Greenwashing chez Intermarché : pêche en eaux troubles

De Movilab.org

Présentation de notre problématique


La problématique que nous avons choisie de développer est la suivante : Le développement durable chez Intermarché est-il une réalité ou juste une façade ?


Notre dossier de production

Retour du professeur

Document complet et détaillé, dommage qu'il ne s'affiche pas directement sur la page Wiki. Essayez d'ajouter le pluggin Slideshare.

Notre reportage

Nous tenons à remercier chaleureusement les personnes qui ont contribué à la réalisation de notre reportage :

Madame Dorothée Devos, Directrice du magasin Intermarché de Marquette-Lez-Lille
Madame Victoire Guillonneau, Chargée de campagne à l'association Bloom

Ainsi que notre professeur référent, Monsieur Marc Augier


Synthèse

Dernièrement, l’enseigne Intermarché s’est faite remarquée grâce à son action « les légumes moches », visant à sensibiliser le consommateur au problème du gaspillage alimentaire. Si les publicités en rapport avec ce projet ont été largement diffusées dans les médias, un côté beaucoup moins « durable » de l’enseigne a plutôt été étouffé. En effet, disposant d’un système de pêche totalement intégré porté par des pêcheurs salariés et ses propres chalutiers, la filiale d’Intermarché Scapêche, est accusée d’utiliser une méthode de pêche destructive: le chalutage profond.


Kezako ?

Le chalutage profond, ou pêche en eau profonde, est une méthode de pêche pratiquée par des chalutiers mesurant jusqu'à 10 fois plus que les bateaux de pêche traditionnels. Ces bateaux capturent le poisson à plus de 400 mètres de profondeur (et jusqu’à 2000 mètres) à l’aide de plaques métalliques et d’un filet dont l’ouverture est aussi étendue qu’un terrain de football. Cette méthode détériore la faune et la flore, et épuise précocement les ressources en poisson. Le nombre de poissons en Atlantique Nord-Est est ainsi passé de 22500/km2 à 7225/km2, soit 3,5 fois moins en 20 ans (source 1 : Greenpeace France).


Le rôle d’Intermarché

En France, seule une douzaine de bateaux est habilitée à pratiquer la pêche en eau profonde, dont 8 appartiennent à l’enseigne. Intermarché est donc considéré comme le 1er acteur du désastre marin dû au chalutage profond. L’enseigne est ici bien loin de l’image « verte » qu’elle souhaite faire passer.


Les actions menées par l’enseigne

Attaqué par les ONG environnementales, Intermarché a alors décidé de réagir. Ses filets de pêche ont été remontés de 2000 à 800 mètres de profondeur et sa filiale Scapêche s’est engagée auprès des ONG à leur fournir une visibilité totale sur leur pêche journalière (source 2 : site internet Scapêche). De plus, Intermarché s’engage sur d’autres terrains que la pêche, avec notamment le projet des légumes moches précédemment cité qui vise à lutter contre le gaspillage alimentaire et à aider les producteurs à écouler leur stock. On peut également citer le projet de supprimer de ses rayons tous les meubles frigorifiques d’ici 2020. En effet ces meubles consomment beaucoup d’énergie et seront remplacés par des meubles avec porte permettant de diminuer fortement leur consommation (source 3 : ac-franchise.com). Pour finir, les Mousquetaires s’engagent également auprès des banques alimentaires à qui ils reversent les denrées invendues (source : site internet des différentes banques alimentaires).


En conclusion

La question du développement durable chez Intermarché est un point complexe, et la sur-médiatisation du projet « légumes moches » fait sans aucun doute penser à une session de greenwashing tentant de balayer les attaques concernant le chalutage profond des derniers mois. Néanmoins, l’enseigne nous prouve que le développement durable est une question importante car d’autres projets sont en cours. Malgré cela, la question du chalutage profond reste en suspens car une pêche à 800 mètres de profondeur reste une pêche en eau profonde utilisant les mêmes méthodes destructives. Intermarché continue donc de proposer sur ses étales des espèces menacées, contrairement à d’autres enseignes comme Carrefour et Casino qui ont décidé d’arrêter de vendre ces espèces. La question de la législation est également à soulever, le parlement européen n’ayant encore voté aucune interdiction concernant cette méthode de pêche pourtant reconnue comme désastreuse (source 4 : lemonde.fr).


Nos sources :

1 http://www.greenpeace.org/france/PageFiles/266559/Intermarche-chalutage-de-fonds-sans-nom.pdf
2 http://www.scapeche.fr/actus-1/2014/peche-profonde-la-scapeche-se-felicite-de-laccord-trouve-avec-les-ong
3 http://ac-franchise.com/article/la-franchise-alimentaire-sengage-dans-le-developpement-durable
4 http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/12/10/pourquoi-la-peche-profonde-est-accusee_3528580_3244.html

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

- Ce qu'est le chalutage profond et pourquoi il est néfaste
- Les questions relatives aux sessions de droit d'image et de droit d'auteur
- A faire un dossier de production
- A collaborer dans l'équipe pour que chacun ait un rôle définis
- A utiliser le wiki
- A contacter et tenter de convaincre des personnes que nous souhaitions interviewer
- A chercher des solutions concernant les nombreux problèmes que nous avons rencontrés (personnes ne souhaitant pas être interviewées, refus de session de droits d'auteur, choix concernant les plans à conserver ou non pour la vidéo, etc...)
- A gérer la communication dans l'équipe pour éviter les incompréhensions
- A aborder un sujet sensible au sein d'une entreprise donnée
- A rechercher des informations primaires ( à leur source, soit directement chez Intermarché)