Production citoyenne locale de solutions hydroalcooliques

De Movilab.org
  • Description en une ligne :

Production locale et citoyenne de gel hydroalcoolique à destination des travailleurs·euses sociaux·ales et personnels soignants

  • Description : Protocoles, conditions et modalités de production locale de solutions hydroalcooliques en grande quantité (500L par batch de 50L) selon les normes en vigueur afin de pouvoir les distribuer aux acteur·trice·s dans le besoin de solutions d’hygiène dans le cadre d'une crise sanitaire de même ampleur de celle du covid19.
  • Thème Santé

 

   

   

Capacité d'analyse bio-chimique (caractérisation) et de contrôle qualité (taux d'alcool, taux de méthanol).

Espace et équipement de protection et de sécurité pour les phases de fabrication et de stockage.

  • Caractérisation du commun: * CONTRIBUTION : le projet permet la contribution de tou·te·s du fait de sa documentation ouverte, de l'accès à des matéières premières faciles à se procurer, de la simplicité et du caractère normé du protocole de production... Les moyens pour rendre visibles les actions sont les réseaux sociaux, les communautés qui s'emparent de ce projet pour leur porpre fabrication locale et les actions de distribution.
  • PARTENAIRES : Pour le moment (03/2020), le projet a permis de nouer un partenariat avec un grossiste qui nous permet d'accèder facilement à la matiére première. Des contacts ont été établis avec des établissements de santé (CHU) et des professionnels de la santé (pharmacie, professionnel médical...) ainsi qu'avec des laboratoires et autres dynamiques analogues sur le territoire. L'approche utilisée est principalement un approche de proche en proche par résau ou contact direct des institutions/instances/personnes concernées.
  • FINANCEMENT : auto-financement, campagne de financement et mécénat. Pour le moment (03/2020), le financement ne sert qu'à soutenir l'achat des matières premières et équipements de protection et de sécurité ainsi que de faciliter la distribution et la logistique atenante à la production, à la distribution et au stockage.
  • GOUVERNANCE : information librement partagée, démarches et développement documentée et sous licence CC-BY-SA. Canaux de discussions ouvert et possibilités de contribuer, participer et prendre le lead sur des éléments de développement du projet. Note : projet DIY avec soucis de prise de décision en collégialité.
  • PARTAGE : contact et échanges avec Didier Pittet (https://twitter.com/ryu5t/status/1239849067355701248?s=20), principal instigateur de l'ouverture de la formule et du protocole de production du gel hydroalcoolique. Par ailleurs, des contacts et échanges ont lieu avec la communauté Maker. Enfin, des contacts ont été établis avec d'autres initiatives de production de gel hydroalcoolique tel que l'équipe du CRI par exemple (https://twitter.com/ryu5t/status/1241384428863213576?s=20)
    La propriété « Socialcode » (comme le type de page) avec la valeur d’entrée « * CONTRIBUTION : le projet permet la contribution de tou·te·s du fait de sa documentation ouverte, de l'accès à des matéières premières faciles à se procurer, de la simplicité et du caractère normé du protocole de production... Les moyens pour rendre visibles les actions sont les réseaux sociaux, les communautés qui s'emparent de ce projet pour leur porpre fabrication locale et les actions de distribution.
  • PARTENAIRES : Pour le moment (03/2020), le projet a permis de nouer un partenariat avec un grossiste qui nous permet d'accèder facilement à la matiére première. Des contacts ont été établis avec des établissements de santé (CHU) et des professionnels de la santé (pharmacie, professionnel médical...) ainsi qu'avec des laboratoires et autres dynamiques analogues sur le territoire. L'approche utilisée est principalement un approche de proche en proche par résau ou contact direct des institutions/instances/personnes concernées.
  • FINANCEMENT : auto-financement, campagne de financement et mécénat. Pour le moment (03/2020), le financement ne sert qu'à soutenir l'achat des matières premières et équipements de protection et de sécurité ainsi que de faciliter la distribution et la logistique atenante à la production, à la distribution et au stockage.
  • GOUVERNANCE : information librement partagée, démarches et développement documentée et sous licence CC-BY-SA. Canaux de discussions ouvert et possibilités de contribuer, participer et prendre le lead sur des éléments de développement du projet. Note : projet DIY avec soucis de prise de décision en collégialité.
  • PARTAGE : contact et échanges avec Didier Pittet (https://twitter.com/ryu5t/status/1239849067355701248?s=20), principal instigateur de l'ouverture de la formule et du protocole de production du gel hydroalcoolique. Par ailleurs, des contacts et échanges ont lieu avec la communauté Maker. Enfin, des contacts ont été établis avec d'autres initiatives de production de gel hydroalcoolique tel que l'équipe du CRI par exemple (https://twitter.com/ryu5t/status/1241384428863213576?s=20) » contient des caractères non valides ou est incomplète, et donc peut provoquer des résultats inattendus lors d’une requête ou d’un processus d’annotation.
  • Défi auquel répond le commun: Améliorer le format et les contenus par des retours d'expériences
  • Notes: Source de la documentation (03/2020) : https://pad.lamyne.org/epidemyne_solution-hydroalcoolique
  • Image :

