Les sociétés privées mandatées par les ONG pour gérer leurs campagnes de don sont-elles au service des causes humanitaires?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Les sociétés privées mandatées par les ONG pour gérer leurs campagnes de don sont-elles au service des causes humanitaires?


Nous allons tenter de retracer le circuit des dons. Après avoir étudié le charity business de façon général, notre projet consistera en une analyse du système de demande de don dans les ONG. En effet, ces dernières cherchent sans cesse à développer leur stratégie en matière de communication. Elles s'appuyent désormais sur des sociétés privées qui les aident à accroître leur nombre de donateur et à diffuser plus efficacement leur message. Néaanmoins, le rôle de ces sociétés, et plus encore leur mode financement restent difficilement contrôlables. C'est pourquoi nous nous sommes demandés si elles servaient réellemment les causes humanitaires.

mots clés: ONG, don, charity business


Notre dossier de production

Lien externe: http://fr.slideshare.net/rayaneaitelhocine/performance-durable-dossier-de-production-groupe-142

Notre reportage

Nous tenons à remercier chaleureusement Sophie BONNET(journaliste d'investigation), Christophe LEROUX(directeur de la communication et du développement de La ligue contre le cancer), ainsi que toutes les personnes qui nous ont aidées à mettre en œuvre notre projet.

Notre article journalistique sur la problématique

Les sociétés privées mandatées par les ONG sont-elles au service des causes humanitaires?
Le commerce de la charité ?
S’il y a bien en France un sujet sensible en période de crise, c’est celui du commerce de la charité. Faire un don n’est pas un acte difficile en soi, mais le manque de transparence dans la gestion des dons et les différents abus ont conduit à une méfiance des Français. Lors de notre enquête, nous avons tenté de mettre en lumière les mécanismes utilisés lors des récoltes de dons en donnant la parole aux acteurs du secteur caritatif. On constate une augmentation du nombre des associations, se portant aujourd’hui à plus de 1, 3 million.
Ce phénomène explique le besoin des ONG de mettre en place une véritable stratégie de marketing et de communication. En effet, l’objectif premier des ONG est d’allouer leurs ressources et effectifs vers la recherche et développement et la prise en charge de personnes. C’est pourquoi elles font appel à des sociétés de conseil, spécialisées dans la récolte de dons pour gérer leurs campagnes. Nous nous sommes intéressés à ce levier qui soulève de nombreuses interrogations, et que certains spécialistes contestent.
Mais pourquoi ?!
Ces sociétés ont pour but de collecter des fonds en utilisant le contact direct entre recruteurs et donateurs. Après avoir été sollicité plusieurs fois par ces personnes pour effectuer un don, nous avons eu envie de comprendre quels étaient les enjeux de ce système.
Comment fonctionnent-t-elles ? Font-elles du tort au secteur caritatif ? A priori bénévoles, ce sont en fait des salariés à qui nous avons à faire. En effet, les associations consacrent une partie des dons versés pour financer les spécialistes de street fundraising. Leur utilité principale est de recruter et former des personnes qui vont devoir récolter le maximum de dons possibles via le prélèvement bancaire. Néanmoins, c’est une démarche qui apparait être systématisée et impersonnelle, comme nous le précise la journaliste d’investigation Sophie Bonnet. Nous avons donc décidé de nous glisser, à notre tour, dans les arcanes du monde associatif. Selon La ligue contre le cancer, cette collaboration permet de diffuser leur message et de sensibiliser un maximum de personnes. Cependant, « on ne force personne » nous a-t-on dit. Leur but est certes de rallier des forces à leur cause, mais leur permet surtout de se concentrer sur leur réelle mission.
Mais comment se fait-il que tous n’aient pas recours à cette stratégie marketing ? En nous adressant à l’association Pour un Sourire d’Enfant, on nous a expliqué que ce n’était pas dans leur politique, car toutes les ONG ne faisaient pas face aux mêmes enjeux et n’agissaient pas tous à la même échelle. PSE a choisi une collaboration plus confidentielle avec le système de parrainage et n’use donc pas des mêmes méthodes en matière de communication et d’action. De plus, elle souhaite limiter ses frais au maximum afin que les dons soient reversés à l’association uniquement.
Alors où va réellement notre argent ?
« Sur 100 euros de dons, 75 sont dédiés aux missions sociales, 10 à la récolte de dons en général, et 15 aux frais de fonctionnement » chez la Ligue contre le cancer. Leur champ d’action est plus vaste, et elle possède un potentiel de mobilisation très important et écouté. Tout ceci leur confère un rôle majeur au niveau politique et économique autour d’un enjeu qui nous concerne tous, la santé. Ainsi, leur besoin en matière de communication, qui doit sans cesse se moderniser, est d’autant plus important et nécessaire, ce qui pourrait justifier le recours aux services des sociétés de conseil, malgré les frais.
Bien loin des scandales, notre enquête a révélé un secteur uni, collaboratif, qui partage la même passion. La mission de ces sociétés de conseil est de répondre aux besoins précis et personnalisés des ONG. Elles visent à informer et récolter des dons, mais ne remplacent pas le travail de sensibilisation, prévention, et le témoignage des bénévoles. Finalement, les sociétés de conseil agissent dans l’intérêt des associations en mutualisant un même service pour l’ensemble du secteur, tout en étant des sociétés commerciales qui en tirent un certain bénéfice. Ainsi, la rentabilité économique et la responsabilité sociale ne sont pas incompatibles.

Sources: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/11/27/01016-20091127ARTFIG00669-questions-autour-de-l-argent-des-dons-aux-associations-.php http://www.observatoiredesgaspillages.com/2009/associations-humanitaires-ou-va-largent/ http://www.ccomptes.fr/ http://www.ligue-cancer.net/

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Due date : 08/12