GE: Stratégie de communication ou de RSE ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Générosité Embarquée : Stratégie de communication ou de RSE

Notre dossier de production

Insérer ici votre dossier de production (à uploader dans slideshare) - due date : 01/11 au plus tard Aide pour les jardiniers wiki au lien suivant

Lien où trouver notre dossier de production: http://www.slideshare.net/emirey/dossier-de-production-final-1

Notre reportage


Nous tenons à remercier chaleureusement les citoyens qui ont accepté de répondre à nos questions et à Maxime Deschamps, chef de projet déploiement de l'arrondi en caisse pour nous avoir reçu au sein de MicroDON.

Notre article journalistique sur la problématique


Quand la générosité embarquée entre au coeur des entreprises.


Entre crise économique et augmentation de la pression fiscale, la collecte de dons en France est de plus en plus difficile. En effet, certains citoyens au revenu modeste, se voient dans l’obligation de renoncer à leur geste de solidarité. De plus, grâce à leur médiatisation, certaines associations telles que les Restos du cœur, la Croix-Rouge réussissent à soulever des fonds importants au détriment des associations plus petites.

Il est donc crucial pour ses associations de chercher de nouvelles sources de financement. Aujourd’hui, la générosité embarquée en fait partie. Elle permet de transformer les actes quotidiens comme un footing ou faire les courses, en opportunités de don. Ce principe, qui ne peut fonctionner sans l’aide d’entreprises partenaires, nous fait nous demander si celles-ci contribuent à la collecte de don dans le but de valoriser leur image ou de devenir une entreprise plus socialement responsable.


texte descriptif


Afin de relancer les dons auprès des donateurs perdus et trouver de nouveaux donateurs, le concept de générosité embarquée s’est construit au travers d’entreprises innovantes et solidaires.
Par exemple Charity Miles propose de convertir les fonds de mécènes en dons grâce aux foulées des joggeurs ou encore MicroDON propose d’arrondir à l’euro supérieur le ticket de caisse, les salaires ou les transactions bancaires. D’autres entreprises comme Zegive, ou FreeRice viennent ancrer la générosité embarquée comme nouveau mode de don.

Mais alors, qu’en est il de la participation des grandes entreprises à cette montée de solidarité ?
46.6% des Français pensent que leur objectif est de redorer leur image et seulement 26.6% seulement pensent qu’il s’agit d’une volonté de RSE. Les entreprises pionnières dans cette démarche de générosité embarquée subissent une médiatisation non souhaitée qui vient mettre leurs engagements en lumière, décrédibilisant leur sincérité à aider. Bien que la vision des Français reste pessimiste, les tendances montrent que les modèles économiques privilégiant uniquement la recherche de profit s’essoufflent peu à peu. Ainsi, les grandes entreprises ont décidé de ne plus médiatiser leurs engagements et deviennent de plus en plus pudique à ce sujet. Franprix, mobilisé auprès de MicroDON dans la collecte de don pour des associations locales n’a fait aucune communication sur son partenariat afin de renforcer leur impact sur la communauté et de fédérer les salariés autour d’un projet porteur de sens. C’est aussi le cas de toutes les entreprises qui proposent l’arrondi sur salaires. Leur souhait est de mobiliser les employés dans un projet commun qui vient apporter une réelle dynamique au sein des équipes. Cette croyance où les entreprises soient uniquement motivées par la communication de son image de marque vient s’estomper progressivement laissant place à des entreprises plus ancrées dans une économie sociale et solidaire. Grâce à toutes ses PME soulevant des fonds, 2015 s’annonce comme l’émergence de modèles alternatifs, où les entreprise non moins soucieuse d’être novatrices et performantes, s’engagent dans un intérêt public et s’inscrivent dans une démarche durable et responsable.

Communication et responsabilité sociale sont indissociables puisqu’il faut communiquer pour fédérer et que fédérer a un impact sur l’image vécue, ou image perçue de l’entreprise. Il est important de souligner que de tel engagement a un vrai impact au niveau organisationnel de l’entreprise avec une réelle volonté d’engagement sur le long terme. Ce coût d’engagement, qui ne fait pas l’objet d’une communication volontaire prouve bien que l’objectif premier des entreprises est de participer à une économie plus sociale et plus solidaire.

A présent, l’acte de don se veut accessible tous, les montants sont certes plus petits, mais la récurrence est plus grande.
L’objectif est que chacun d’entre nous se sentent concernés, tous mobilisés, prêt à s’entraider,
en espérant que les Français soient prêt à prendre la main que leur tend les entreprises afin de nous rendre, à notre tour, plus responsable et plus solidaire.


texte descriptif


Source:
- Interview avec Maxime Deschamps
- Micro-trottoir
- Magazine We Demain, article sur la générosité embarquée

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

A développer lors de l'amphi de clôture - due date : cet exercice sera réalisé lors de l'amphi de clôture