La valorisation des déchets: recycler ou produire de l'énergie par combustion?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
La production d’énergie à partir de ses déchets peut-elle demeurer rentable dans un contexte d’amélioration de la recyclabilité ?

Notre dossier de production


https://fr.slideshare.net/secret/ypvlFQCdl0Lteu


Retour du professeur

Document complet et relativement détaillé, c'est bien pour les efforts de présentation mais on est presque court sur le découpage des plans qui est quand même le point important.
Dommage qu'il ne s'affiche pas directement sur la page Wiki. Essayez d'ajouter le pluggin Slideshare

Notre reportage

Nous tenons à remercier chaleureusement Antoine Blanchard, ingénieur process chez INTERPEC, pour avoir consacré de son temps lors de cette interview.

Notre article journalistique sur la problématique

Brûler c’est pas sorcier !


Dans quelle mesure l’augmentation des produits recyclables permet-elle encore la croissance des entreprises de valorisation énergétiques des déchets en France?

Dans notre reportage, nous apportons un certain nombre d’éléments de réponse. En effet, nous avons noté que si le nombre des déchets recyclables progressaient en Europe, l’augmentation de la consommation étant proportionnellement plus importante, elle compensait largement l’accroissement de la recyclabilité au profit de la valorisation énergétique. D’autre part, nous pouvons constater que les entreprises commercialisant les turbines étaient diversifiées et tablaient sur d’autres activités que la valorisation des déchets. Enfin, nous avons remarqué que les pays émergents, compte tenu de leurs besoins grandissants en matière de gestion des déchets en raison de la forte croissance de leur PIB, pourraient constituer à l’avenir des opportunités d’exportation pour les entreprises de valorisation énergétique.

Ces dernières sont donc toujours rentables et le demeureront encore longtemps, leur activité reposant sur des systèmes de valorisation performants qui se perfectionnent au fil du temps. Qui plus est, ce système d’incinération se révèle également très rentable pour les entreprises qui leurs achètent des turbines afin de revendre ensuite l’électricité produite à des fournisseurs tels qu’EDF. Ces turbines sont si performantes que, malgré leur coût qui peut s’élever à plusieurs millions d’euros, les clients n’hésitent pas à investir dans ces technologies afin de réaliser des profits sur le long terme. Dans ces conditions, on peut se demander si, à l’avenir, l’intérêt économique ne risque pas de surpasser l’intérêt écologique, ces entreprises privilégiant le fait de brûler leurs déchets plutôt que de les trier à fin de recyclage.

Autre problématique, on peut se demander si l’incinération des déchets est vraiment moins écologique que leur recyclage. La réponse est loin d’être évidente. Si en brûlant des déchets on dégage du CO², ce qui renforce l’effet de serre, les centres d’incinérations ne sont pas indifférents à l’impact environnemental de leur activité. En effet, la plupart sont équipés de systèmes de traitement et d’épuration des fumées qui diminuent fortement la pollution dégagée par leurs immenses cheminées. Par ailleurs, les processus de recyclage ne sont pas exempts de tout reproche car, grands consommateurs d’énergie, ils participent aussi à l’accroissement de la pollution. La question reste en suspens, d’autant plus qu’il n’existe pas d’étude comparative sérieuse du degré de pollution engendré par les deux processus de recyclage et d’incinération.

En matière de développement durable, l’évolution des sciences et des technologies étant très rapide du fait de l’urgence mondiale à régler le problème du réchauffement climatique et de la nécessité de mettre en œuvre la transition énergétique, il est probable qu’à l’avenir, la captation totale des émanations de Co² devienne une réalité, quelle que soit la source de pollution, permettant ainsi de maîtriser les pollutions engendrées par l’incinération des déchets. A ce stade, les processus de recyclage et d’incinération pourront être employés sans risque, le choix d’un des deux systèmes reposant alors sur la nature du matériau qui déterminera le procédé le plus rentable à utiliser.

En définitive, on constate que la rentabilité économique de cette branche d’activité demeure importante, que l’intérêt écologique est pris en compte et que l’avenir économique de ces entreprises n’est pas encore déterminé car il repose sur l’évolution des sciences et des innovations technologiques qui en résultent. Si la pérennité des entreprises ne semble pas mise en péril, bien au contraire, ce secteur pourrait bénéficier à l’avenir d’une forte croissance.

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?