L'impact du développement durable sur la performance du groupe la Poste

De Movilab.org


Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Cela fait aujourd’hui plusieurs années que le « green » est en pleine expansion. De multiples entreprises ont donc fait le choix de mettre l’accent sur une politique plus respectueuse de leurs clients, de leurs employés, mais surtout de l’environnement. Au travers de cette politique, elles ont essayé de se différencier de leurs concurrents afin d’accroitre leur potentiel et de booster leur performance économique sur le long terme. Depuis 2003, La Poste a également fait le choix de placer cet engagement au cœur de sa stratégie.

Cela nous amène donc à la problématique : Depuis quelques années, les entreprises comme le groupe La Poste changent leur comportement; comment l’entreprise a-t-elle réussi à confronter et allier performance durable et performance économique, et comment La Poste a-t-elle réussi à imposer cette stratégie au cœur de sa politique entrepreneuriale ?


Notre dossier de production

http://fr.slideshare.net/MARIASAYARH/dossier-de-production-groupe-132-sophia-antipolis-27818786

Aide pour les jardiniers wiki au lien suivant

Notre reportage


Nous tenons à remercier :

Isabelle Ragonneaux - Responsable Marketing Durable chez La Poste; Hervé Claudepierre - Directeur Adjoint de La Poste D'Antibes; Nicolas Legros - Attaché de presse du groupe La Poste; Salvator Erba - ancien Responsable Développement Durable chez la Poste, directeur de marché secteur public et caritatif chez La Poste

Notre article journalistique sur la problématique

'Le groupe La Poste, qui a gagné en 2012 le deuxième prix Management et initiative pour le développement durable, est de plus en plus tourné vers la protection de l’environnement. Stratégie pour redorer son image, réelle volonté d’intégrer ses employés et ses clients dans une politique plus respectueuse, ou tout simplement bénéfice économique ?

Ainsi, comment le groupe La Poste a réussi à allier et confronter performance durable et performance économique, et comment a-t-il réussi à imposer cette stratégie au cœur de sa politique entrepreneuriale ?

Cette question, d’actualité, soulève plusieurs points importants. En effet, de plus en plus d’entreprises mettent l’accent sur une politique de développement durable afin de se différencier de leurs concurrents et de booster leur performance. La Poste a été pionnière dans un certain nombre de domaine comme pour la réduction de son CO2, le développement de véhicules électriques, et l’assurance d’une neutralité carbone. Au vu des interviews, nous avons pu voir que le plus grand défi de La Poste n’a pas été de faire accepter sa nouvelle stratégie par ses employés. En effet, ceux-ci l’ont bien accepté, et la plupart ne souhaite pas revenir en arrière, car cela leur procure également des avantages (quads électriques bien plus confortables que les anciens véhicules ; moteur des camionnettes électriques bien plus silencieux ; système de la lettre verte qui réduit les heures de nuit ;…)

La question du coût, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est pas non plus forcément un problème. En effet, le but de chaque entreprise n’est pas de faire du déficit, ce qui est également le cas de La Poste. Comme l’a dit Isabelle Ragonneaux, Responsable Marketing Durable pour le Groupe La Poste, bien que cela engendre des coûts au départ, l’argent investi est vite rentabilisé. Les bâtiments basse consommation, les partenariats responsables, et chaque autres investissements sont pensés de sorte à faire du bénéfice à moyen ou long terme.

D’après notre micro-trottoir et l’interview de l’association « Green Life » (qui n’apparait pas dans notre vidéo), le plus gros challenge de La Poste semblerait être leur image. En effet, peu de gens sont au courant de leur démarche responsable, et ne sont pas informés des projets du groupe pour le développement durable. Même les associations écologiques, comme Green Life, ne sont pas bien renseignées sur le sujet. La présidente de l’association savait que La Poste faisait des efforts dans ce domaine car ils avaient un partenaire en commun (Culture Papier), mais ignorait ce qu’il y avait à côté.

Nous pouvons alors en conclure que toutes les décisions prises par le groupe La Poste n’ont pas pour but de redorer leur image mais se sont réellement des démarches pour réduire leur impact négatif sur la nature.

À long terme, le groupe La Poste à de nombreux projets dans la continuité de ses démarches actuelles. Comme tout d’abord la territorialisation du CO2, l’objectif étant de mettre en place un quota d’émission de CO2 par manager. Par la suite le but du groupe La Poste est également de s’orienter vers des systèmes de certification, c’est à dire l’obtention de labels concernant le développement durable. D’autres projets sont à titre expérimental, ils vont parfois connaître des phases de ralentissement. Comme le projet des camions à double pont qui va être relancé : ils ont pour but d’optimiser les déplacements et de réduire les émissions de CO2.

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Contribution de Yasmine Bachir Ferrari :

1. Ce cours donne une nouvelle compréhension du business en général car il nous force à analyser une entreprise en particulier et à s’intéresser particulièrement à ce qu’il se passe au sein de celle-ci. Devoir analyser développement durable et management est une bonne manière de voir le fonctionnement d’une société (pour nous La Poste), et de voir comment elle allie business et intégration. De plus, nous nous sommes rendu compte que l’organisation d’une entreprise était plus compliquée que ce qu’elle paraît. Pour pouvoir avoir une interview avec une personne en charge du développement durable chez La Poste, nous avions par exemple rendez-vous avec le Directeur Adjoint de La Poste d’Antibes, qui nous a ensuite donné le contact du chargé de communication, qui nous a ensuite redirigé vers l’attaché de presse, qui lui-même nous a cherché une personne compétente pour nous répondre. Cela nous a pris énormément de temps, et autant le dire, de patience ! Grâce à cela, nous pouvons également avoir une plus grande compréhension de la société par exemple grâce à la scène du micro-trottoir où nous avons interrogé un client de la Poste, et également de comment La Poste voit la société et comment elle essaie de l’intégrer à ses projets.

2. Je pense que le plus grand apport que ce cours m’a apporté a été des connaissances : connaissances au sujet du développement durable, connaissance au niveau de La Poste et de sa stratégie, et également des connaissances par rapport à comment faire un reportage. Cela était une première : dossier de production, démarchage de nos contacts, et surtout la vidéo en elle-même. Comme j’étais la journaliste, j’ai eu beaucoup de liens avec nos contacts, et cela m’a beaucoup apporté, que cela soit sur le plan personnel ou professionnel. J’ai également aidé Zineb Bensouda-Koraichi a coupé des scènes pour le montage, et n’ayant jamais touché à un site de retouche de vidéo, cela m’a permis de découvrir également son utilisation.


3. J’ai plutôt bien vécu cette nouvelle expérience d’apprentissage. Au départ, j’étais un peu déboussolée car je n’avais pas bien compris le but et la problématique du cours, mais au fur et à mesure qu’on avançait dans le cours, cela devenait de plus en plus clair, et au moment où nous devions faire le reportage, nous avons plus la théorie en pratique et cela m’a beaucoup intéressé. La personne de qui j’ai le plus appris a été Isabelle Ragonneaux, l’ancienne responsable Marketing Durable du Groupe La Poste. Elle nous a été d’une aide très précieuse. Elle nous a accordé un entretien de 30 minutes, nous a donné des fiches et envoyé des power-point sur le développement durable, et elle connaissait vraiment très bien son sujet.

4. En ce qui concerne le Wiki, je pense l’avoir utilisé à hauteur de 25% seulement. J’y suis allée seulement pour voir si notre problématique était validée, voir ce qu’avaient fait les autres groupes, regarder le déroulement de notre page Wiki, et récupérer les instructions pour nos devoirs. Je n’étais pas la jardinière, et je trouvais le fonctionnement du site un peu compliqué.

