Société fragmentée: le lien intergénérationnel comme solution dans les maisons de retraite?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :

Comment encourager le lien intergénérationnel pour retrouver une cohésion durable dans une société toujours plus fragmentée?

Le but de notre projet est de comprendre quels moyens durable et innovent sont mis en œuvre pour améliorer la relation entre générations.Pour cela nous allons prendre contact avec des maisons de retraite, des associations de jeunes et la DGCS ( direction générale de la cohésion sociale) afin de recueillir et de confronter les informations pour notre projet.

Mots clés: Cohésion sociale, société fragmentée, lien intergénérationnel, individualisation.

Notre dossier de production

http://fr.slideshare.net/Nadegevinet/dossier-de-production-41274567

Notre reportage

Nous tenons à remercier chaleureusement:
- Fabien De Martelar ( Directeur de la Résidence Au Bel Âge)
- Jérémy Bruisse ( personne interviewé)
- Nicolas Sanchez ( personne interviewé)
- Benjamin Malini ( stagiaire a la maison de retraite Les Coteaux)
- Xavier Rudloff ( Président de l'assocation les Séniors En Or)
- Paulette Le-Dû et Hélène Amoyel ( respectivement Présidente et Vice-Présidente de l'association La Récré Des Seniors)

EmbedVideo received the bad id "ldpHJSOkhzQ&list" for the service "youtube".



https://www.youtube.com/watch?v=ldpHJSOkhzQ&list=UUnP5Bcy9hLKNmvRKerc_TiQ

Notre article journalistique sur la problématique

Jeunes et seniors : la fracture ?

Le lien intergénérationnel dans la société française est de plus en plus fragile. Au contraire, le nombre de personnes âgées en maisons de retraite ne cesse de croître : en 2013, plus de 561 417 personnes étaient en maisons de retraite. La France est le pays le plus pessimiste du monde. Cela peut-il s’expliquer par un manque de lien intergénérationnel ? Encourager le dialogue entre jeunes et seniors en maisons de retraite constitue-t-il une solution durable ?

La France fait face à un paradoxe : la population est vieillissante et pourtant les seniors se retrouvent isolées en maison de retraite. Le rejet et la peur de la vieillesse en sont les deux principales raisons.

De plus, l’essor de la technologie a contribué au cloisonnement des générations. Effectivement, cette dernière alimente le phénomène d’individualisation et n’encourage donc pas le contact, le dialogue entre seniors en maisons de retraite et jeunes générations.

Cependant, notre attention a été retenue par la situation de nos pays voisins (Belgique, Italie, Allemagne) qui ont eux aussi connu l’essor de la technologie et qui pourtant ne dresse pas du tout le même bilan négatif que nous en terme de lien intergénérationnel.
Alors quels défis attendent la France ? Et surtout, comment y répondre ?

L’Etat pourrait jouer le rôle de médiateur entre maisons de retraite et associations afin de favoriser l’échange entre jeunes et personnes âgées. Les maisons autogérées ainsi que les maisons intergénérationnel peuvent constituer une solution afin d’éviter les problèmes de financement.Une évolution des mentalités est nécessaire afin de réhabiliter les seniors à la vie active. L’éducation civique dispensée dans les établissements scolaires pourrait mettre davantage l’accent sur tous les bénéfices que génèrent le dialogue entre les deux générations, car celles-ci ont beaucoup à apprendre l’une de l’autre. Inutile de rappeler que le savoir-vivre comprend le respect de l’autre et donc a fortiori la reconnaissance de l’autre.

Au cours de ce projet, nous avons interrogé deux entités : maisons de retraite et associations. Le constat est alarmant. Les gérants de maison de retraite ne prennent souvent pas le temps de chercher des associations pour organiser des activités entre jeunes et résidents. Les raisons principales évoquées par ces derniers sont le manque de temps et le prix des assurances pour l’encadrement d’activités. En vérité, la recherche de profit passe trop souvent avant le soin et le bien-être des personnes âgées, allant même jusqu’à soulever un problème éthique sur la disposition du corps humain pour faire du commerce. On peut même parler d’un « marché des séniors » duquel ces institutions profitent largement.
Le problème majeur rencontré par les associations est le manque de fonds alloués par l’Etat à leur cause. Bien que celles-ci ne soient pas à but lucratif, il est tout de même nécessaire de pouvoir financer les activités et la vie de l’association.

Pour conclure, cette situation n'est pas en voie d'amélioration puisque la population continue de vieillir. Les jeunes ne se sentent pas particulièrement impliqués dans ces problématiques qui ne les touchent pas directement. Ils ne sont pas contre les démarches intergénérationnelles, mais ne se portent pas souvent volontaires spontanément. Les générations ont du mal à se comprendre et à partager : l'essor de la technologie a cloisonné les jeunes dans un monde qui n'est pas ou peu accessible aux seniors. Les sources de divertissements ont changées, ils ont troqué les jeux en familles au profit de nouvelles façons de « partager », par le biais de l'électronique et des réseaux sociaux.

Source: Insee

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Nous avons beaucoup appris lors de ce cours, notamment à travailler en groupe, savoir utiliser les compétences de chacun, chacunes.
Apprendre à contacter et à perséverer pour rencontrer des professionnels.
De plus, apprendre à synthétiser et à sélectionner les parties les plus pertinentes de notre vidéo.

Enfin et surtout nous avons beaucoup appris sur un univers qui nous était inconnu et que nous avons découvert avec grand intérêt.