Le Qatar peut il survivre à l'après Gaz ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Le Qatar peut-il maintenir son activité economique actuelle sur le long terme compte tenu de l'epuisement de ses ressources gazières et si oui, comment ?

Notre dossier de production

http://www.slideshare.net/PaulMERCERON/qatar-41262501?utm_source=slideshow&utm_medium=ssemail&utm_campaign=post_upload_view_cta

Notre reportage

https://www.youtube.com/watch?v=cTcbNklYoLo&feature=youtu.be

Notre article journalistique sur la problématique

Comment le Qatar peut-il maintenir son activité économique actuelle sur le long terme, compte tenu de l'épuisement de ses ressources gazières ?

Le gaz naturel liquéfié : source de la richesse d’un pays grand comme la Corse. PIB/habitant le plus élevé du monde, le Qatar, face à l’épuisement des ressources gazières, sait qu’il doit voir plus loin. Destin incertain ou stratégie de reconversion déjà bien élaborée ? Le secteur des hydrocarbures représente 58% du PIB du Qatar en 2014, faisant de cet Emirat le 3ème producteur de gaz naturel et le premier exportateur de gaz naturel liquéfié au monde. Ces chiffres sont édifiants, notamment lorsque l’on prend en compte l’inéluctable épuisement des ressources énergétiques à l’horizon 2100. Se pose alors la question des moyens économiques durables mis en œuvre pour pallier l’épuisement progressif de la rente financière énergétique, et leur faisabilité.

Ce n’est plus un secret : le Qatar fait aujourd’hui polémique. En témoignent les avis recueillis lors de nos interviews micro trottoirs. Les plus pessimistes vous diront que ce système économique est éphémère, voire voué à l’échec. Le Qatar est perçu comme une étoile qui s’éteindra malgré ses tentatives de diversification économique. L’acquisition de 70% du capital du Club Paris Saint-Germain par le fonds souverain qatari QIA (Qatar Investment Authority) ouvre le débat en avril 2011 sur le déploiement stratégique des fonds d’investissement Qataris.

Lors du « Grand Rendez-vous Europe 1 / I-Télé / Le Monde » en septembre 2013, Marine Le Pen est allée jusqu’à accuser les gouvernements français d’avoir fait de la France « la catin du Qatar ». Marine Le Pen fait alors référence aux nombreux investissements qataris dans le patrimoine français, à savoir l’acquisition de l’immeuble du Printemps, les hôtels Concorde Lafayette à Paris et Martinez à Cannes, les parts dans les entreprises du CAC 40, comme Lagardère, EADS, Vinci, Veolia, Total, Vivendi et LVMH. Menace pour la France, solution d’avenir pour le Qatar ? En effet, le réinvestissement des profits gaziers dans d’autres secteurs économiques favorise le processus de diversification de l’économie. Le Qatar n’investit pas seulement en France mais également à l’international, et ce dans l’optique de substituer le secteur énergétique par d’autres secteurs économiques tout aussi rentables à terme. C’est pourquoi la stratégie actuelle du Qatar nous semble rassembler les différents critères de performance durable (économique, social et développement durables), bien que l’aspect social soit teinté d’une certaine dualité, entre un taux de chômage nul et des conditions de travail parfois assimilées à un « esclavage moderne ». Le Qatar ne néglige pas le plan écologique de sa reconversion, contrairement aux idées reçues. Les entreprises pétrolières (telles que Total) augmentent peu à peu leurs budgets R&D dans le but de se tourner vers les énergies renouvelables (énergies solaires et marines, dessalement de l’eau).

Ces propos nous ont été confirmés par un expert en la matière : Laurent Menay, Senior Project Evaluator chez Qatar Petroleum (anciennement Refinery Asset Manager chez Total Qatar). Selon lui, l’essentiel n’est pas dans la vision à long terme, mais plutôt dans la vision économique à moyen terme, en mettant en exergue la Coupe du Monde de Football 2022, événement dont l’impact est sous-estimé, et qui pourtant va marquer un tournant dans l’évolution de l’économie qatarie. Le Qatar semble donc avoir déjà entamé la reconversion sectorielle de son économie. Sa solution : investir aujourd’hui pour répondre aux besoins de demain.


Source : http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/09/30/article.php?sid=139754&cid=2

et l'iInterview de Laurent Menay

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Approfondissement des connaissances sur l'economie Qatarie

Remise en cause des idées préconçues (épuisement des ressources d'hydrocarbures au moyen Orient)

Initiation au montage vidéo

Découverte d'autres sujets de sustainable performance (cradle to cradle, ecosystème numérique..) grâce à la comparaison des travaux entre les groupes.