M1 Inconnu 2013 - FabLab & Co

De Movilab
Aller à :navigation, rechercher

DéfinitionS[modifier | modifier le wikicode]

Définir les FabLab et les lieux apparentés est difficile sans auparavant décrire leurs histoires respectives. Ces lieux se regroupent pourtant sous l'esprit du "Do It Yourself", faites-le vous-même. Ces espaces de création et d'innovation n'ont pas une finalité entrepreneuriale première et permet à des personnes curieuses et volontaires d'échanger dans un cadre créatif sur des projets plus ou moins structurés, allant de la création d'objets au détournement de leurs fonctions premières dans le but de s'approprier de nouveaux usages.

Le FabLab au sens propre du terme correspond à une typologie d'espace de création à finalité d'innovation. L'idée se porte essentiellement sur la pluralité et la transversalité des compétences des bénévoles qui en sont membres.

Concrètement, c'est un espace où des initiés se retrouvent et mettent en commun compétences et temps libre pour créer des objets nouveaux, souvent à l'aide d’outils de fabrication assistés par ordinateurs (imprimantes 3D, imprimantes vinyles, scanner 3D)

structures :[modifier | modifier le wikicode]

Nous allons voir ici les différentes structures existantes, cette liste n'est pas complète mais représente la majorité de l'existant aujourd'hui à travers le monde.

Le Fablab[modifier | modifier le wikicode]

Les origines[modifier | modifier le wikicode]

C'est un professeur du MIT qui est à l'origine du projet. Neil Gershenfeld, à la fin des années 1990 voulait créer un espace nouveau où les membres apprendraient par eux même. L'ouverture et la collaboration, ainsi qu'un maillage complet entre universités et autres Fablab sont essentiels à sa constitution.

plus d'informations à ce lien.

Ce que l'on y fait[modifier | modifier le wikicode]

Répondant à une définition et une certification précise, il est très compliqué à monter et demande des connaissances de ce type de milieux et de démarches avancé. Le Gouvernement Français dans sa politique de développement des tiers lieux a rendu en 2013 possible l’accès à la certification via des subventions. On retrouve un ensemble d’outils et d’actions liés à ces outils comme par exemple la fraiseuse de précision, la découpeuse laser, la découpe vinyle mais pas encore l’imprimante 3D (bien qu’elles ne soient pas recommandées dans la liste du MIT disponible à ce lien, on en retrouve dans de nombreux FabLab. Ce que l’on y fait : on y respecte les normes édictées par le MIT avant tout

Le Hacker Space et Hack Lab:[modifier | modifier le wikicode]

Les origines[modifier | modifier le wikicode]

Dans un hackerspace, pas de codification précise, les membres se retrouvent autour d'un ou plusieurs intérêts communs tels que l'informatique ou l'électronique mais encore la mécanique, les sciences ou les arts au sens large. L'idée ici est de dépasser le simple usage des choses, des outils, du matériel.

Plus d'informations ici


Ce que l'on y fait[modifier | modifier le wikicode]

On invente, on créé, on "bidouille", on teste. Parfois avec un objectif précis parfois pas.

C'est par exemple dans des Fablab Japonais qu'après le Tsunami et la fuite radioactive de Fukushima des compteurs Geiger mesurant le niveau de radiation à un endroit précis ont été fabriqués à partir de pièces détachées d'ordinateur et de téléphones portables. Un processus impossible à mettre en place aussi rapidement au niveau industriel. Les plans ont été mis en ligne rapidement et des personnes avec un niveau même très modeste en électronique étaient en mesure de fabriquer un compteur Geiger fonctionnel

Plus d'informations ici et à ce lien

Le Repair Café :[modifier | modifier le wikicode]

Les origines[modifier | modifier le wikicode]

On trouve les origines du repair café dans les milieux écologistes des années 1970 même si comme les hackerspaces leurs origines sont floues et témoignent bien de la volonté populaire de meneurs d'initiatives de reprendre le pouvoir sur des outils et méthodes qui ont pris une part importante de nos vies et dans nos vies.

