Dans quelles mesures l'utilisation des produits de synthèse impacte la croissance et l'environnement dans le secteur de la parfumerie ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante :
Dans quelles mesures l'utilisation des produits de synthèse impacte la croissance et l'environnement dans le secteur de la parfumerie ?

Notre dossier de production

"http://fr.slideshare.net/LaetitiaVilliers/dossierdeproduction-130903130948-27774476" Aide pour les jardiniers wiki au lien suivant

Notre reportage

'


- Aide pour les jardiniers wiki au lien suivant

Nous tenons à remercier chaleureusement Véronica Escobar (dans le rôle de la technicienne de laboratoire), la parfumerie Fragonard, les personnes interviewées (qui souhaitent préserver leur anonymat), l'équipe de production ainsi que nos professeurs qui nous ont aidé tout au long de la réalisation de ce projet.

Notre article journalistique sur la problématique

Quels sont les effets des produits de synthèses sur la croissance et l’environnement ?

Depuis de nombreuses années en France, l’industrie du Parfum est devenue une part importante des ventes de produits de luxe. Les parfums, véritables institutions nationales, du très célèbre Chanel N°5 au mythique « J’adore » de Dior, sont à l’heure actuelle des ambassadeurs internationaux du raffinement et des traditions Françaises. Grasse, réputée pour être le berceau mondial de la parfumerie et de certaines des plus nobles essences naturelles, se situe à proximité de Skema Bs. C’est pourquoi nous nous sommes renseignés sur ce domaine, quant à l’utilisation des produits de synthèse dans le monde de la parfumerie et ses conséquences sur le développement durable, qui est réellement un sujet d’actualité. Le développement durable est un enjeu majeur du monde actuel, tant économique, écologique que politique, c’est pourquoi il touche tous les domaines d’activité, et d’autant plus ceux en lien direct à la nature, d’où notre intérêt porté sur le monde de la parfumerie.

Le défi : associer rentabilité et préservation de l’environnement La préservation de l’environnement est un défi pour chacun, mais un double défi se pose pour les entreprises dans lesquelles le souci de rentabilité reste omniprésent. Dans le cadre de notre sujet, la question se posait vis-à-vis de l’impact économique des produits de synthèse et de leur rentabilité au sein du secteur de la parfumerie. Contrairement aux idées préconçues, les produits de synthèse ne sont pas forcément néfastes économiquement parlant, parfois même moins coûteux à l’entreprise que les produits naturels. Néanmoins, une autre barrière s’impose : la politique. En effet la fabrication des parfums est régulée, par l’interdiction de certaines essences animales par exemple, ce qui contraint les parfumeurs à chercher d’autres solutions afin de palier à cette pénurie, comme l’utilisation de produits de synthèse.

L’utilisation des produits de synthèses : un plus ou un moins ? A travers notre question, deux dimensions sont à évoquer: l’aspect économique et l’aspect environnemental. Dans le secteur de la parfumerie, il existe bien un lien entre ces deux aspects, ce que nous expliquons dans ce reportage. Les fleurs utilisées pour la conception du parfum sont une ressource naturelle épuisable, et ce phénomène s’aggrave avec l’omniprésence de l’Homme sur la planète. Une ressource épuisable revient à dire qu’elle devient rare, donc chère. Pour résoudre ce problème, les parfumeurs ont fait appel à la chimie et ont crée le produit de synthèse, utilisé depuis 1830. C’est cette innovation qui a permis à ce produit de luxe de devenir abordable pour les consommateurs de nos jours. De plus, le produit de synthèse peut être bénéfique pour l’environnement car il permet, pour certaines espèces de fleurs, de les préserver de la déforestation et de leur disparition, mais aussi favorise la préservation de certaines espèces animales dont les sécrétions sont utilisées pour certaines fragrances. L’utilisation de produits de synthèse présente donc des avantages économiques et écologiques. Mais la fabrication du produit de synthèse est aussi le résultat de nombreuses réactions chimiques et a d’autres conséquences sur l’environnement, comme évoqué dans le reportage (émission de CO2, déchets..).

Quel avenir ? A l’avenir, on peut être amené à s'interroger sur le devenir du parfum en un produit banal de consommation ayant perdu toute originalité. Que va devenir l'industrie de production de fleurs ? Vers une éventuelle reconversion ou la perte d'un savoir-faire tant chez les cultivateurs que chez les parfumeurs ? Des réductions d'effectifs sont elles à prévoir ? Les produits synthétiques peuvent ils reproduire à l'identique les senteurs naturelles ? Le consommateur est il sensible à la composition de son parfum ou recherche-t-il davantage à maximiser son utilité en dépit d'une certaine qualité ? Les maîtres parfumeurs français ont ils encore un avenir ? Les maisons traditionnelles ont elles un fonctionnement suffisamment viable pour résister à la pression des grandes marques industrielles?


L'article vise à éclairer les lecteurs sur les grands questionnements et les pistes de réponse qui peuvent aider l'entreprise ou ses personnels à évoluer vers plus de durabilité. Notez que ce travail de valorisation pourrait dépasser le cadre strict de ce cours et être consulté par les personnes et organisations interviewées, les membres du projet Movilab, par les communautés gravitant au sein ou autour de Skema, ...
Source: Wikipédia, notre reportage

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

1. En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? Et plus largement de la société? Ce cours nous a permis de nous motiver à aller à la rencontre de professionnels et de comprendre leurs organisations, leurs domaines d’activité, leur implication dans le développement durable, leurs perspectives d’évolution et d’amélioration dans le futur. Nous avons pu découvrir un aspect plus concret de l’entreprise différent de celui proposé par l’école qui reste trop théorique à nos yeux. Cela nous a permis d’avoir un avis critique sur le secteur de ces entreprises et de mieux appréhender les besoins de changement de la société.

2. Qu’avez vous le plus appris dans le cadre de ce cours? Pouvez vous formuler les compétences acquises? Nous nous sommes rendus compte que l’implication des entreprises dans le développement durable, une notion au départ assez floue, n’était pas aussi importante que nous le pensions. En effet, il est difficile pour les entreprises de participer au développement durable tout en assurant sa rentabilité. De plus, nous avons appris à développer de nouvelles compétences, surtout concernant le travail d’équipe : donc d’organisation, de répartition des tâches, de gestion du temps, et des délais impartis. Ce qui nous a le plus poser de problème concerne le montage et autres compétences nécessaires pour l’élaboration de la vidéo : en effet, aucun membre de l’équipe ne maîtrisait ces compétences au départ, il a donc fallu développer notre capacité d’adaptation à cette nouvelle compétence.

3. Comment avez-vous vécu cette nouvelle expérience d’apprentissage? De qui avez-vous le plus appris ( de vos pairs? De l’interviewé? De vous? De vos profs?) Cette expérience a été formatrice car nous nous sommes retrouvés seuls face à un élément, une compétence que nous ne maîtrisions pas. La partie qui nous a permis le plus de développer notre expérience d’apprentissage a été de trouver une problématique, synthétiser notre sujet de façon à être compréhensible par la majeure partie des personnes, sachant que notre reportage allait être vu par de nombreux utilisateurs, qui n’ont pas forcément connaissance du développement durable et son impact sur le secteur de la parfumerie. Le fait de limiter la vidéo à 7 min nous a forcé à garder les éléments principaux permettant d’illustrer et de répondre à la problématique de manière plus synthétique. Nous avons le plus appris des intervenants de la vidéo, car cela nous a permis d’être confrontés à des professionnels, qui pour certains membres de l’équipe est un secteur porteur pour leur projet professionnel.

4. A quel pourcentage estimez-vous avoir utilisé les ressources du wiki et des liens associés? (inférieur à 25%? Entre 25 et 50% entre 50 et 75%? + 75%?) Qu’est ce qui a été le plus utile pour vous? Si faible utilisation, pourquoi? Nous estimons l’utilisation des ressources du wiki et des liens associés entre 25% et 50% : nous l’avons consulté essentiellement pour les explications du processus pour réaliser la vidéo données par Monsieur Sempels.

5. Ce cours a-t-il eu une influence sur vos pratiques collaboratives intra et inter groupe dans le cadre d’un projet comme celui-ci ? Quel a été l’apport de la bourse de compétence ? Comment les compétences ont-elles circulé ? Nous avons eu très peu d’échanges du fait de notre focalisation sur le contenu de la vidéo et du reportage, nous nous sommes très peu attardé sur le Skem’bank du fait du manque de temps.

6. Quels sont vos critiques et suggestions d’amélioration de ce cours ? Il nous paraît nécessaire d’avoir plus de temps pour réaliser un tel projet, du fait d’apprendre des compétences qui ne sont pas maîtrisées pour la plupart des étudiants. Cela reste une bonne expérience qui nous a permis de voir comment élaborer un reportage et d’en connaître les problématiques et les interrogations que l’on peut avoir dans ce type de situation. Avant le déroulement de ce cours, nous n’avions jamais réfléchis au lien entre les problèmes de management et de développement durable, nous n’avions pas envisagé qu’il y avait une corrélation entre ces deux aspects. Pour finir, nous pensons qu’il faudrait un suivi plus important de la part de nos professeurs.


Votre feedback - Groupe 116

L’enquête est bien menée sur un sujet où les parfumeurs sont connus pour leur culte du secret. La vidéo est attrayante et elle apprend des choses sur le sujet. L’article comme la vidéo pose aussi le problème du recours au naturel contre la synthèse à base de pétrole plus polluante. L’enquête révèle aussi la faible pression du consommateur qui ne cherche pas toujours à connaître les ingrédients qui constituent leur parfum favori. Bravo.