Où en est-on de la revalorisation des déchets dans le cadre de l’économie circulaire ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :


Où en est-on de la revalorisation des déchets dans le cadre de l’économie circulaire ?

En commun accord nous avons décidé d’axer notre problématique sur la revalorisation des déchets, et effet c’est un sujet d’actualité qui nous intéresse tous mais finalement nous nous sommes rendus compte que nous savions peu de choses sur le sujet. C’est donc l’occasion de se renseigner sur un thème important et de faire une sorte d’ « état des lieu » de la situation actuelle.

Premièrement il a fallu se renseigner sur des concepts clés, nous avons donc trouvé quelques informations qu’il est crucial de garder à l’esprit durant notre travail de recherche :

L’économie circulaire : Elle désigne un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable et dont l’objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie.

Ses enjeux : environnementaux et économiques En effet nous assistions à l’épuisement de certaines ressources naturelles, notre économie linéaire telle qu’elle existe actuellement est en train de montrer ses limites. Il s’agit donc d’optimiser l’utilisation de nos ressources si l’ont ne veut pas un jour faire face à des pénuries irréversibles.

La phrases clé est la suivante : « Les déchets des uns deviennent les ressources des autres ».

Les 6 principes :
1. L’utilisation modérée et la plus efficace possible des ressources non renouvelables ;
2. Une exploitation des ressources renouvelables respectueuses de leurs conditions de renouvellement ;
3. L’écoconception et la production propre ;
4. Une consommation respectueuse de l’environnement ;
5. La valorisation des déchets en tant que ressources ;
6. Le traitement des déchets sans nuisance.

Nous avons appris également qu’il existait en France un Institut de l’Économie Circulaire mais aussi une fondation créée par Ellen MacArthur qui traite de ce thème « Ellen MacArthur Foundation ». Nous allons maintenant chercher à interroger une entreprise concernée par ce sujet et qui pourra nous apporter quelques réponses pour alimenter notre dossier de production !

Sources :
Site du Ministère de l’Écologie, de Développement Durable et de l’Énergie : http://www.developpement-durable.gouv.fr
Site de institut de l’économie circulaire : http://www.institut-economie-circulaire.fr
Site de la « Ellen MacArthur Foundation » : http://www.ellenmacarthurfoundation.org/fr


Notre dossier de production


Notre reportage


Nous tenons à remercier chaleureusement:
- Anne de Béthencourt, en charge de l’économie circulaire a la Fondation Nicolas Hulot et Vice-Présidente de l’Institut de l’Économie Circulaire ;
- Benoît Paget, Directeur de CANIBAL ;
- Annie, Junior et Xavier pour avoir répondu à nos question.


Notre article journalistique sur la problématique

Où en est-on de la revalorisation des déchets dans le cadre de l’économie circulaire ?

Actuellement, nous vivons dans une économie linéaire basée sur une destruction des ressources car le modèle actuel consiste à « extraire-fabriquer-jeter ». La gestion des déchets est plus que jamais un enjeu de société car des siècles d’économie linéaire ont amené à l’épuisement des ressources naturelles et démontrent les limites de cette organisation. La question de nouveaux modes de conception, de production mais aussi de consommation qui se doivent d’être plus responsables est donc au cœur de notre problématique. Nous nous sommes intéressés à l’économie circulaire car elle offre des réponses aux limites de notre économie actuelle.

Les challenges à relever ne sont pas des moindres car il ne s’agit pas seulement de revalorisation des déchets mais comme le souligne Anne de Béthencourt dans notre vidéo il s’agit de repenser tout notre système économique et notre mode de production en repensant totalement le cycle de vie d’un produit pour se baser sur des matières premières recyclées, sur l’éco-conception, sur l’utilisation des déchets comme matière première. Nous nous sommes rendus compte que c’est un thème d’actualité qui reste pourtant peu traité dans les médias. Malgré tout, des organisations comme l’Institut de l’Economie Circulaire tentent tout de même de faire avancer les choses ou bien certaines entreprises responsables basées entièrement sur ce principe d’économie circulaire comme CANIBAL, dirigée par Benoit Paget que nous avons eu la chance de rencontrer.

En effet, aujourd’hui il ne suffit plus de simplement manifester son contentement face à l’organisation de la traite des déchets, il faut trouver des solutions durables mais aussi accessibles à tous consommateurs. C’est dans cette optique là que des entreprises peuvent participer à l’économie circulaire, mais aussi être à l’origine des « boucles positives » de l’économie circulaire en réinventant l’usage même des produits. Selon Anne de Béthencourt, l’économie circulaire implique que nous anticipions des prochaines vies des matières en ne vendant plus le produit ou la matière en elle même mais l’usage que nous en avons. C’est ainsi qu’un même produit peut être utilisé plus longtemps, plus de fois au court de sa vie et donc être rentabilisé au maximum.

L’innovation est l’essence même du futur de l’économie circulaire et ce sont les entreprises qui doivent amorcer cette innovation. L’entreprise CANIBAL, dirigée par Benoît Paget est un bon exemple d’entreprise innovante basée sur le principe de l’économie circulaire : il propose des machines intelligente et ludiques permettant de trier les déchets comme les gobelets en plastique ou en carton, les bouteilles, les cannettes. La machine identifie le type de déchet, le trie et offre la possibilité de gagner un lot (bon de réduction, etc.) à la personne qui recycle. De plus il y a un côté ludique puisqu’il y a la possibilité – de façon aléatoire- de gagner quelque chose, le but est moins dans une optique moralisatrice que dans la vraie sensibilisation d’un plus grand nombre à travers un retour en enfance qui nous parle à tous, une façon ludique, qui nous permet de « jouer ». C’est en cela que l’entreprise compte toucher un plus grand nombre et c’est selon nous la meilleure façon de sensibiliser les populations, car le discours moralisateur et culpabilisant a été entendu mainte et mainte fois sans effet significatif sur les consciences.

Notre société a encore du mal à simplement assimiler le concept de l’économie circulaire et à imaginer que cela puisse être le futur de notre économie. Pourtant cette idée n’est que le prémisse d’un changement considérable, en effet cette question en soulève beaucoup d’autres et notamment le principe même de la croissance et des indicateurs sur lesquels nous nous basons dans notre société capitaliste. En effet pour changer notre économie il faut d’abord changer les mentalités et nos références en matière de croissance car l’économie circulaire ne pourra pas être viable dans le type de modèle économique que nous avons actuellement. Un tel changement économique est-il alors possible ? Comment doit-on l’envisager ? Et surtout à quel prix ?

Sources :
Inddigo.com
Site Internet de CANIBAL

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

A développer lors de l'amphi de clôture - due date : cet exercice sera réalisé lors de l'amphi de clôture