La biodynamie: est-elle un projet viable pour les Maisons de Champagne ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante : La biodynamie: est-elle un projet viable pour les Maisons de Champagne ?

Depuis une centaine d’années, les Maisons de champagne sont confrontées à un problème, la raréfaction de sols fertiles. Pour lutter contre ce problème, a été adopté une nouvelle technique de production : la Biodynamie. Dans le cas du champagne, la Biodynamie consiste à isoler des parcelles de vigne sans traitement chimique. Ceci permet la préservation des sols viticoles dans le but de maintenir le patrimoine de futures générations champenoises.

Notre dossier de production


Lien du slideshare : http://fr.slideshare.net/NDonguy/dossier-de-production-41245511

Notre reportage

Champagne et Bodynamie : facteurs de succès

Le réchauffement climatique, la recherche de qualité maximale, le bien-être sont des facteurs clés donnant aux maisons de Champagne de nouveaux défis à relever. Pour relever ces défis du 21ème siècle, les méthodes de culture des vignes sont donc remises en cause. Un changement radical, celui d’une culture en biodynamie est-il possible ? Un bon nombre d’entreprises champenoises s’interrogent sur la question. Serait-elle une pratique idéaliste ou au contraire, une nouvelle source de profit pour les maisons de Champagne ?


Champagne rosé Louis Roederer dont une partie est issue d'une production biodynamique.

Adopter une culture en biodynamie des vignes exige des ressources adaptées ainsi qu’un savoir-faire unique ayant un coût plus élevé qu’une culture standard. A titre d’exemple, des produits spécifiques 100% naturels sont utilisés. Le coût des matières premières est donc plus élevé. Cette contrainte oblige donc le personnel à redoubler de vigilance dans la prévention des risques de maladie de la vigne, comme par exemple le mildiou (champignon parasite) ou l’oïdium (maladie) qui sont des fléaux provoquant des dégâts sur le rendement et sur la qualité finale du raisin. Les maisons de Champagne, dans le but de trouver un personnel adapté à ses vignes « éco-responsables », pratiquent des formations adaptées.

De plus, d’autres savoir-faire sont mis en avant comme le labourage des vignes qui joue un rôle important dans la maturité et le goût des produits mais également la sélection préalable des levures indigènes récupérer dans les parcelles en biodynamie. Ainsi de manière générale la production en biodynamie occasionne une productivité moindre par rapport à une production dite « classique » où l’utilisation de pesticide ou d’engrais chimique est monnaie courante pour lutter contre les maladies. Ces Champagnes produits sous biodynamie possèdent donc une grande valeur ajoutée qui les différencient des autres champagnes standard. Le choix de cette pratique n’est donc pas anodin.

Néanmoins, ces coûts sont amortis grâce au succès commercial des bouteilles issues de cuvées traitées en biodynamie. Ces cuvées qui requièrent plus de travail et d’attention présentent une qualité supérieure reconnue par les clients qui sont prêts à payer le prix fort pour se les approprier. Ainsi, les prix élevés de ces bouteilles sont donc justifiés par la qualité et leur saveur unique. Ces cuvées issues de culture en biodynamie s’avèrent donc être rentables. Actuellement, plusieurs maisons de champagne élargissent ou créent leurs parcelles de vignes cultivées en biodynamie afin de répondre à la demande grandissante.

Ainsi, le Champagne produit sous ce processus bien particulier a su faire ses preuves durant ces dernières années. Ce retour à la viticulture et à des pratiques oubliées a permis le succès de certaines maisons de Champagne en les réinstaurant. Cette méthode de travail vise à respecter les produits, à mettre en avant le terroir dans le but d’apporter une qualité considérable aux champagnes. Ce travail des vignes nécessaire pour créer de tels champagnes tend à se développer. Une culture en biodynamie est donc possible si l’entreprise est prête à supporter les coûts importants qu’elle requiert. Mais la réussite convoiter du Champagne biodynamique par les maisons de Champagne ne peut-être garantie à 100% car elle est soumise aux aléas de la nature qui eux ne peuvent être contrôlés.

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Laura F:

Ce cours m'a permis d'être un acteur a part entière dans ce projet. C'est une nouvelle approche d'apprentissage et j'ai trouvé cela original, intéressant et formateur. Cela a demandé une importante charge de travail et surtout beaucoup d'investissement. Outre les connaissances acquises par le biais de notre sujet : la biodynamie, je pense que le côté humain est la chose la plus importante que je retiens. Le fait de travailler avec 5 autres personnes a demandé beaucoup d'organisation, de patience, d'empathie, de prise de recul et parfois de remise en question. En plus des connaissances acquises par le sujet, j'ai trouvé ce projet réellement formateur. Concernant les points à améliorer :

  • J’ai trouvé que la Skembank n’a pas été pertinente pour les étudiants. Elle n’a pas été prise au sérieux et ne devrait pas être prise en compte par les étudiants.
  • Ce projet pourrait être commencé dès la rentrée car la charge de travail était conséquente


Ambre:

