M1 Inconnu 2013 - Science Ouverte

De Movilab
Aller à :navigation, rechercher

La science ouverte est le fait de produire des travaux, hypothèses, méthodes, et de les publier afin qu'elles puissent êtres débattus, améliorés par l'ensemble des personnes intéressées. Elle se produit de différentes manières, par le biais de sites spécialisés, de blogs, de forums, d'archives ouvertes... son idée principale est avant tout le partage du travail de recherche scientifique pour tous. Cette pratique étant toute récente, il est normal de ne pas y avoir beaucoup d'informations à ce sujet.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Auparavant, les recherches scientifiques étaient peu ou alors pas du tout publiées. Il a fallu attendre le XVIe siècle pour les académies des sciences se décident de publier les recherches. Plus tard, les revues scientifiques comme Science (depuis 1880), ont permis la publication de centaines de milliers d'articles scientifiques de la part de chercheurs. Il existe bien entendu des revues bien plus anciennes. Dans les années 1990 à 2000, une multitude d'associations ou ONG prônant une recherche scientifique ouverte se sont créées. La démocratisation de l'information a permis également ce genre de pratiques. De nos jours, les outils de partage de contenu, les réseaux sociaux permettent plus que jamais de pouvoir diffuser au plus grand nombre sa recherche, ses idées.

La parabole d'Harnad[modifier | modifier le wikicode]

Un jeune chercheur ayant tout juste obtenu son doctorat annonce fièrement à sa mère qu'il vient de publier son premier article. Elle lui demande combien il a été payé. Il grimace, répond : « Rien » et se lance alors dans une explication longue et compliquée...

Un chercheur de la même université repère cet article. Il se rend à la bibliothèque pour l'obtenir. On lui répond : « Nous ne sommes pas abonnés à cette revue, trop chère pour nous (notre budget d´abonnements, de droits, de prêt et de reproduction est déjà largement dépensé). »

Un étudiant, dans la même université, voit le même article cité sur le Web. Il clique sur la citation. Le site de l'éditeur demande un mot de passe : « Accès refusé : seules les institutions autorisées et ayant souscrit un abonnement ont accès à la revue. »

L'étudiant perd patience, s'ennuie et clique sur Napster pour mettre la main sur la version MP3 de son CD favori et se consoler ainsi de ses malheurs.

Des années plus tard, la titularisation du docteur du point 1 est envisagée. Ses publications sont bonnes, mais pas assez citées; leur « impact scientifique » n'est pas suffisant. Titularisation refusée.

Le même scénario se répète lorsqu'il essaie d'obtenir des crédits de recherche [institutions , organismes de financement]. Ses résultats scientifiques n'ont pas eu un impact suffisant. Trop peu de chercheurs les ont lus, s'en sont inspirés et les ont cités. Financement refusé.

Il essaie alors d'écrire un livre. Les éditeurs refusent de le publier : « On n'en vendrait pas assez d'exemplaires car les budgets annuels des universités sont limités par le coût annuel, sans cesse croissant, de leurs abonnements, droits et prêts ».

Il essaie de mettre ses articles sur le Web, en accès libre, afin d'augmenter leur impact [visibilité]. Son éditeur menace de le poursuivre, ainsi que son fournisseur d'accès, pour violation du copyright.

Il demande à son éditeur : « Qui le copyright est-il censé protéger ? » Son éditeur lui répond : « Vous ! » [1]

Similarités[modifier | modifier le wikicode]

Le concept de la science ouverte n'est pas sans rappeler celui de l'Open Source. Les personnes ayant formulé des théories souhaitent les rendre accessibles librement, donner un droit de modification et de redistribution, avec la condition de citation.

On peut également faire un parallèle avec l'Open Access, qui permet de faire la différence entre l'accès libre et l'accès gratuit. L'un permet de consulter gratuitement un travail de recherche, alors l'autre permet de le reprendre et de le citer selon des contrats de licence, tels que Creative Commons. Ce type de méthode est arrivé avec la démocratisation du World Wide Web, et surtout, de l'augmentation exponentielle du prix des revues scientifiques au fil des années (Un abonnement annuel a un journal scientifique se situe dans la moyenne des 1000$, voir plus.)

Un procédé dont la science ouverte est un dérivé, est la recherche ouverte, en anglais l'Open Research. Elle inclut les mathématiques, les sciences sociales, l'ingénierie, les lettres, la médecine. Elle se base sur le fait de projets réalisés de manière ouverte. Il peut très bien y avoir de l'open data sur un sujet spécifique, mais qui n'est pas utilisé dans le cadre d'une recherche ouverte. (Par exemple, tout le monde peut obtenir un objet A et B, mais personne ne pense vouloir faire un projet sur la découverte de l'objet C qui demande des recherches autour de A et B).

Ressources[modifier | modifier le wikicode]

La science ouverte est rendue possible par un très grand nombre de sites dédiées ou non à cet idéal. Certaines chercheurs décident de faire un blog, où ils exposent les travaux de leurs recherches, qui peuvent être lus par tous, voir même repris. Ces mêmes blogs peuvent êtres indexés, via des annuaires ou des communautés de blogs tels que Stanford Blogs, Café des Sciences, ou même des moteurs de recherche comme Google Blogs. Google propose même son propose service d'indexation d'articles de recherche, Google Scholar. Les sites tels que Scribd, Slideshare, Calaméo, TED, permettent la diffusion de documents, de vidéos, pour en faire bénéficier au plus grand nombre, quel qu'en soit le format. Les sites moins axés sur cette discipline permettent malgré tout de pérenniser cette pratique: Twitter, Facebook permettent de partager très facilement des données, à de nombreuses personnes en un temps record.

Processus[modifier | modifier le wikicode]

Il existe différentes manières, en utilisant les sites ou pratiques citées avant. Publier sa recherche sur son blog, sur des carnets en ligne, via les archives ouvertes de son université, un site de partage de documents... les personnes peuvent inciter trouver votre travail, le republier, en débattre, le citer, vouloir s'impliquer dans votre recherche... puis pour le republier, pour que quelqu'un d'autre le lise et s'y intéresser. Et s'il s'agit d'une théorie, ce processus peut se répéter un nombre incalculable de fois. Les éléments s'imbriquent : Au point de départ se situe un blog où un scientifique partage son idée. Quelqu'un passe sur son site, il partage le lien du billet sur Twitter. Une personne décide de passer par un outil de recherche de tweets, et retrouve le blog de cette personne.

Enjeux sociaux[modifier | modifier le wikicode]

La science ouverte permet l'accès libre pour tous les internautes à toutes les publications scientifiques arbitrées par les pairs (le libre accès), le partage des données de recherche et l'évaluation scientifique ouverte (la science en ligne), la science collaborative (ou citoyenne) qui intègre des non professionnels de la recherche scientifique dans les projets de recherche, la science 2.0 qui regroupe les réseaux sociaux et blogs où s'expriment de plus en plus les chercheurs, y compris pour présenter et mettre en débat leurs hypothèses.

Critiques[modifier | modifier le wikicode]

La discipline a tendance à s'éparpiller. Pourquoi vouloir faire de l'open science, alors qu'il existe l'open research, qui englobe déjà plusieurs disciplines ? Si l'on suit ce raisonnement, on peut parler de médecine ouverte, de sociologie ouverte... autant d'ouvertures pour autant de domaines.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://cogprints.org/2542/ HARNAD, Steven, consulté le 23 novembre 2013.




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales