Quelles sont les conséquences de la fabrication additive sur la relation client final/entreprise ?

De Movilab.org

L'intégration de la technologie additive au sein des entreprises

Quelles sont les conséquences de la fabrication additive sur la relation client final/entreprise ?

Depuis quelques que mois maintenant, les imprimantes 3D font leur apparition en magasins et créent un phénomène d'effervescence. De nombreux objets peuvent être crées grâce à cette machine en moins d'une heure comme des jouets pour enfants, des abats jours ou encore des pots à crayons. Pour beaucoup de consommateurs, cette découverte est stupéfiante car même si - à en croire notre expérience micro-trottoir encore peu de monde connaît ce concept -, lorsqu'on leur en parle un bon nombre d'entre eux trouve l'idée incroyable et révolutionnaire. Ce qui renforce ce sentiment réside aussi dans le fait que cette technique préalablement destinée à des professionnels et réservée à des secteurs comme l'Industrie s'ouvre aujourd'hui à des particuliers qui peuvent venir dans des endroits spécialisés comme les Fablabs ou encore dans des magasins proposant ce type de service comme Boulanger afin de réaliser des objets de leur choix ou simplement pour designer des prototypes.

Avec des modèles à partir de 300 euros, les imprimantes 3D sont annoncées comme la prochaine révolution industrielle. Des pièces détachées aux bijoux en passant par du design, en quelques clics on peut désormais presque tout imprimer, créer des objets et les recréer à l'envie. En plus de faire une entrée fracassante sur le marché, les imprimantes 3D investissent des lieux inattendus comme des bureaux de Poste au sein desquels les clients viennent imprimer directement des objets ou encore réalisent des prototypes des projets qu'ils ont en tête. Il faut d'abord dessiner en 3D le modèle désiré sur ordinateur pour pouvoir ensuite utiliser l'imprimante. Cette opération coutant aux alentours de 50 euros peut s'avérer bien utile car elle permet de savoir si notre idée est réalisable ou non. Même les clients peu initiés, peu créatifs et qui ne savent pas modéliser peuvent tout de même tester ce nouvel outil en prenant appui sur un catalogue proposant au moins une centaine d'objets à des prix très intéressants ( ex : 35 euros pour une coque de smartphone entièrement personnalisable).

Même si le phénomène est encore assez rare, certains Français commencent à avoir leur propre imprimante 3D à domicile. Ils l'utilisent pour se divertir et confectionner des objets de leur choix mais aussi et surtout pour régler des petits soucis du quotidien. Comme nous le voyons dans notre vidéo, on peut se servir d'une impression 3D afin de remplacer le pied d'une valise et d'éviter de la jeter, on peut aussi recréer un anneau manquant du rideau de notre douche en se basant sur des fichiers de modélisation disponibles sur internet et diffusés par des internautes maîtrisant bien cette technique. C'est ainsi que l'on peut voir l'émergence du consommateur réparateur de ses propres produits. Ainsi, chacun peut bricoler ce dont il a besoin. L'imprimante 3D réinvente l’échange, en croisant les réseaux de machines, de fichiers, de compétences. Les fichiers numériques en open source ont ouvert le passage vers l’open hardware. La valeur d’usage a pris le pas sur la propriété. Certains objets ne se vendent même plus : le fichier imprimable fait partie du domaine public. En outre, l'impact environnemental de la fabrication additive est non négligeable. En effet, non seulement l'imprimante 3D permet aux déchets plastiques d'être recyclés en matériaux de construction, mais le fait de pouvoir réparer, améliorer ou créer chez soi diminue fortement les coûts de transports à la fois pour les entreprises que pour les clients. De plus, de nouveaux type de matériaux plastiques, servant à la fabrication additive, sont imaginés et créés tels que le Seaweed Filament SWF inauguré lors salon 3DPrintShow en 2013 au carroussel du Louvre. Ce matériau est réalisé à base d'une algue brune sauvage récoltée en Bretagne excluant tout emploi de dérivé du pétrole dans la composition du filament. Mais attention, nous l'avons soulevé dans notre vidéo, il faut garder en tête que ces nouveaux usages ouvrent la porte à la copie et pose de nombreux problèmes de copyright. Selon la Loi, il existe deux conditions pour copier un objet avec une imprimante 3D : on doit premièrement posséder l'original chez soi, et ne pas en faire un usage commercial, cette copie devant rester privée.






Retour du professeur

Document très complet et détaillé
Dommage qu'il ne s'affiche pas directement sur la page Wiki. Essayez d'ajouter le pluggin Slideshare




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales