Dans quelle mesure le service d'auto-partage citadin s'inscrit-il dans une démarche écologique et durable ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Dans quelle mesure le service d'auto-partage citadin s'inscrit-il dans une démarche écologique et durable ?


https://fr.slideshare.net/secret/c8cxdNeetGb7KK


Retour du professeur

Document relativement détaillé, mais il y a un grand trou dans les plans 6 à 10.
Dommage qu'il ne s'affiche pas directement sur la page Wiki. Essayez d'ajouter le pluggin Slideshare et nettoyez un peu le texte de cette page

Notre reportage

Nous tenons à remercier chaleureusement Mme Lambert et son entreprise Lilas Autopartage de nous avoir accueillis. Nous remercions Mme Panchout directrice du campus de Lille ainsi que l'ensemble des personnes ayant pris part à notre micro-trottoir.

Dans quelle mesure le service d'auto-partage citadin s'inscrit-il dans une démarche écologique et durable ?

Dans notre société actuelle, la voiture a pris une place considérable. En effet, c'est devenu le moyen de locomotion préféré de la majorité des français. Si cette dernière permet de se déplacer de façon rapide et efficace, on remarque cependant qu'elle est porteuse d'effets néfastes sur l'environnement. Les véhicules motorisés dégagent énormément de C02, ce qui a pour conséquence d'augmenter la pollution dans nos villes.

Il faut donc réfléchir à des alternatives permettant de réduire la pollution automobile et de s'inscrire dans une démarche écologique et durable. Nous nous sommes donc intéressés à l'autopartage citadin, méconnu mais pourtant efficace. Nous avons voulu nous demander si cette pratique s'inscrivait réellement dans dans le développement durable et que l'aspect écologique du projet n'était pas seulement un argument marketing. En étudiant le principe, on constate qu'une voiture d'autopartage remplace 9 voitures personnelles et libère 8 places de stationnement. Utiliser des voitures en libre-service permet donc à la fois de désengorger les villes et de réduire les émissions de C02.

La ville où l'autopartage a réussi à acquérir une réelle notoriété est Paris. Dans cette ville, a été créé il y a 3 ans l'entreprise Autolib. Calqué sur le principe de "Vélib", il est possible de louer de manière très simple et sporadique une voiture électrique pour effectuer de court trajets. On peut donc constater que ce service s'inscrit dans une démarche écologique, permettant aux citadins de louer une voiture électrique de temps à autre plutôt que les inciter à acheter leur propre voiture er agrémenter encore le parc automobile. On dénombre à Paris pas moins de 10 386 locations par jour, on peut donc affirmer que Autolib participe activement à la réduction de la pollution au sein de la capitale française. Au travers de notre reportage, nous avons donc choisi de nous intéresser à "Lilas Autopartage", l'entreprise d'autopartage lilloise. L'interview avec sa directrice Mme Lambert nous a conforté dans notre idée, nous expliquant clairement la démarche écologique de son entreprise.

Sur l'ensemble du territoire français, une cinquantaine de ville se sont mises à la voiture en "libre-service". Si le succès semble grandissant, l'autopartage reste souvent marginal malgré le médiatique Autolib. D'un point de vue international, l'autopartage semble incarner une certaine forme d'avenir. Le leader mondial, Zipcar présent au Etats-Unis, au Canada et en Europe revendique 760 000 membres. L'essor de l'économie collaborative semble aller de pair avec la dynamique de l'autopartage.

Sources :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/autopartage-etude-6T-ademe-france-autopartage-autolib-bollore-18141.php4 https://www.autolib.eu/ http://www.20minutes.fr/economie/1073131-20130103-auto-partage-service-commence-a-carburer

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Due date : 08/12