Rêves de coopérations entre les agents de la région et les tiers-lieux.

De Movilab
Aller à :navigation, rechercher

Rêves du 5 juillet 2022[modifier | modifier le wikicode]

Montage projet parteneuriaux

Il y a un interlocuteur par thématique dans un collectif interne à la Région. Jordi appelle Anne pour parler artificialisation des sols > Anne mobilise les acteurs institutionnels > Jordi appelle de son côté les acteurs de terrain. Un premier groupe bosse un ou deux mois, on estime qu'il y a un vrai sujet et on identifie des choses à faire > Anne fait remonter de son côté et Jordi du sien > On monte des financements ou on trouve le moyen de bosser sur une expérimentation ou sur autre chose.

Siège régional très très centralisé. Niveau régional lointain.

Les agents et des nouvelles recrues facilitatrices de territoire jouent un rôle d'interface entre la politique publique de la région et les citoyens. Ils sont nomades, disséminés sur la Région. Un agent interface est dans le lieu, il écoute les problématiques de terrain, rencontre des usagers, fait de la formation, sensibilisation et outillage du lieu dans lesquels ils sont. Je suis travailleur social dans un tiers-lieux, je fais de l'insertion, j'ai des problèmes, vivement que Michel relais région passe dans mon lieu, c'est prévu dans deux semaines, je prépare mon cahier de doléance, Michel débarque, on discute, on réfléchit ensemble, il va me mettre en contact pour résoudre certaines choses, il me file un coup de main sur un autre truc. Je lui fais rencontrer les usagers.

Bretagne - Laissez les tiers-lieux tranquilles, les communes disent pareil !

Je cherche à parler tiers-lieux, sans la cadrer, j'ai envie d'aborder ces sujets sans braquer, sans orienter, j'ai envie de parler de transition de gouvernance partagée, d'hybridations et de rencontres, d'espaces démocratiques. Bretagne tiers-lieux a une mission mais ne verrouillent pas, les directions peuvent aider de leur côtés, laisser des libertés à tout le monde. On a des relais territoriaux mais ils pensent pas aux tiers-lieux pour échanger sur les sujets importants, on ne voit pas ces espaces comme des ressources, des espaces de liberté.

Écriture et contrôle commun des financements

J'identifie un projet porté par un lieu qui me plaît bien. Je cherche en interne du réseau avec mon partenaire région ce qu'on pourrait faire pour soutenir le déploiement de ce projet. Je trouve une enveloppe de 30,000€ pour créer du commun. Je débarque et je propose un coup de main. Sa formation de réfugié vient de finir, j'ai appelé tout le monde pour trouver des soutiens pour proposer des sorties pour les jeunes. Je rappelle le lieu avec qui j'en avais parlé.

Empathie et design

Je suis agent sur la culture, je travaille avec ma collègue de l'économie et nos collègues du réseau sur la prochaine politique publique culturelle en tiers-lieux. On reconçoit le précédent dispositif car il a montré des limites. Nous sortons après quelques semaines d'enquêtes, d'ateliers un premier prototype approximatif de dispositif à tester. Les premiers à tester ce dispositif sont ma collègue et moi même. On souffre pour répondre, c'est difficile. On passe quelques jours à le simplifier et on ajoute un service de médiation et d'accompagnement dans le dispositif. On décide de faire un binôme agent-réseau pour chaque candidature pour se répartir le travail.

La complémentarité avec les autres acteurs.

Je suis agent, je demande quel est la plus value de chaque partenaires lorsque je travaille. Lorsque le réseau me dit qu'il va développer un service je lui demande si quelqu'un ne le fait pas déjà ?

Un GIP local

La une politique publique avec des lignes de financement - des utilisateurs à qui on demande ce qu'ils pensent de la politique publique. On verse les fonds dans le GIP, chaque EPCI verse dans le GIP pour mutualiser ingénierie. On structure des volumes plus importants, on est plus souples que démultiplier des efforts semblables partout.