    Coronavirus-4955367 1920.jpg



    Autres informations :

    Liste des Acteurs qui utilisent ou souhaitent utiliser ce Commun Production citoyenne locale de solutions hydroalcooliques : aucun pour le moment

    Financer ce projet sur HelloAsso

    Le besoin : 3000 € pour l'achat des matières premières.


    Tags: solution hydroalcoolique communs epidemyne La MYNE

    [Epidémyne] Carnet de bord - Solution hydroalcoolique

    Dans l’état actuel

    Toute production de gel hydroalcoolique sur la base de la reproduction du protocole développé ici n’engage en rien la responsabilité des contributeur·trice·s ou bien de la MYNE.

    Seules les responsabilités des personnes impliquées dans ce projet sont engagées si elles décidaient de produire massivement et mettre à disposition du gel hydroalcoolique; la MYNE ne serait en aucun cas responsable sauf mention contraire.

    Note importante aux utilisateur·trice·s du gel hydroalcoolique ici produit

    <center>Etant donné l’état actuel des éléments de connaissances sur les modalités de production du gel, l’utilisation du gel hydroalcoolique produit sur la base ici présentée est de votre propre responsabilité. Nous vous invitons à prendre connaissance du protocole de production, des modalités de contrôle qualité ainsi que des Principes de précaution et risques.

    0- A propos

    Ce document est le carnet de bord de suivi de la démarche de production de solutions hydroalcooliques à la MYNE - laboratoire citoyen - dans le contexte e crise sanitaire #covid19.

    Intention

    Produire localement une solution hydroalcoolique en grande quantité (500Lpar batch de 50L) selon les normes en vigueur afin de pouvoir les distribuer aux acteur·trice·s dans le besoin de solutions d’hygiène dans le cadre de la crise sanitaire qui a émergé avec le covid19.

    Ce projet est né dans le cadre des réflexions #epidemyne en réaction à la crise sanitaire Cobid19, dont le carnet de bord se trouve ICI

    1- Protocole de référence

    Guide de Production locale : Formulations des Produits hydro-alcooliques OMS

    Le protocole de référence suivi pour la production de gel hyroalcoolique est celui propposé et publié par l’OMS pour la production de la solution 1.

    1.1. Solution 1

    Réactifs Recette pour 10L Composition produit fini

    Matières 1ère de qualité industrielle et non pas de qualité pharmaceutique:

    • 1L d’alcool 96
    • 1L d’eau distillée
    • 50cl de glycérol 98
    • 50cl d’eau oxgénée 35% L’eau oxygénée à 35% est oxydant puissant et un réactif dangereux et doit être manipulé avec précaution et dilué au moins 10 fois avant usage

    1.2. Etapes de production

    1.3. Contrôle qualité

    Précaunisation OMS Retours d’expérience OMS

    Ces contrôles qualités n’ont pas encore été effectués sur les 1ères productions. Il s’agit donc de contrôler :

    • la concentration d’alcool à l’aide d’un alcoolmètre +/- 5% de la concentration finale (75-85%)

    Par ailleurs, les matières 1ère étant de qualité industrielle et non pharmaceutique, il serait bien de contrôler la présences ou non d’éléments potentiellement nocifs du fait de ce différentiel de qualité.

    1.4. Production et stockage

    Conditions de production :

    • à l’extérieur, en milieu aéré et sécurisé
    • inférieur à 50L par batch

    Conditions de sotckage :

    • dans un garage ventilé

    2- Matières 1ère & Approvisionnement

    OMS Avis
    Retours d’expérience de l’OM sur les modalités d’paprovisionnement en matières premières @Rieul : rien n’indique ici que les ingrédient doivent être de qualité pharmaceutique mais qu’ils sont en général récupérés auprès de fournisseurs locaux - comme dans notre cas.

    Matières premières

    Alcool 96 Glycerol 98 Eau Oxygénée 35 Eau distillée
    Fiche FDS Fiche FDS Fiche FDS Fiche FDS

    L’eau du robinet bouillie et refroidie pourrait faire l’affaire, vu la qualité de l’au garantie en France (en cours de validation par au moins un pharmacien).

    Retour de la pharmacie de Saint-Jean sur nos produits:

    “Pour être en conformité avec la formule de l’OMS il faut utiliser de l’alcool pur et non dénaturé comme celui dont vous disposez (plus irritant).

    Si votre mélange n’est pas vendu vous ne devriez pas être embêtés. A utiliser avec mesure.

    Composants inflammables, faites attention.

    Préparation à laisser poser 72h avant utilisation.

    Cordialement”

    Approvisionnement actuel

    Autres possibilités

    3- Logistique

    Conditionnement et distribution

    Conditionnement OMS Retour d’expérience OMS - Distribution

    Transport, fabrication et stockage

    • Pour les déplacements, le RFF a répertorié des démarches pour se déplacer et accéder aux fablabs dans le document “Accès aux fablabs en période de confinement”. Ce peut être adapté pour accéder à la Myne et/ou pour faire des appros.
      • Note du document: P.S. Pour les bénévoles, nous n’avons pas de témoignage côté fablab. Nous avons le processus qui est utilisé pour faire agir des bénévoles d’associations solidaires ayant le droit de se déplacer pendant le confinement. Nous sommes intéressés par tout témoin et exemple de courrier dans le cas d’un bénévole.
    • @Emmanuel peut mettre à disposition fourgonnette et atelier de fabrication

    Moyens logistiques à disposition

    Fourgonnette Emmanuel

    • Possibilité de charger 1 tonne
    • Place pour 2 palettes (120x80cm)
    • Nécessité d’avoir une attestation de déplacement dans ce cadre

    Voiture de Rieul

    • Petit chargement
    • Coffre 425L

    Accès atelier Emmanuel

    • Situé à vaulx en Velin Village
    • Situé en zone résidentielle mais avec suffisamment de distance entre atelier et habitats
    • Accès de plein pied
    • Accès en camion possible (jusqu’à 20m3)
    • Possibilité de manutentionner des palettes (tire-palette dispo mais pas de gerbeur)
    • Pas de ventilation mais la porte d’accès est large et peut être laissée ouverte
    • Température moyenne du local : 10 à 15°C
    • Point d’eau mais alimentation à installer
    • Evier profond (installation en cours, pas d’évacuation à ce stade)
    • Plaque chauffante électrique dispo
    • Paillasse disponible
    • Gants et masques dispo sur place
    • Besoins
      • Est-ce qu’un évier avec eau courante est indispensable/nécessaire/utile/inutile ? Besoin de connaitre l’effort et l’urgence à mettre sur ce point

    Accès à la MYNE

    • Situé à Villeurbanne dans un maison avec jardin
    • Situé en zone résidentielle
    • Accès de plein pied
    • Espaces extérieurs et ventilés (naturellement) pour production et stockage
    • Paillasse disponible
    • Verrerie et matériel de base de laboratoire à disposition
    • Petits contenants pour conditionnement à disposition

    Autres

    • Bruno Vitasse devrait pouvoir nous trouver un alcoolmètre, par le réseau des brasseurs.

    Les lieux principaux de la logistique du projet :

    • Lieu d’Approvisionnement : Chez Dousselin Rue Gabriel Peri 69270 Couzon au Mont d’Or
    • Lieux de Fabrication : La MYNE, 1 rue du luizet, 69100 Villeurbanne | Atelier d’Emmanuel à Velin Village
    • Lieux de Stockage : La MYNE, 1 rue du Luizet, 69100 Villeurbanne | Atelier d’Emmanuel à Velin Village
    • Lieux de Distribution : La MYNE, 1 rue du Luizet, 69100 Villeurbanne | Atelier d’Emmanuel à Velin Village

    4- Suivi

    Protocole

    • Premier microbatch, pour tester la qualité.
      • FAIT: Production de 1.1 litres mardi 17/03 au matin
    • Analyse pour recherche de contaminants nocifs.
      • A FAIRE
      • Nous sommes en contact avec le réseau des Makers, qui vont faire le lien avec l’ENS Lyon pour analyse chimique du gel obtenu.
      • On a les FDS : https://cloud.lamyne.org/s/qkcNB4bQLTPsGnT
        • Validation par d’autres experts (notamment pharmacie Saint-Jean à Villeurbanne)
    • Second batch de 500 L - Voici le devis pour les matières premières - 1014,36 € TTC.
      • Mise à jour du devis au 30/03/2020, notamment pour y ajouter 150 bouteilles vides de 1 L : https://cloud.lamyne.org/s/jsCXNLqKDZirf5M - 2204,98 € TTC.
      • A FAIRE
      • Fonction du retour sur le 1er batch des test et contrôle qualité
    • Fourniture vers la personnes en lien avec les populations en difficulté
      • A FAIRE : caractériser le besoin en volume et les contenants pour la livraison
        • Besoin exprimé par Forum Réfugiés (foyers de réfugiés)
        • Besoin exprimé par Terramies (foyers de mineurs non accompagnés)
        • Besoin exprimé par Cyril Kretzschmar (élu local)
        • Besoin exprimé par Laura Gandolfi (élue locale)

    Carnet de bord

    Ce lundi 30/03 :

    On devrait avoir un retour de la mairie de Villeurbanne pour les autorisations de déplacement

    Je vais recontacter 2 pharmacies de Villeurbanne par rapport à la caractérisation.

    Dans tous les cas, je recontacte Dousselin pour commencer à organiser la production.

    Je vais lui demander :

    • Est-ce qu’on peut utiliser son labo pour la production ?
    • De quel matos dispose-t-il ? / Qu’est-ce qu’on doit amener ?
    • Quel est son stock exact de matières premières disponibles ?

    Je propose de viser ce mercredi 1er avril pour lancer la production.