Plus d'informations ici

Ce que l'on y fait[modifier | modifier le wikicode]

Plus populaire au sens propre du terme, le repair café est plus facile à appréhender pour le grand public. C’est l’endroit qui potentiellement regroupe les compétences les plus larges et où l’implantation est la plus aisée. En effet, il est possible de monter un repair café avec presque rien excepté un local et quelques outils et là encore le repair café peut être facilement remplacé par un petit fourgon si la volonté des makers est d’être mobile, pour aller au contact de populations plus isolées dans les points éloignés des villes ou éloignés des centres créatifs (quartiers économiquement ou socialement isolés).

l'humain[modifier | modifier le wikicode]

Le Maker[modifier | modifier le wikicode]

Un maker, qui se traduirait de l’anglais par « faiseur » ou encore « créateur » est une personne qui créé ou innove à partir d’outils, savoirs ou méthodes dans des lieux tels que les FabLab, repar café et Hacker Spaces. Ce peut être donc vous si vous le décidez. Il vous suffit de consacrer un peu de temps à un projet personnel ou collectif et d’être curieux. Une phrase pourrait résumer cette action « Do It Yourself » c.a.d « faites-le vous-même. »

Réalités[modifier | modifier le wikicode]

Réalités Conceptuelles[modifier | modifier le wikicode]

Le concept de Fablab, de Hacklab ou Repair Café est parfois difficile à comprendre pour des non initiés. En effet, c'est surtout la finalité qui n'est ni exactement sociale au sens associatif ni exactement lucrative au sens entrepreneurial.

La lenteur Française[modifier | modifier le wikicode]

Il y a avant tout une frilosité de la part des "non initiés", peu de personnes osent entrer dans des Fablab ou lieux apparentés. Cela est également du à un manque de communication de la part de ces structures. En effet leur existence même est basée sur le volontariat. Il est donc compliqué de lancer une campagne de communication ou de "publicité". Le piège serait ici de prendre en retard par rapport aux autres pays européens et occidentaux plus globalement. Sans négliger l'apport de pays en voie de développement et de rattrapage sur ces aspects.

Les partenaires[modifier | modifier le wikicode]

Toujours dans cette problématique de "porter l'existence du Fablab aux tiers" les partenaires locaux, commerciaux, scolaires ne sont pas encore assez informés. Pourtant le potentiel est grand. Il y a du chemin à faire dans les deux sens. Militer pour la transparence de ces lieux, parler de ce qu'il s'y fait et montrer que tout le monde peut devenir acteur. L'alternative doit être démontrée en permanence.

Les Budgets[modifier | modifier le wikicode]

Selon la structure choisie, le budget peut aller de quelques centaines d'euros pour les repair café mobiles à plusieurs dizaines de milliers pour des Fablab complets. Il existe des aides et des subventions pour des porteurs de projets financés par l’État. Le Gouvernement Français a d'ailleurs débloqué un budget en 2013 pour financer ces projets sous la responsabilité de Fleur Pellerin, ministre de l’Économie Numérique.

Plus d'informations ici et à ce lien

Réalités empiriques[modifier | modifier le wikicode]

Lieux de partage de l'information[modifier | modifier le wikicode]

Les profils, les membres ne sont pas filtrés. Les personnalités ne sont pas recrutées (même si certains profils correspondent mieux à l'âme des Fablab & Co. tout le monde peut trouver des intérêts à venir partager savoir ou expériences sur des projets propres ou communs.

Durabilité.[modifier | modifier le wikicode]

Certains parlent déjà de troisième révolution industrielle. Il est vrai qu'étant donné le nombre d'initiatives isolées ou non à travers le monde sur des structures de ce type, on ne parle pas d'effet de mode mais bel et bien de lame de fond, de mouvement, de tendance lourde. C'est pour cette raison également que des grandes écoles, de grandes entreprises pourtant élèves et reproductrices du système actuel se penchent sur ce type de structures.

Personnalités des pionniers.[modifier | modifier le wikicode]

En quelques mots, le "Do It Yourself" est essentiel de même que la certitude qu'il existe une alternative dans la façon de travailler aujourd'hui en créant ensemble et sans rester sur la logique de la main invisible d'Adam Smith qui démontrait que l'intérêt collectif passait par la poursuite de l'intérêt individuel. Travailler ensemble sur des projets de ce type, c'est accepter de se dépasser.

Opportunités[modifier | modifier le wikicode]

Éducation[modifier | modifier le wikicode]

Le retour à une certaine horizontalité du partage du savoir rapproche de "l'école par les autres". La structure hiérarchique disparait au profit de l'expertise du moment d'une ou plusieurs personnes sur un sujet précis. Aussi en terme d'éducation, ces espaces permettraient à des élèves, collégiens, enfants, lycéens ou même du supérieur de travailler sur des projets concrets pouvant mélanger informatique, production physique, territoire et numérique. Des initiatives de ce type n'ont comme limite que celle que l'on se fixe.

Emploi[modifier | modifier le wikicode]

De nouveaux métiers vont indéniablement se créer. Le savoir rare existe et il est partagé. Les personnes manquent parfois de moyens ou de cadre pour mettre en œuvre leurs idées ou projet. Des métiers comme réparateur, au sens le plus simple du terme se créent et les chambres d'artisanat envisagent sérieusement de financer des formations en ce sens.

Entreprise[modifier | modifier le wikicode]

L'innovation est la locomotive des entreprises. Que ce soit dans les matériaux, le développement informatique, l'usinage de pièces mais aussi dans le design et le service. C'est l'intelligence collective qui permet de mettre en place la bonne innovation au bon moment. De plus en plus de grandes entreprises mettent en place un FabLab ou délèguent du temps à l'initiative personnelle durant le temps de travail, reprenant le 80 % 20 % utilisé chez Google (80 % du temps est destiné au travail pour l'entreprise, 20 % pour des projets personnels développés durant le temps de travail. C'est de cette façon que Youtube est né...)

Ville/Quartier[modifier | modifier le wikicode]

Un Fablab est clairement un lieu de rencontre. Entreprises, universitaires, ouvriers, chômeurs, employés, curieux, jeunes, moins jeunes. Pour réussir, il doit d'implanter dans un territoire de manière durable, claire et transparente. Si plusieurs établissements de ce type existent, ils doivent travailler de concert.

Sociales[modifier | modifier le wikicode]

Au delà de la rencontre et de la possibilité de création d'emploi, ces nouveaux espaces sont de nouveaux atriums, ils se veulent citoyens et ouverts, sans connotation politique même si on est assez éloigné de certaines conceptions "propriétaires" dans ces lieux. Le retour à la confiance, l'ouverture d'esprit, le vivre ensemble, le "vivre avec" qui devient "faire avec" sont des vecteurs essentiels de retour au social, de rencontre de l'autre à travers le faire ensemble.

Risques[modifier | modifier le wikicode]

Enjeux de pouvoirs[modifier | modifier le wikicode]

A l'intérieur des Fablab peuvent naitre des enjeux de pouvoirs et de légitimité. Parfois exacerbés par la réussite d'un projet, la volonté médiatique de mettre en évidence un chef de projet, un seul visage peut conduire à des scissions ou des tensions. Il est important de parler au nom du collectif comme d'une entité légitime et unique.

L'information[modifier | modifier le wikicode]

La rétention d'information est un fléau qui mine les entreprises, en particulier en France où savoir=pouvoir. Cette rétention d'information peut conduire à la perte de temps, d'argent, d'emplois alors que les détenteurs d'informations pensaient seulement défendre leur intérêt personnel.

Il est nécessaire d'éviter absolument cet aspect dans les Fablab. L'information doit être partagée, ouverte, gratuite, point. C'est concept difficile à assimiler au début mais très vite payant.

La mentalité, l'esprit[modifier | modifier le wikicode]

Sous le couvert de l'ouverture et du "tout partagé" peut se mettre en place une forme d'hypocrisie infertile. Il convient d'éviter ces comportements qui pourraient presque aller jusqu'à l'espionnage industriel via des documents contractuels et des initiatives préventives pourquoi pas dérivées de l'intelligence économique.

Les Fablab en France.[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui en France il existe un nombre limité de FabLab certifiés. Par ce terme sont désignés des espaces de réflexion commune et de travaux destinés à innover et penser les opportunités offertes par des outils numérique et productiques d'avenir. Il existe de plus en plus de tiers lieux de ce type, souvent sous les statuts d'associations ou de Scop.

Le Fablab et moi[modifier | modifier le wikicode]

Soyez curieux[modifier | modifier le wikicode]

Chacun est porteur de connaissances rares. Les partager est essentiel aujourd'hui. En effet, posséder une connaissance nous donne certes un pouvoir propre vis à vis de nos pairs mais l'information n'a de réelle valeur que si elle est partagée pour conduire à une création supérieure. L'objectif est ici de se promouvoir à travers une expertise partagée et sans cesse renouvelée et aiguisée. Ecouter les projets d'autres personnes peut aussi vous permettre de les aider. Vous apporteriez alors votre aide à une personne qui vous la rendra d'une manière directe ou indirecte.

Prenez un peu de votre temps[modifier | modifier le wikicode]

A l'évidence, il ne faut pas penser ces lieux comme l'on pense une journée de travail où l'on met à disposition une force à un tiers en échange d'une rémunération directe et contractuelle. Il y a d'autres richesses dans le Fablab, notamment l'information. Difficilement quantifiable économiquement, elle peut permettre de gagner du temps. Le troc de services peut aussi se faire dans ces espaces où l'on a décidé de repousser les frontières sans en définir de nouvelles. Il faut somme toute le pas avoir peur de son pouvoir propre et de sa capacité intrinsèque à créer, innover ou penser. Chacun peut avoir un avis sur la direction que le collectif doit prendre et les apports de tout un chacun n'est pas limité à une fonction prédéfinie comme le serait un emploi direct. Il faut être prêt à investir du temps pour récolter information et argent. C'est ce système qui pour beaucoup conduira à la reprise économique au sens le plus noble du terme.