Les AMAP, un circuit de distribution alternatif ?

De Movilab.org
LogoAMAP.jpg

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :

En quoi les AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne) se démocratisent-elles comme nouveau mode de consommation responsable et de proximité notamment dans la région Nord Pas De Calais ?

Notre dossier de production


Notre reportage

Nous tenons à remercier chaleureusement:
Rémi Top, Président du Réseau Régional des AMAP
Michel Lucas, fermier à Harnes
Robert Bréhon, Président de UFC-Que-Choisir de Lille
Laurent Desbuisson, agriculteur membre du Réseau des AMAP
Fabrice, vendeur sur le marché de la place Sébastopol

Notre article journalistique sur la problématique

ArtfinalAMAP.jpg



Sources:
http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf_primeur275.pdf
http://alimentation.gouv.fr/circuit-court-local-consommation

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?


Sabine: Ce cours m'a permis de cerner en profondeur un mode de consommation souvent méconnu et peu valorisé par l'économie orthodoxe, mais auquel je suis sensibilisée de longue date par mes proches. J'ai trouvé beaucoup d'intérêt à travailler sur la région Nord-Pas-de-Calais, où se trouve implantée notre école. J'y ai découvert, au cours d'interviews et de rencontres, les diverses stratégies d'adaptation des circuits courts pour répondre aux différentes demandes. Par ailleurs, le cours offrait l'opportunité de développer des compétences professionnelles. En qualité de chef de production, à travers le mode projet, j'ai renforcé mes compétences en termes de gestion du temps, des tâches, compte-rendu aux différents membres de l'équipe pour maintenir la cohésion. Enfin, j'ai mis en application mes capacités rédactionnelles à travers la rédaction de l'article, mis en ligne sur notre page Wiki.

Marion : Ce cours m'a tout d'abord permis d'en savoir plus sur les enjeux des modes de consommations actuels, et sur les avantages sociaux et écologiques des circuits courts. D'un point de vue plus technique, j' ai développé mes compétences sur le logiciel Final Cut Pro, qui m'était jusqu'alors inconnu.

Judith : Le cours de performance durable nous a donné l’opportunité de faire quelque chose de différent. Différent dans la manière d’aborder un sujet,différent dans la manière de l’exploiter, différent enfin dans la manière d’en rendre compte. Le choix de notre sujet n’est pas anodin pour moi, particulièrement. Avec l’association Equiterre dont j’étais la présidente durant l’année 2014, nous avons organisé toutes les semaines une distribution de paniers de fruits et légumes au sein de SKEMA, sur le modèle des AMAP. Etudier plus en profondeur ce sujet était donc plus qu’enrichissant. La rencontre des acteurs du réseau amapien s’est avérée très fructueuse et s’est révélée être une approche bien plus agréable que celle de wikipédia par exemple. Certes cela prend du temps mais le contact humain a été apprécié. La forme, qui nous était imposée pour exposer nos recherches, notre problématique et nos réponses, à savoir une vidéo, ne m’était pas forcément familière. En tant que journaliste, se retrouver à l’écran n’est pas chose facile. Cependant, entourée d’une équipe solidaire et sympathique, l’exercice a pris en tout autre ton. Nous avons, je pense, réussi à faire passer le message que nous voulions faire passer.

Léa : Ce cours a fortement attisé ma curiosité. Notamment, sur la notion de performance durable sur laquelle je ne m’étais encore jamais interrogée et sur ce qui gravite autour. Ainsi, j’en ai appris beaucoup sur le thème des AMAP que nous avons choisi de traiter. C’est un sujet que je ne connaissais absolument pas et c’est ce qui m’a plu lorsque nous avons choisi notre thème. Le cours de performance durable m’a permis de travailler en groupe dans un cadre moins scolaire que celui auquel on peut être habitué et ce, de façon plus ludique grâce à la réalisation d’une vidéo et à l’utilisation du wiki. En tant que jardinière j’ai appris le code HTML et cela m’a plu ! C’était auparavant une notion vraiment floue, aujourd’hui c’est un outil que je manipule facilement. De plus, le fait de travailler sur le wiki est très formateur, chacune de nos actions doit être réfléchie car elle peut remettre en cause le travail des autres, c’est un outil qui nous permet d’avoir pleinement conscience de notre impact au sein d'une communauté.

Philippe: Le cours de sustainable performance fut l'occasion pour nous de d'aborder un sujet d'actualité à travers des thématiques environnementales et économiques concrètes. Peu informé sur la problématique rencontrée par les AMAPs, ce cours m'a permis d'enrichir mes connaissances sur le sujet mais surtout d'apprendre à saisir tous les enjeux de ce réseau. Le secteur agricole est aujourd'hui au coeur d'enjeux mondiaux, et comprend des problématiques aussi bien environnementales, démographiques, économiques que sociales. S'intéresser aux solutions trouvées par les citoyens dans leurs manière d'aborder ces enjeux a été une expérience très motivante et qui donne à réfléchir sur l'avenir de l'économie agricole en remettant en cause des modèles de consommation que je croyais jusqu'ici figés. Ce sont des gens de tous horizons que nous avons rencontré chacun donnant son point de vue sur la question, engendrant une réflexion aussi bien pour nous que pour eux. Présenter notre travail sur format vidéo permet un rendu vivant, plus compréhensible et divertissant mais il nous a aussi surtout permis de mettre en parallèle différentes opinions et de créer un débat, donc de susciter l'intérêt et d'être le plus fidèle possible à la réalité de notre sujet. D'ailleurs je considère que notre travail est réussi dans le sens où en plus de répondre à la problématique il ouvre le sujet sur d'autres thématiques et sujets de réflexion à l'image du thème abordé.

Clément: J'en ai appris plus sur l'état de l'agriculture dans le Nord Pas-de-calais : ses contraintes et ses solutions pour un développement économique durable, grâce aux témoignages de plusieurs acteurs. Les amap permettent aux agriculteurs de s'émanciper des intermédiaires, ce qui augmente leurs marges et leur niveau de vie. D'autre part, ce projet de groupe a été un bon exercice en matière d'organisation, de répartition des tâches, de débats, et des respects des deadlines.