    • Lundi 30 mars: contacté une pharmacie, qui nous a envoyé bouler. Alexis, de la Pharmacie Saint-Jean de Villeurbanne, en revanche, s’est montré très coopératif. Il va donner son avis dur les fiches produits et notre approche.
    • Samedi 28/03 : contacté Laura Gandolfi (élue de Villeurbanne) - elle va s’accuper des autorisations (vise lundi). A conseillé d’approcher le pharmacien dde Saint-Jean pour la caractérisation. A fait remonter des besoins d’aide pour les visio-confs / pratique de “se voir à distance”.
    • Vendredi 27/03 : prise de contact avec l’ARS via téléphone (04 72 34 74 00)
    • Vendredi 27/03 : prise de contacta avec Boehringer Ingleheim pour caractérisation
      • Demande de compléments d’information sur le type d’échantillon, le type et le nombre d’analyse et la timeline
    • Jeudi 27/03 : Mail envoyé à l’ANSM au service toxicologie (biosecurite@ansm.sante.fr)
    • Jeudi 27/03 : prise de contact avec une personne du labo Sanofi Marcy spécialisé dans les vaccins : Renvoie vers l’Agence nationale de santé et du médicament ANSM
    • Samedi 21/03 : reprise de contact avec l’ex-directeur de l’Ecole de Chimie de Mulhouse pour mener des tests et des recherches de composés toxiques. Retour négatif (23/03) car l’école et ses labos sont fermés avec un accès très réglementé et des dépalcements limités sur Mulhouse
    • Samedi 21/03 : prise de contact et refus de caractérisation d’un labo de recherche médical
    • Samedi 21/03 : prise de contact avec le CHU de Lyon via adresse mail spécifique (aide-covid19@chu-lyon.fr)
      • Mise en relation avec pharmaciens pour caractérisation et avis
        • Refus de caractérisation
        • Avis positif sur la démarche mais pas de validation ou d’avis donné sur l’usage de matières premières de qualité industrielle
      • Note : Pourrait-être intéressant de prendre contact avec la Fondation pour les HCL
    • Samedi 21/03 : contact pris avec Nadine Duportet, pour lien avec le CRI Paris et l’équipe qui travaille sur le sujet
      • Pas de retour
    • Vendredi 20/03 : mobilisation communauté twitter pour caractérisation ou validation du gel produit en vu d’en produire plus.
      • Lien initié avec Christian enseignant chercheur chimiste à l’UPMC, co-fondateur du FabLab de « Sorbonne Université » (ex PMCLab).
      • Message de Laura C. :
        • Ma fille bosse auprès des migrants dans les camps à Paris, via asso le Cèdre. Seraient intéressés pour obtenir du gel si vous arrivez à en produire. Ce n’est pas pas pour elle mais pour filer aux gens à la rue qui n’ont pas même d’eau pour se laver les mains.
    • Mardi 17/03 matin : production par @benjamin et @connie de 1L de solution hydroalcoolique (basée sur la Solution 1 proposée par l’OMS dans son Guide de Production locale : Formulations des Produits hydro-alcooliques OMS)
      • Matières 1ère (Note : mettre photo des bouteilles avec étiquettes ici):
        • 1L d’alcool 96
        • 1L d’eau distillée
        • 50cl de glycérol 98
        • 50cl d’eau oxgénée 35% L’eau oxygénée à 35% est oxydant puissant et un réactif dangereux et doit être manipulé avec précaution et dilué au moins 10 fois avant usage
      • Etapes (*Note : à compléter par @benjamin et @connie)
        • Diluer l’eau oxygénée pour arriver à un taux de 3%
        • Verser 833.3ml d’alcool dans un récipient préalablement desinfecté
        • Y ajouter 41.7ml d’eau oxaygénée diluée à 3%
        • Y ajouter 14.5ml de glycérol
        • Fermer le récipient pour éviter toute évaporation
        • Mélanger avec précaution le mélange
      • Le mélange est aujourd’hui en possession de @benjamin et @connie. Prendre contact avec eux pour y avoir accès et tester.
    • Lundi 16/03 : récupération chez Dousselin d’échantillon de matières 1ère pour test (Bon de commande, Devis pour 500L de solution)
      • 1L d’alcool 96
      • 1L d’eau distillée
      • 50cl de glycérol 98
      • 50cl d’eau oxgénée 35%

    5- Principe de précaution et risques liés à l’emploi de ce gel

    6- Points d’attention

    Points de vigilance

    • NECESSITE : avoir un suivi des matières 1ère utilisées, notament sur les questions des normes (qualité des produits, contaminants éventuels) pour voir dans quels cas la qualité industrielle pourrait quand même convenir.
    • Aujourd’hui les matières 1ère récupérées sont de qualité industrielle et non de qualité pharmaceutique
      • IMPLICATION : il est possible qu’il y ai des composés en quantité infime qui soit facteur soit d’irritation de la peau (pour les peaux sensibles) soit de contamination du mélange.
      • NECESSITE :
        • caractériser la gamme des composés chimiques des échantillons afin de définir le contenu potentiellement problématique
        • tester
        • chercher des substitus
      • INDICATION : tout test se fait en conscience et responsabilité de l’individu qui prend sur lui de tester. En aucun cas le collectif, et encore moins, la MYNE, ne pourra être tenue responsable pour les potentiels effets de ces tests.

    Questionnements

    • Coût :
      • Combien cela pourait couter ?
        • 3€/L > env. 1.5k€ pour 500L (bidons de 5L)
      • Comment financier ?
        • La MYNE pourrait en financer une partie (à valider collectivement)
        • Cagnotte de financement participatif sur les lieux de distribution
    • Déploiement, diffusion et distribution :
      • IMPLICATION : initier cette démarche dans un cadre associatif met moralement en responsabilité l’association qui soutient la démarche.
      • NECESSITE : se rapporcher d’acteurs.trices permettant de valider et légitimer la démarche et le protocole.
      • INDICATION :
        • On peut appeler la compagne de P.A. Le Page (qui est médecin, en hopital)
        • Une pharmacie sur les pentes de la Croix Rousse peut certifier une recette
        • Si besoin, l’association Framasoft est d’intérêt général (pour le relais)
        • Nous pouvons nous lier à Didier Pittet, inventeur de la recette (via A. Kaufmann).

    7- Discussions

    Ces échangs peuvent être retrouver et suivi dans les canaux #admin_prise-de-decisions et #p_epidemyne du rocketchat de la MYNE

    • @Benjamin (membre CC) :
      • Proposition: Au vu des besoins criants (j’ai eu Cyril Kretzschmar au téléphone ce matin par exemple: les bénévoles de sa ville n’ont aucun équipement ou gel ; ou encore le docteur de unteem ), si on a toujours pas de réponses d’ici demain midi sur la caractérisation, je propose de prendre la responsabilité personnelle de ce shmilblik. J’ai juste besoin que la Myne valide l’achat des matières premières (un peu plus de 1 k€). La Myne est contre l’utilisation non réglementée de ses ressources de toute manière - on est bien d’accord ?
      • Vote soumis au CC : Est-ce que la Myne veut bien acheter des matières premières (un peu plus de 1 k€) ?
      • Deuxième vote soumis au CC : Est-ce que la Myne est bien officiellement contre l’utilisation non réglementée de ses ressources ?
    • @Florian :
      • Ça me parait quand même utile de tester ce qu’on distribue. Je reste sur le mojo que l’urgence fait faire des conneries (cf états d’urgence dans tous les domaines). Il faut faire attention à ne pas faire plus de mal que de bien dans des dynamiques de solidarité. La Myne a toujours eu un regard critique sur ces réflexions que je partage ici dans ce cas précis. Est-on en capacité de faire un test nous même ? Parce que tester et certifier, c’est différent.
    • @Benjamin (membre CC) :
      • A ma connaissance, les risques principaux sont liés à:
        • C’est un gel inflammable, donc les gens qui courent en feu ;
        • On utilise de l’H2O2 à 35 % (à diluer), qui peut pipiquer, brûbrûler et faire bimboum les préparateurs pendant la synthèse ;
        • Problèmes de contamination (peu probable, c’est un gel hydroalcoolique après tout) ou d’erreur de manipulation pendant la synthèse (plus probable).
      • Concernant les produits:
        • La présence potentielle de méthanol (alcool toxique) dans l’éthanol ;
        • Les additifs industriels, non prévus pour contact cutané, potentiellement irritants, toxiques, etc.
    • @Florian : il peut être bien de poser clairement
      • les principes de précaution et risques potentiels tel qu’expliqués plus haut (transfert de responsabilité)
      • les démarches effectuées pour que chacun comprenne d’où ça vient et pourquoi on a pris ces décisions (faciliter la reproductabilité)
      • la méthode de production utilisée pour faciliter la reproductobilité et inviter les institutions et organisations à prendre conscience des blocages de leur mode de fonctionnement (attirer des personnes de ces organisations à nous aider)
      • sommes-nous en capacité de faire un test nous même ?
    • @Benjamin (membre CC) : Non, on a juste pas le matos d’analyse. Les produits de base sont de qualité garantie industrielle.
    • @Emmanuel (membre CC) : il me semble qu’il faut séparer les risques liés à la fabrication de ceux lié à l’utilisation.
      • la fabrication est, à priori, assurée par benjamin qui “sait” ce qu’il fait, notamment par rapport à la manipulation de l’eau oxygénée, etc…
      • l’utilisation: si j’ai bien compris, le gel hydroalcoolique est inflammable qu’il soit de fabrication par nous-même ou industriellement. Donc, ce point ne pèse pas dans les décisions qui nous intéressent.
      •  : Reste les problèmes de présence possible de méthanol et d’additifs.
    • @Nicolas : FYI, dans d’autres endroits de France (Montpellier, Caen, Nantes) ce sont les médecins eux même qui assument le risque de l’usage de matériel de fortune (compte tenu de la pénurie de matériel). Il est acquis que nous sommes en situation d’exception. D’une situation à l’autre, ce sont des individus, des collectifs, des associations ou des entreprises qui sont en action.
    • @Nathalie (membre CC) :
      • Decision : Pour ma part je suis d’accord que la myne achète les matières premières, et je propose même que la Myne porte la responsabilité de l’action. Je pense que ce n’est pas à Benjamin de la porter seule.
    • @Thomas (membre CC) : je rejoins Nathalie je pense pas que Benjanmin ait à porter la responsabilité seul 🙂 J’ai voulu dire la même chose, je me suis feiné pour l’unique raison que je ne maîtrise pas les risques lié à l’utilisation d’un gel non certifié… Mais je rejoins ce qui a été dit ; si tout les usagers potentiels sont en mesure d’acceder aux pads et au processus, ça le fait pour moi.
    • @Emmanuel (membre CC): Cet aspect de responsabilité vis-à-vis des utilisateurs du gel m’amène à avoir 2 réflexions:
      • il faudrait cibler les utilisateurs, cad avoir des utilisateurs conscients des risques potentiels, même s’ils sont limités. Donc, il faudrait éviter les enfants et les Mme Michu qui ne pourront pas nécessairement évaluer le niveau de risque.
      • cette notion d’avoir accès à l’information (via les pads) et d’utiliser un produit avec des risques potentiels rentre carrément dans l’esprit de la Myne. Les normes et les certifications, c’est, entre autre, construit pour dire aux consommateurs d’utiliser les yeux fermés tel ou tel produit sans se poser de questions sur l’origine et les process de fabrication. Ca part d’une volonté de protection mais cela a aussi comme conséquence de déresponsabiliser les utilisateurs, de ne pas prendre la peine de se renseigner sur les process de fab ou d’interroger les conséquences directes et indirectes de tel process industriel… Or, il me semble que l’esprit de la Myne est de rendre les gens acteurs et conscients et non simples utilisateurs.
    • @Connie (membre CC) : D’accord avec Nathalie - Avec un pad dédié et de décider à qui nous distribuerons (selon le message d’Emmanuel).
    • @Benjamin :
      • Proposition: je m’occupe de la synchronisation avec Dousselin (stocks, paiement, accès au labo, fiches produits), et de la synthèse sur place / @rieul du transport (y compris demande officielle aux autorités) et de la synthèse sur place.
    • @Rieul : OK pour moi, on se synchronise avec @Emmanuel pour le transport et avec toi ( @Benjamin ) pour aller chercher les mat 1ère. Ce dont j’ai besoin :
      • 1/ un mandat signé et daté du Conseil Collégial pour légitimer le fait que je puisse parler en tant que membre mandaté sur ce sujet par la MYNE. Je m’explique rapidement : pour obtenir une dérogation vis à vis des autorité je vais devoir faire valoir que je suis légitime en tant mandataire d’une association d’intérêt général sur un projet d’intérêt général. Note importante : je propose de mettre une date de fin à ce mandat (de type “la durée du confinement” ou un truc du genre)
      • 2/ l’adresse exacte des différents points de déplacement (l’atelier de emlaurent , la MYNE? chez Dousselin qui vont être les 3 principaux points de déplacement);
      • 3/ est ce que vous me confirmez que de je fais cette demande d’autorisation pour 3 personnes uniquement ( benjamin emlaurent et moi-même) ou bien je la fait au nom et pour la MYNE ?
      • 4/ que l’on définisse à quoi correspondent les différents lieux entre lesquels nous nous déplacçons (matières premières, fabrication, stockage, distribution…), à des fin de transparence vis à vis des autorités.

    8- Ressources

    A COMPLETER


    Ce document contributif est régi par les termes de la licence Creative Commons BY-SA 4.0.

    La clause de réciprocité est encore à préciser par les contributeurs·trices actifs à ce projet.