Soutenir les entrepreneurs des communs - le crédit contributif

De Movilab.org

Quel est le problème à résoudre : Quel modèle économique et social pour la création de communs, de ressources ouvertes et partagées ? Les entrepreneurs-euses classiques investissent du temps et de l'argent et attendent un retour sur investissement. Les entrepreneurs-euses des communs ne peuvent se permettre de faire peser sur la ressource qu'ils créent une telle pression.

Comment honorer le travail de conception non rétribué de ces entrepreneurs et entrepreneuses ?

Description : Nous cherchons à expérimenter de nouvelles modalités de soutien à la création de communs. Il existe plusieurs pistes ; le coinvestissement par les soutiens à la fois dans le développement de la ressource mais qui couvrirait aussi le temps de travail de création. Dans le cas où l'investissement nécessaire est trop important et les partenaires (qui n'ont pas encore la preuve de l'utilité de la ressource à créer) ne souhaitent pas s'engager à hauteur, la solution de placer le temps investi en dette contributive de la ressource à rembourser lorsque la ressource commencera à créer de la valeur. Nous cherchons d'autres pistes ou des modalités d'expérimentation de celles-ci.

Caractéristiques acceptables de la solution :

Tags : commons, Modèle économique

Thème : Gouvernance, Economique

  • Contributeurs: SimonSarazin, NicolasLoubet, Dehaasbe

 


Rfg00340.jpg

Communs proposés répondant à ce défi



Documentations proposées répondant à ce défi



Etape de développements proposés répondant à ce défi




Simon Sarazin 14 mai 2019

En y réfléchissant, peut-être qu'une bonne manière de rémunérer des commoneurs qui ont investi du temps sur quelque chose, ce serait qu'ils identifient leur besoin financier par rapport à ce travail (en lançant un budget contributif dès le départ de leur action ? ) et qu'ils soient payés selon ce que les "premiers" se paieront une fois que l'argent sera là. Par exemple, quand quelqu'un se paie 100 ensuite, 20 supplémentaires vont pour financier le crédit dû aux contributeurs du départ qui n'ont rien touché jusque là. Ce qui fait 120 a prendre dans le budget du projet.

Ce qui veut dire que - si des gens qui débarquent en ayant rien fait avant et prennent beaucoup une fois que du budget est là, le budget restera limité aux 20% supplémentaires qui iront pour combler la dette des premiers. - si personne ne se paie, pas de dette remboursée. Mais pas de frustration non plus de voir des gens se payer alors que que ceux qui ont investi sans compter au départ ont rien - si des gens veulent se payer pour continuer a faire vivre la ressource c'est quand même possible sans avoir à rembourser 100% de la dette aux premiers avant de pouvoir se payer. (Des fois c'est le cas) - pas de situationn de rente au final. - si le contributeur qui a beaucoup investi pour lancer un commun veut pas continuer une fois que ça marche pour aller vers autre chose (c'est le cas de pas mal de gens dans l'innovation), c'est possible pour lui plutôt qu'il reste enchainé à son projet :-)

Je dis 20 mais ça peut être 40 ou 30 ou autre...