Dans quelle mesure, avec l'avènement de l'information numérique et la tendance écologique, le format papier peut rester un produit viable dans le secteur de la presse ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Dans quelle mesure, avec l'avènement de l'information numérique et la tendance écologique, le format papier peut rester un produit viable dans le secteur de la presse ?

Notre dossier de production

Lien vers notre dossier de production

Notre reportage

Lien vers notre video

Nous tenons à remercier chaleureusement Florence Bottero journaliste au journal "La tribune", Ugo Corsiglia étudiant à Skema Business School, Monsieur Constantin qui est retraité et Monsieur Kryzer employé de la poste.

Notre article journalistique sur la problématique

Aujourd’hui, 97% de la population française lisent un titre de presse chaque mois, soit 49,8 millions de lecteurs. Ce nombre regroupe les lecteurs de journaux au format papier et de plus en plus, les lecteurs de presse au format numérique. En effet, la presse sur internet, les mobiles et tablettes a convaincu plus de 20 millions de Français. Ce nombre représente presque la moitié de la population de lecteurs français.

Afin de s’adapter à la demande croissante mais aussi dans le cadre du développement durable, les entreprises de presse ont changé de modèle économique qui les a menées à numériser en partie ou en totalité la diffusion de leur titre. De ce fait, la viabilité du format papier est remise en cause.

Lors de notre étude, nous avons demandé à des personnes de trois catégories socio-professionnelles différentes de donner leur avis concernant cette problématique. Ils se sont accordés sur le fait que le papier leur reste indispensable bien que nous soyons dans l’ère du développement numérique. Ils pensent même que « ça n’a rien à voir » et que « les tablettes et smartphones ne remplaceront pas le format papier ». Le côté pratique de la numérisation permet néanmoins de tout regrouper sur une seule plateforme accessible dès lors qu’une connexion internet est possible.

Nous avons alors interviewé Laurence Bottero, journaliste au sein de la Tribune, afin de comparer les avis des lecteurs et des professionnels de la presse. Bien que la Tribune s’intéresse au développement durable depuis de nombreuses années, la conversion au format numérique consiste en une priorité parce qu’il s’agit d’un virage obligé de nos jours. En remplaçant la version quotidienne papier par une version quotidienne numérique et en ne gardant qu’un hebdomadaire papier, les connexions numériques ont fortement augmenté. Les ventes en kiosque ne peuvent cependant pas être comparées avec celles effectuées auparavant car il y a eu un changement de modèle économique. Le format papier n’est pas pour autant laissé de côté puisqu’il sert encore aux entreprises de presse pour conserver des archives, ce que le numérique ne permet pas.

Finalement, bien que l’avènement de l’information numérique et de la tendance écologique croissent, tous les acteurs de la presse française s’accordent sur le fait que le papier est et restera un produit viable car c’est une question de mentalité et d’habitudes : « on a besoin de sentir le papier ». Il s’agit alors de se demander quand et comment les entreprises de presse vont atteindre le parfait équilibre entre les diffusions numérique et papier et leur résultat économique.

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Qu'avez vous pensé de ce cours?

Alexandre: Ce cours a permis de voir autre chose et d'aborder notre enseignement d'une manière innovente et novatrice.

Edouard : Ce cours nous as permis de connaître et d'apprendre de professionnel mais aussi de nous donner une certaine autonomie.

Mai Ly : Ce cours nous a permis de développer le sujet du développement durable par un biais différent des autres cours que nous avons.

Qu'est ce qui a bien fonctionné? Mal fonctionné?

Alexandre: La communication au sein de notre groupe a parfois posé problème et nous avons eu du mal à trouver des intervenants et à prendre rendez-vous avec eux.

Edouard : la communication a de temps en temps posée probléme ainsi que la recherche de'intervenant prêt à nous recevoir

Mai Ly : Nous avons dû gérer l’organisation au sein de notre groupe, alors que nous n’avons pas les mêmes horaires ainsi que la recherche de professionnels à interviewer.

Quid de la suite: oui, oui

1. En quoi ce cours vous donne-t'il une nouvelle compréhension du business en général et plus largement de la société?

Alexandre: Ce cours m'a permis de prendre réellement conscience des enjeux de développement durable, moi qui veut travailler dans le luxe.

Edouard : Ce cours nous as apporté une nouvelle valeur qu'est le business conscient et le developpemnt durable.

Mai Ly : Nous avons pu approfondir nos connaissances concernant les enjeux du développement durable, ainsi que le point de vue des entreprises sur le plan concret.

2. Qu'avez vous le plus appris dans le cadre de ce cours? Pouvez-vous formuler les compétences acquises?

Alexandre: En tant que jardinier WIKI j'ai le plus appris à utiliser l'espace WIKI.

Edouard : étant banquier, j'ai appris à demander de l'aide et poser des questions

Mai Ly : En tant que responsable de production, j’ai appris à gérer l’organisation d’un reportage.

3. Comment avez vous vécu cette nouvelle expérience d'apprentissage? De qui avez vous le plus appris? (de vos pairs, de l'interviewé, de vos profs)

Alexandre: J'ai le plus appris de nos profs et nottemment grâce à l'espace d'aide aux jardiniers WIKI. J'ai vécu cette nouvelle expérience comme un apprentissage efficace quand aux résolutions de problèmes qui peuvent survenir.

EdouardJ'ai le plus appris de nos notre intervenant qui nous as expliqué le monde du journalisme.

Mai Ly : J’ai le plus appris des autres membres du groupe en essayant d’optimiser les compétences de chacun d’entre nous.

4. A quel pourcentage estimez vous avoir utilisé les ressources du WIKI et les liens associés? Qu'est ce qui a été le plus util pour vous, si faible utilisation : pourquoi?

Alexandre: Je pense avoir beaucoup utilisé les ressources du WIKI surtout en ce qui concerne les tâches du jardinier, en terme de pourcentage je dirai que je l'ai utilisé à 80%?

Edouard:

Mai Ly : J’ai utilisé le WIKI pour connaître les consignes à chaque étape du projet. Je pense avoir utilisé les ressources du WIKI à 40%.

5. Ce cours a-t-il eu une influence sur vos pratiques collaboratives intra et inter groupes dans le cadre d'un projet comme celui-ci?

Alexandre: Ce cours a eu une ifluence indégnable sur mes pratiques collaboratives intra groupes et m'a permis de me rendre compte qu'une collaboration inter groupe est possible également.

Mai Ly : Ce cours a eu une forte influence concernant les pratiques collaboratives intra groupes (organisation) et concernant les pratiques collaboratives inter groupes puisque nous étions sans cesse en contact avec les autres.

6. Quel a été l'apport de la bourse de compétences?

Alexandre: J'ai tiré beaucoup de compétences de la bourse toujours par rapport au poste de jardinier.

Mai Ly : Je trouve que le principe de la bourse de compétences est intéressant car elle nous pousse à partager avec tous les étudiants de SKEMA.

7. Comment les compétences ont elles circulées?

Alexandre: Les compétences ont circulées de manière assez fluide pour moi.

Mai Ly : Les compétences ont bien circulé.

8. Quelles sont vos critiques et suggestions d'amélioration pour ce cours?

Alexandre: Ce cours nous permet de changer nos habitudes et de découvrir de nouveaux domaines à la fois sur internet et vidéo mais nous sommes laissé au dépourvu en ce qui concerne le montage vidéo, de ce fait nous avons tatonner et le résultat s'en ressant sur la vidéo. Je pense que quelques conseils ou une formation sur l'aspcet technique d'un montage d'une vidéo pourrait être une bonne chose.

Mai Ly : Bien que le format novateur du cours soit intéressant et stimulant, nous ne sommes pas habitués à utiliser les outils pour la création d’une vidéo. De plus, peut-être qu’un délai supplémentaire permettrait à un plus grand nombre de groupes d’améliorer leur qualité de travail.


Votre feedback - Groupe 110

L’investigation n’est pas au niveau de la qualité de la problématique. La qualité de la vidéo laisse à désirer. L’article n’apprend rien de plus que le reportage, rien de plus de ce que l’on sait déjà sur le sujet.




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales