Etude de marché des solutions de gestions des lieux et systèmes de Pass

De Movilab.org

Etude du marché de coworking à l'échelle nationale et Internationale. Analyse les techniques de gestion, les modes d'organisation et les prestations des différents acteurs.

Catégorisation du document
  • Type de document: Support de présentation
  • Thème : Coworking
  • Mots clefs: Supports
  • Défi auquel répond le document :Pass inter lieux
  • Maturité: Démarré
Identité du document
  • Date de création : 2020/12/14




> Ouvrir le document benchmark

Le marché du coworking est en pleine croissance en France et à l’échelle mondiale. On recense en 2019 plus de 1700 espaces de coworking en France, soit 42.5 fois les chiffres relevés en 2011 [2]. Ces chiffres indiquent un environnement socio-économique favorable à ce type d’organisation du travail. Dans leur rapport de décembre 2018, Cushman et Wakefield [1] relèvent 4 facteurs clés expliquant cette dynamique : 

- La progression des nouvelles technologies permettant aux individus de mieux s’organiser en réseaux 

- L’émergence du nomadisme, de nouveaux modes de travail et de management

- L’essor de la GIG économie (ex : uberisation) et des travailleurs indépendants 

  • La prise de conscience de l’impact de l’environnement de travail sur la productivité des salariés

De nombreux acteurs participent à ce mouvement. D’un côté on trouve les tiers-lieux, recensés au nombre de 1800 en 2018. [3] La Compagnie des Tiers-Lieux, présente principalement dans l’agglomération lilloise, à pour vocation de réunir les porteurs de projets, les collectivités et propriétaires à activer des tiers-lieux vivants au service de leur territoire. Ces coopératives s’organisent autour de valeurs de partage, que ce soit du partage entre humains, de partage d’espaces mais aussi de partage intellectuel car elles sont animées par esprit open-source. De l’autre on trouve les grands acteurs du coworking. Alors qu’on doit aux acteurs locaux la transformation des mœurs qui a généré la vague de coworking, ces grands groupes sont responsables de l’importante croissance économique du secteur. Leur investissement massif dans le parc immobilier francilien, qui cumule 56% des espaces de coworking français [2], s’explique par leur modèle économique. Ils ciblent en effet les employés dans de grandes entreprises installés en zone urbaine alors que les coopératives telles que la Compagnie des Tiers-Lieux s'adressent plutôt aux entrepreneurs, aux jeunes salariés et cherchent particulièrement à dynamiser les métropoles au-delà des zones urbaines. Entre ces deux grandes approches du coworking, on trouve toute un ensemble d’acteurs dont nous avons fait une étude globale. Pour cette étude, nous avons cherché à comprendre la place des Pass de coworking en France. En analysant et comparant les solutions proposées par d’autres acteurs ainsi que leur fonctionnement général, nous avons aussi tenté d’identifier des facteurs de succès. 7 Cette étude prend la forme du tableau de benchmarking en lien.

Premièrement on remarque que les tarifs et modalités de paiement diffèrent beaucoup d’un acteur à l’autre. On trouve des tarifs unifiés mais aussi des tarifs fixés par chaque gérant d’espace. Les grands acteurs tendent à réduire l’autonomie des gérants d’espaces, alors que les coopératives leur donnent plus de libertés.

On remarque aussi que certaines entreprises proposent des personnalisations d’offres (services de restauration, hygiène, accessoires de travail).

En termes de supports pour gérer les réservations et l’accès aux espaces, la grande majorité utilise une plateforme web. On constate l’ajout d’une application pour smartphone particulièrement dans le cas entreprises opérant à l’échelle internationale.

Les logiciels utilisés sont pour la plupart propriétaires. En tant que système de Pass open source, Dokos se distingue du lot et fédère l’esprit de partage et de transparence caractéristique des tiers-lieux.