Ce travail de groupe m’a permis d’avoir une vision plus précise de l’organisation d’une maison de champagne mais également les enjeux dont elles font face aujourd’hui. Ce projet a été très enrichissant car il relie plusieurs points très importants: le côté social, les enjeux économiques de la biodynamie, mais également la facette environnementale de la biodynamie visant à une pérennité des terres. Cela m’a fait comprendre de l’importance du développement durable dans notre société mais aussi dans certaines entreprise qui est crucial pour son bon développement. Les maisons de champagne innovent donc dans leurs processus de production. Comprendre cette évolution a été très intéressant. Ce cours nous a permis d’être beaucoup plus actif, directement lié au fait de rendre un devoir sous forme de vidéo. Se déplacer pour être sur le terrain ou encore interviewer directement des personnes dans la rue ou dans l’entreprise a été très stimulant et très formateur. De plus, nous avons été confronté à certains problèmes comme la gestion du temps et le matériel pas toujours au point (problème de sons, pas de trépied). Ce travail a nécessité d’une grande organisation : chacun devait respecter les tâches qui lui étaient confiés. J’ai beaucoup appris sur mes capacités à travailler en équipe. Concernant les points négatifs, je pense que skembank n’a pas apporté grand chose à notre projet. Etant cameraman je n’ai pas été amené à utiliser ce réseau, mais j’ai trouvé cette plateforme assez superficielle et pas suffisamment prise au sérieux pas les étudiants. Ensuite, la charge de travail concernant ce projet a été très importante dans un laps de temps aussi court et avant les partiels, surtout que nous n’avons pas forcément les compétences pour réaliser de tels montages et aucun suivi par les professeurs.


Laura M:

Les + de ce cours : avoir l'opportunité de découvrir un nouveau sujet inconnu, l'originalité du cours, apprendre à travailler en équipe et se répartir le travail, l'interactivité avec les entreprises qui ont contribué au projet.

Les - de ce cours : charge de travail trop importante avant les partiels, difficulté de certaines tâches (notamment le montage vidéo et le wiki), le manque d'instruction précise.


Nicolas:

Comme points positifs :
Cathédrale Notre-Dame de Reims, lieu que nous avons visité.
  • Je retiens avant tout le sujet sélectionné qui m’a permis de me familiariser avec le monde viticole que je ne connaissais pas.
  • Les rencontres des professionnels notamment au siège et aux caves de la maison Louis Roederer.
  • On a eu la chance de pouvoir discuter avec des professionnels passionnés qui avaient un réel désir de transmettre leurs savoirs.
  • La découverte de la ville de Reims, sa cathédrale et les vignes aux environs.
  • Le rôle de jardinier, très formateur.

Comme points négatifs :

  • Il aurait été préférable de commencer ce projet dès la rentrée.
  • Charge de travail importante notamment au niveau du montage.
  • L’utilisation des syntaxes wiki peu évidente.


Gloria:

Les points positifs de ce cour:

Ce projet a m’a tout d’abord permis de travailler sur un sujet qui m’était inconnu. En effet, je ne connaissais rien de la culture en biodynamie et je ne me doutais encore moins des problèmes que pouvaient rencontrer les maisons de champagne. Ce travail de performance durable m’a aussi permis de comprendre ce concept et de me rendre compte qu’une entreprise pouvait tout à fait élaborer et suivre une stratégie qui va dans ce sens. Auparavant, il me semblait difficile voire impossible qu’une entreprise se base sur un tel concept. C’est aussi la première fois que je participe à un cours construit de la sorte: wiki, système d’échange de nos compétences avec SkemBank… Je trouve cette façon d’étudier vraiment innovante et plaisante. Rendre le travail sous forme de reportage nous oblige à tirer l’essentiel de notre travail avec une certaine originalité/créativité.

Les points négatifs de ce cour:

La SkemBank n’est pas utilisée correctement par les étudiants (ou elle n’est pas utilisée du tout). Il aurait été préférable que la date finale de rendue soit après les partiels. Le montage vidéo est une partie prenante de ce projet, il ne peut être bâclé ou fait rapidement.


Paul:

Une sacré aventure il faut le dire, bien trop courte à l’image de ce semestre. Que ce soit par la liberté du choix de sujets, des questions à traiter ou encore des points de vue ; on en vient vite à trouver les 7 minutes encore une fois trop courtes. Le projet a mis pas mal de temps à prendre de la vitesse avec une longue et fastidieuse période de réflexion qui manquait d’un peu plus d’échanges avec nos prof référents. A mon humble avis il aurait fallu faire un premier point plus tôt et en ajouter un autre pour régler les détails techniques. Concernant les offres skem bank, il faudrait les rendre plus concrètes, non pas que je n’aime pas les gâteaux au chocolat, mais c’est frustrant de se rendre compte que ce n’est qu’une farce. Donc oui aux échanges mais il faut tenir ses engagements et lorsqu’ils sont tenus les mettre en avant dans le projet auxquels ils ont contribué. Il faudrait aussi rendre la plateforme plus dynamique pour que les personnes avec des aptitudes par exemple de montage puissent fixer une limite dans l’aide qu’ils peuvent accorder et donc rendre la recherche de monteurs disponibles plus rapide. Enfin le timing est à revoir ou en tout cas les étapes importantes devraient être plus balisées et chargées pour éviter un amassement de travail en fin de semestre. J’ai beaucoup apprécié le sujet que nous avons traité et je crois que c’est la clé qui devrait être transmise à tous les futures élèves de Sustainable Performance.




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales