La déforestation induite par l'action humaine peut-elle être reconstituée dans les zones urbaines et être source de profit

De Movilab.org
Texte alternatif
Haihui QI: Jardinière du groupe N° 118

Présentation de notre groupe

Groupe n°118(campus paris)

ROLE DANS LE GROUPE
NOM DE L'ETUDIANT(E)
E-Mail
Le référant caméraman
Guillaume BelilsleFabre
guillaume.belilslefabre@skema.edu
Le référant chargé de production
David Fragonard
david.fragonard@skema.edu
Le référant journaliste
Arnaud Valla
arnaud.valla@skema.edu
Le référant post-production
Sherine Seffar
sherine.seffar@skema.edu
Le jardinier wiki
Haihui Qi
Utilisateur:Haihui
Le banquier du groupe
Agnes Tonvan
agnes.tonvan@skema.edu


Présentation de notre problématique

La déforestation induite par l'action humaine peut-elle être reconstituée dans les zones urbaines et être source de profit?

Notre dossier de production



Retour du professeur

Document complet et très détaillé.
Dommage qu'il ne s'affiche pas directement sur la page Wiki. Jardinière Wiki, corrige nous le pluggin Slideshare et j'applaudis des 2 mains !!


Our link
http://www.slideshare.net/Haihui6/dossier-de-production-g118-41271869


Notre reportage



Nous tenons à remercier chaleureusement l'Architecte Dima Debs, l'Urbaniste Charlotte Mabire, nos professeurs Christophe Sempels et Marc Augier pour leur implication.
Les images et musiques de ce documentaire proviennent de licences Creative Commons et sont dès lors libres de droits.
Les personnes interrogées dans ce documentaire ont donné leur accord à la diffusion de leur image.
NB : Le titre de la vidéo a été condensé pour plus de compréhension.

Notre Article: La déforestation induite par l'action humaine peut-elle être reconstituée dans les zones urbaines et être source de profits?


Entre 2000 et 2012 c’est près de 2,3 millions de km2 de forêts qui ont disparu. Plusieurs causes sont à l’origine de la destruction des poumons de la Terre, mais c’est notamment la mondialisation qui en est la principale responsable. Les conséquences de la déforestation sont multiples mais l’épuisement des ressources naturelles, la diminution de la biodiversité, et le réchauffement climatique s’avèrent les plus importantes. Face à ce phénomène, des courants altermondialistes se sont mis en place prônant de façon utopique un retour en arrière. Mais plutôt que d’essayer de lutter contre la mondialisation, des alternatives existent. La lutte contre la déforestation massive est déjà menée par de nombreux organismes et associations. Cela reste insuffisant. Replanter des forêts à l’échelle planétaire est devenu une priorité. Dès lors, la réimplantation des forêts en ville, symbole même de la mondialisation, est elle possible ? Peut elle s’imposer comme une solution d’avenir ? Constitue-t-elle à la fois une solution écologique et économique ?
A travers notre enquête, nous avons montré deux choses : d’une part, que la reforestation en zone urbaine est réalisable et d’autre part, que cette reforestation peut même être source de profit. En effet, comme le démontre Shubhendu Sharma, il est possible de construire une mini-forêt dans un espace équivalent à six places de parking pour un coût inférieur à cent dollars. De plus, pour répondre à des impératifs économiques, le Bosco Verticale (ou encore immeuble-forêt) construit à Milan est la parfaite image de la reforestation en zone urbaine et résout ingénieusement le problème du manque d’espace dans les grandes villes.
De nouvelles problématiques émergent quant à la viabilité du projet dans l’hexagone. La France est-elle un acteur majeur de cette solution innovante ? Y a-t-il une réelle demande, prête à supporter le coût de la mise en œuvre de ces projets ?
Deux expertes, une urbaniste française Charlotte Mabire et une architecte libanaise vivant depuis quelques années en France, Dima Debs nous ont donné leur avis.
La France et notamment Paris parait pour l’instant en retard sur ce type de projets. Dima explique que cela relève en partie de la législation française très protectrice du patrimoine français. Ainsi, il est quasiment impossible de construire de nouveaux immeubles au sein de Paris intramuros en raison de la loi sur la protection des monuments historiques. De plus, les constructions parisiennes sont limitées à R+7 (rez-de-chaussée + 7 étages) ce qui limite de facto les constructions de tours à l’image du Bosco Verticale d’environ de 80m de haut. Egalement, l’exemple de Paris montre que la capitale française n’est pas encore prête à accueillir des constructions intégrant l’environnement, à cause d’un attachement très fort à la culture architecturale haussmannienne, contrairement à Dubai, à Londres ou New York. Toutefois, il est important de spécifier que le projet du Grand Paris, très attendu par l’ensemble des architectes, qui consiste à agrandir la ville en intégrant l’espace urbain considérée comme « la banlieue » qui l’entoure, pourrait peut être permettre à ces immeubles-forêts de trouver leur place et séduire des français soucieux de l’environnement…
La mise en œuvre de ce type de projet écologique ne se fera pas en attendant la demande des citoyens. Si de nombreux citoyens sont prêts à vivre de façon plus « verte », cela représente un coût supplémentaire. Ils ne sont pas toujours prêts à payer notamment en période de crise, comme le relève Charlotte. Il est indéniable que l’impulsion doit venir des gouvernements : l’action doit être soutenue et encouragée par les pouvoirs publics pour préparer la société à avoir un impact écologique réduit. Cependant, en ces temps économiquement difficiles, les pouvoirs publics sont frileux de ce genre d’investissements. Comme l’a déclamé Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations Unies, lors de la parution du rapport du GIEC « le réchauffement climatique commencera son ralentissement lorsque les gouvernements l’auront choisi ».
Groupe d'experts inter-gouvernemental sur l'évolution du climat

Source

Vidéo Conférence TED : How to grow a tiny forest; Rapport 2014 du GIEC; Rapport FAO 2012; Video vertical forest in Milan; Video Farmscraper: How do they do it?

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

  • La déforestation n'est pas près de s'arrêter
  • Il existe de nombreux projets de reforestation urbaine
  • Prise de conscience à l'échelle mondiale des pays leaders dans les innovations écologiques (Dubai, Londres, Pays nordiques)
  • Des projets peu coûteux existent et chacun peut être acteur de cette reforestation
  • L'écologie est le sujet de demain et il est primordial d'intégrer un critère durable à notre société
  • Prise de conscience qu'il ne faut pas aller contre la déforestation mais faire avec car il existe des solutions efficaces
  • Prise de conscience que la législation française est très protectrice du patrimoine français et notamment des monuments historiques
  • La législation peut constituer un frein à l'innovation écologique, la développement durable doit être intégré au sein du droit français et de la législation pour être non seulement maintenu mais également étendu de manière effective
  • Réduire le rythme de déforestation et contribuer à l'amélioration de la réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts tropicales