5. Oui, ce cours a eu une influence sur mes pratiques collaboratives intra et inter groupes. En effet, nous devions travailler tous ensembles et gérer les difficultés de chacun. Lorsqu’un de nous ne pouvait pas être présent, lorsque nous avions des problèmes à comprendre les consignes, lorsqu’un de nos contacts annulait son rendez-vous au dernier moment, etc. Nous avons dû trouver des solutions pour être à la fois solidaires et professionnels. Nous avons également travaillé avec les autres groupes pour s’entraider sur le Wiki. Nous répondions à leur annonce, et eux répondaient aux nôtres. La collaboration entre les groupes, et le soutien que nous nous apportions (par exemple pour visionner les vidéos finales) étaient fortement présents. La Skem’ Banque nous a été réellement très utile, car c’est grâce à elle que nous avons pu avoir notre interview principale avec Mme.Ragonneaux. Les compétences ont donc circulé assez facilement entre les groupes.

6. Pour pouvoir améliorer encore ce cours, je pense qu’il faudrait que les premiers amphis soient moins théoriques. Nous avons tous eu un peu de mal à comprendre où nous devions en arriver, et ce qu’il y avait à faire. Une journée entière sur ça, c’est un peu long. Ensuite, il faudrait trouver un système pour faire en sorte que l’utilisation du site Movilab soit un peu moins compliqué, afin que tous les élèves puissent s’y rendre facilement. Je pense que remplacer un amphi par un TD où nous pouvons être plus proches des professeurs serait plus bénéfiques.


Contribution de Camille Ducourau :

Question 1 : Ce cours m’a permit d’apprendre l’importance d’intégrer le développement durable dans les entreprises et dans la société.

Question 2 : Dans ce cours j’ai appris avant tout à travailler sur un projet en groupe, mais aussi à mener un projet en commun.

Question 3 : Cette nouvelle expérience d’apprentissage m’a beaucoup plu. Ça change des cours en amphi, on apprend beaucoup avec ce genre d’expérience. Je pense avoir le plus appris de mes profs et des interviewés en majorité.

Question 4 : Entre 50 et 75% . Etant banquière ce que j’ai le plus utilisé c’est la skem banques et le mur des compétences.

Question 5 : Oui ce cours a eu une influence sur mes pratiques collaboratives, il nous a permit d’apprendre à travailler en groupe et à s’entraider sur des projets. La bourse des compétences nous a apporté un contact très important pour notre projet.

Question 6 : Ce n’est pas une critique mais une suggestion, faire moins d’amphi de présentation et plutôt des TD.


Contribution de Zineb Bensouda Koraichi :

1. Ce cours m’a appris comment et pourquoi intégrer la notion de développement durable dans un business modèle et dans des pratiques d’entreprise.

2. Dans le cadre de ce cours, j’ai appris l’importance des problématiques actuelles de développement durable, de comprendre les enjeux d’un passage à un business modèle durable et d’évaluer la réussite de cette démarche.

3. Je trouve cette nouvelle expérience d’apprentissage beaucoup plus vivante et beaucoup plus pédagogique. J’ai beaucoup appris des interviewés mais également des échanges avec les professeurs et avec mon groupe.

4. Je pense que nous avons utilisé les wiki à 70% étant donné que ce qui nous a été le plus utile sont les informations concernant les mises en ligne, les instructions etc.

5. Oui ce cours a eu une influence sur mes pratiques collaboratives car il nous a incité à partager, à travailler en groupe et donc à tirer le meilleur de chaque idée.

6. Je pense que les amphis de présentation ont été trop long en comparaison au travail à fournir.


Contribution de Emma Lemaitre :

1. En contactant des entreprises, j’ai pu me rendre compte que l’organisation dans une entreprise pouvait être extrêmement compliquée et pouvait ralentir les demandes d’interview. Ainsi il faut passer par tous les stades de l’entreprise pour enfin atteindre la personne concernée par notre projet. Je pense qu’en vu de toute l’administratif de notre société aujourd’hui, ce problème est très révélateur de celle-ci : même pour quelque chose de simple, il faut des autorisations, des papiers, des accords et des demandes multiples et variées.

2. Dans le cadre de ce cours, j’ai appris à faire des montages, ou du moins j’ai essayé de faire un montage. Il faut aussi avoir un minimum d’organisation et de rigueur pour que chaque membre puisse avoir un rôle et que le travail en équipe se déroule bien, surtout quand on est en contact avec des professionnels.


3. C’est une expérience assez déroutante en école de commerce, qui ressemble plus à un travail d’école de journalisme que ce qu’on a l’habitude de faire à SKEMA. Pour nous, filmer et se mettre en scène pouvait être assez amusant. Pour être honnête j’ai appris sur le groupe La Poste car je ne connaissais rien à ce groupe.

4. Je pense que je les ai utilisés entre 25% et 50%. J’ai surtout utilisé la Skem banque mais sincèrement aucune donnée du Wiki, car je ne m’y suis pas intéressée.


5. Ce cours a une influence certaine dans les pratiques collaboratives mais surtout intra, non inter groupes car à part pour la Skem banque, on n’avait pas de contacts avec les autres personnes. C’est vrai que pour nous la Skem banque a été déterminante pour notre principal contact car sans celle-ci on aurait jamais eu notre interview principal.

6. Je pense sincèrement qu’il y a eu trop d’amphi théâtres au début et que c’était trop long et presque inutile. A mon avis, une seule journée d’amphi et ensuite un TD pour nous aider par groupe serait beaucoup plus valorisante et formative.


Contribution de Joséphine Hertault : 1. A travers notre reportage et également ceux des autres groupes, nous avons vraiment pu prendre en considération toutes les mesures prises ou non par les entreprise de notre société actuelle. Cela m’a permis d’approfondir mes connaissances sur des entreprises dont je pensais déjà connaître le fonctionnement, alors que ce n’était pas le cas.


2. Ce cours m’a permis en premier lieu de travailler en équipe. En effet ce projet, d’après sa teneur en travail et le temps accordé, ne peut se réaliser qu’avec une bonne cohésion d’équipe. Ce projet m’a également permis de parler avec des professionnels, de manière professionnel, ce qui m’a permis de prendre de l’assurance et de l’autonomie.


3. J’ai trouvé cette expérience très ludique. Je n cache pas qu’au début je la trouvais un peu fantaisiste, mais au final ce fut vraiment un bon moyen de travailler en équipe et de s’amuser à la fois. Pour être honnête c’est tout d’abord de mes pairs que j’ai le plus après, puis des personnes interviewés.


4. J’estime l’avoir utilisé entre 25 et 50%. Je me rend compte que c’est p.e peu, mais j’estime que ce fut suffisant au niveau des exemples, peut être trop peu au niveau de la skem banque.


5. Oui ce projet a influencé mes pratiques collaboratives, car il se passe en dehors de l’école, ce qui nous rend je trouve d’autant plus autonome et soudés en équipe.


6. Je pense que le cours mériterai d’avantage de temps. En effet même si certains groupes ont fait un travail de haute qualité, je pense que l’ensemble de la promo a manqué de temps.


Contribution de Maria Sayarh :


1. Ce cours m’a permis de comprendre pourquoi les entreprises cherchent à être éco-responsables. Mais aussi de me rendre compte de toutes les difficultés auxquelles nous pouvons faire face pour pouvoir s’entretenir avec une personne au sein d’une entreprise.


2. Ce cours m’a permis de rendre des travaux en groupe en temps et en heure mais aussi de s’avoir m’organiser à l’avance (exemple : rendre le rapport de production et ensuite faire le tournage et montage de la vidéo )


3. J’ai trouvé cette expérience très intéressante, mais je ne cache pas que au début, lors de la partie « théorique » je n’étais pas du tout intéressée et cela rendait difficile le choix de l’entreprise et de la problématique.


4. J’ai utilisé entre 25 et 50% le wiki. Je n’utilisais que les pages me permettant de poster les travaux à rendre car mon rôle était jardinier wiki.


5. Ce cours m’a permis d’améliorer mes pratiques collaborative au sein de mon groupe mais aussi avec les autres, car c’est grâce à un autre groupe que nous avons pu avoir un contact au groupe La Poste.


6. Je pense qu’il faudrait remplacer les amphis par des td, car malgré le fait que le cours ait été interactif nous n’avons compris l’enjeu et le but du cours que lorsqu’on devait rendre notre rapport de production.




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales