et accessible

Ce projet a pour objectif de fournir une alimentation de bonne qualité gustative, sanitaire et environnementale. Nous cherchons à rendre cohérent notre soutien à l’agriculture avec la dynamique d’un territoire et les besoins d’une population. Nous cherchons à élargir l’accessibilité d’une telle alimentation à toutes et à tous.

Ce projet vise à créer les conditions de la participation et de l’appropriation citoyenne des enjeux agricoles et alimentaires, notamment par le débat, les apprentissages et le partage des savoirs.

Ce projet s’organise sur la base d’une implication de l’ensemble de ses membres, veille à sa pérennisation et à la circulation de l’information, cherche à créer une relation de qualité entre professionnels de l’alimentation partenaires et coopérateurs dans un cadre convivial favorisant le dialogue, le lien social, la confiance et la coresponsabilité.

Comment adhérer au supermarché coopératif de Sainté?

2 solutions s’offrent a vous, une adhésion à 20€ (qui vous permet de pouvoir pesé de votre voix au moment des prises de décisions) et une adhésion “libre”. Vous pouvez adhérer directement sur place, au 48 rue de la République ou par le biais de la plateforme de financement participatif “Helloasso“.

Vous pouvez aussi suivre le supermarché en tant que “sympathisant” a travers les outils suivants : Newsletter :En laissant vos coordonnées sur un formulaire se trouvant au supermarché pour recevoir la newsletter du projet. Ou par le biais de d’un formulaire a remplir pour recevoir la dite newsletter Page facebook : Vous pouvez aussi suivre l’actualité du projet sur la page facebook .


Je veux être adhérent, mais pour faire quoi?

Une fois votre adhésion prise, vous pouvez (devez ) venir “travailler” au sein du supermarché, sur la base de 3h minimum par mois (temps qui sera en vigueur une fois le projet définitivement transformé en coopérative), mais ce projet est en pleine expérimentation et vous en faites partie, du coup, le mieux est de venir le plus possible suivant vos disponibilités pour vous former, comprendre et humer un maximum ce projet si innovant. Vous aurez différente tâches à réaliser :

  • La caisse
  • Le stock
  • La vente
  • Le ménage
  • L’accueil
  • Le bar

Vous n’avez pas de compétences pour ces postes là? Aucun soucis, vous serez formé pas à pas sûr chacun de ses postes pour une complète autonomie, et pour plus tard, formé a votre tour les nouveaux adhérents.

Un supermarché coopératif, comment ça marche?

• Les membres sont copropriétaires de l’entreprise en achetant une part de la COOPERATIVE (Le montant de cette part sera fixé ultérieurement, simple association au démarrage, les personnes intéressées sont invitées à y adhérer) • Ils / Elles donnent …h/semaine,mois (sera décidé ultérieurement) au fonctionnement du supermarché (caisse, nettoyage, mise en rayon..). • Ils / Elles participent au choix des produits qui sont vendus dans leur supermarché (bio, local, équitable…) comme à toutes les décisions concernant le fonctionnement de la coop • Ils / Elles sont en relation directe avec les producteurs, les fournisseurs. • Il faut être coopérateur pour pouvoir acheter des produits.   Le projet supermarché coopératif aujourd’hui. (29/03/17)

Depuis l’assemblée générale du 28/03/17, 2 projets différents ont émergé, en effet durant l’expérimentation, des points de vue, des attentes, des besoins différents ont émergé entre l’association intervals et l’association du supermarché coopératif.

Ces dissensions plus ou moins prononcées ont mené le projet supermarché coopératif à quitter le 48 rue de la république pour se repenser et se structurer sans intervals.

C’est donc avec une motivation intacte et forte de ses erreurs que le supermarché coopératif regarde vers l’avenir et continue son chemin. Le 9 avril 2017, aura lieu une assemblée générale pour tous les adhérents, afin de clarifier la situation et de répondre aux demandes de chacun pour continuer ce projet unique et porteur de valeurs universelles.

Réunion de travail du 03 janvier 2017

Travail asynchrone entre les réunions, décembre 2016

Suite à la réunion de lancement du 6 décembre, les collaborateurs du projet ont décidé d'aller chercher des informations sur les autres supermarchés collaboratifs existants, et de les partager sur le bloc-notes.

Pour plus de détails sur les tâches réparties entre les collaborateurs, voir le compte-rendu ci-dessous.

Réunion de lancement du projet

Novembre 2016 : projection du film Food Coop au Mélliès St François avec le CTC42

Le 9 novembre à 20h au MELIES St François, film « Food Coop » coopérative alimentaire de Park Slope à Brooklyn, un supermarché autogéré où 17 000 membres travaillent 2 heures 45 par mois pour avoir le droit d’y acheter les meilleurs produits alimentaires.

Débat : A Saint-Etienne, comme à New-York, comment manger et produire sain et local ? Venez rencontrer les A.M.A.P. (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne), et les acteurs des circuits courts de Loire sud, pour échanger avec eux à la fin du film.

Déroulé suivi à peu près :

  • 19h45 : Installation des tables pour présentation des docs et flyers des structures « circuits courts » présentes.
  • 19h50 : Projection carte mentale du CTC 42… voir PJ
  • 19h55 : Renaud Denis présente la carte puis le déroulement de la soirée, avec les différents acteurs des circuits courts présents, et prioritairement les AMAP.
  • 20h05 : lancement du film
  • 21h40 : fin du film : Renaud passe la parole à Sylvain et/ou François pour présentation des AMAP (Philo / Circuits courts / Bio / accès géog. Facile / etc…) = 10/15 minutes. 2 micros nécessaire dont un pour passer la parole à la Salle, (job habituel). Après quelques questions « ciblées AMAP », vers 22h10 présentation rapide,(3 min chacun maxi, 2 min si plus de 5), des autres structures circuits courts présentes dans la salle.
  • Vers 22h30 : Affichage de la « carte numérique Zoomacom » : 90 points de Conso… commentaire de la carte par Renaud.
  • 22h40 / 45 : Re-questions de la Salle.
  • 23h / 23h15 : suivant l’intérêt de la salle : Dernières Questions.

Février 2016 : le HUB du Clapier

Il s’agit de créer un supermarché collaboratif associant différents acteurs pour la commercialisation de produits d’origine locale, dans l’ancienne gare du Clapier à Saint Étienne.

Géré par les producteurs, clients et structures permanentes du HUB

Installé dans l’aile gauche de la gare, cette surface de vente de 130m2 accueillera le supermarché qui présentera 2500 références en vente.

Les produits issus de la Loire représenteront au minimum 50 % des produits disponibles. Le supermarché s’appuiera également sur des producteurs de la Haute Loire et autres départements limitrophes. Au total, près de 40 producteurs et artisans seront représentés dans l’enceinte.

Un ensemble de fournisseurs viendra compléter la gamme de produits bio et régionaux, pour environ 50% des références du magasin. Ces produits seront négociés à l’achat revente. Le fond de roulement du stock portera principalement donc sur ces références.

Deux emplois crées et issus du quartier.

Le supermarché collaboratif sera créé en SAS coopérative au sein de laquelle on retrouvera les structures morales permanentes du HUB (Intervals, Zoomacom et OpenScop), les producteurs et artisans associés ainsi que les consommateurs . D’autres professionnels locaux seront intégrés en dépôts vendeurs. Les consommateurs seront associés sous forme d’apport en capital risque généré par crowfunding actionnarial. Un montant de part sera établi.

Ce fonds permettra de consolider l’apport en fonds propres et 2 salariés issus du quartier seront recrutés pour la gestion de l’établissement.

À l'origine : premier semestre 2015

L'association stéphanoise Intervals a mené au cours du premier semestre 2015 une réflexion en interne pour jeter les bases du projet de création d'un "supermarché collaboratif à sainté".

Rémi Badaroux s'est rendu à Paris en mai 2015 pour rencontrer les acteurs de la Louve afin de comprendre leur modèle économique. Une recherche de locaux et d'implantation a été également menée par Pascal Paire sur l'agglomération au cours de l'été 2015.

Pour donner corps au projet, l'association Intervals s'est attaché les services d'une stagiaire afin de mener une étude sur les conditions d'implantation de ce type de structure sur Saint Etienne. Enfin, un local la gare du Clapier a été trouvé correspondant aux besoins repérés (espace utilisable, visibilité commerciale, proximité des grands axes routiers, prox de location, zone urbaine prioritaire).

À ce point du projet l'association a souhaité ouvrir la réflexion dans un cadre collaboratif et participatif. Ainsi, Pascal Paire coordinateur de supercagette a fait appel à Zoomacom pour animer les contributions.

Ainsi depuis octobre 2015, l'AssoCamp de l'association Zoomacom, permet à d'autres personnes de se joindre au débat. Ainsi, ont rejoint le projet : Renaud Denis (animateur de l'assocamp), Elodie Grand (co-associée de l'épicerie cœur d'Artichaut à Tence), Noémie Labelle (stagiaire licence pro ESS à Intervals), Sonia Roche (Zoomacom). Fabienne, Estelle, Tim, et Rémi.

Ce projet s'inscrivait en 2015-2016 dans un plus large investissement de Hub de partage du Clapier.

Partenaires possibles