Campagne de soutien et de cofinancement de Movilab

Nous faisons appel à vous pour rafraîchir le wiki et améliorer l'accessibilité des ressources

6600€ obtenus à ce jour sur un objectif de 10000 € - Fin du financement : 30 avril 2020

Soutenez sur HelloAsso ou déclarez vos intentions par mail à benoit@compagnie.tiers-lieux.org - Plus d'informations

Comment faire connaître la solution micro-don, qui allie source de financement pour les associations et responsabilité sociétale des entreprises ?

De Movilab.org

Présentation de notre problématique

La problématique que nous avons choisi de développer est la suivante : Comment le microdon peut-il représenter une source de revenus pour les ONG ?

Notre dossier de production

Microdon project.jpeg

Notre reportage



Nous tenons à remercier chaleureusement Marion DEHIER, responsable développement commercial pour l'entreprise sociale et solidaire MicroDON.

Notre article journalistique sur la problématique

Comment faire connaître la solution micro-don, qui allie source de financement pour les associations et responsabilité sociétale des entreprises ?


Aujourd’hui, les associations possèdent de moins en moins de sources de financement. En effet, les aides européennes étant extrêmement réduites cette année, se tourner vers d’autres solutions plus durables, s’avèrent être une nécessité dans un contexte économique instable ponctué par les effets sociaux des récentes annonces fiscales. Nous avons donc choisi d’enquêter sur la solution micro-don dont l’objectif est de viser un maximum de donateurs car accessible à tous et sans grand effort financier.


Le micro-don se décline sous trois formes :

- « L’Arrondi en caisse » qui consiste à arrondir à l’euro supérieur le montant des achats effectués, et de donner cette différence à une association.

- « L’Arrondi sous compte bancaire » : dans ce cas, chaque mois, l’épargnant a la possibilité d’arrondir à l’euro inférieur le montant figurant sur son compte, et reverser la différence à une association.

- « L’Arrondi sur salaire » : cette dernière forme est une initiative des entreprises qui donne la possibilité aux salariés d’arrondir leur salaire à l’euro ou à la dizaine d’euro inférieure et d’offrir cette différence à une association


Parmi ces trois formes, nous avons choisi d’approfondir « l’Arrondi sur salaire », système qui permet à la fois d’assurer stabilité et durabilité dans les revenus des associations mais aussi d’améliorer l’image et le management des entreprises qui l’appliquent.

En effet, le don sur salaire offre non seulement la possibilité aux salariés de soutenir les actions d'associations de leur choix, en réalisant chaque mois des micro-dons sur leur net à payer, mais permet aussi de faire participer l'employeur qui, s'associant à l'opération, double le montant du don. On parle de co-solidarité employeur-employé.

D’une part, les entreprises renforcent leur responsabilité sociale en développant ou en renforçant les partenariats avec les associations bénéficiaires choisies, en valorisant leur engagement RSE auprès de leurs clients et partenaires mais aussi en affirmant dans la durée leur engagement sociétal. D’autre part, elles agissent directement sur leur politique de ressources humaines en développant la motivation, la fidélité et la fierté d'appartenance des salariés, en renforçant la marque employeur par la fidélisation et l’attraction de talents et enfin, en fédérant leurs équipes en soutenant avec eux les causes qui les rassemblent.

« L’Arrondi sur salaire » initié par l’entreprise MicroDON constitue donc un échange gagnant-gagnant et durable entre organisation et entreprise dont le véritable défi consiste à se faire connaître pour ensuite se répandre et devenir incontournable.

Après un réel développement ces deux dernières années, une vingtaine d’entreprises utilise aujourd’hui « l’Arrondi sur salaire ». Cependant, après les retours de notre reporter, nous avons constaté une connaissance partielle du système « MicroDON » par le grand public. Si « l'Arrondi en caisse » commence à prendre place dans l’esprit des individus, très peu ont entendu parler de « l’Arrondi sur salaire ». Le réel enjeux aujourd’hui consiste à communiquer de façon conséquente sur ce système pour tirer partie de son réel potentiel.

Il existe déjà certains moyens tels que le démarchage d’entreprises et le bouche à oreille qui consiste pour des salariés à proposer eux-mêmes à leur employeur de développer « l’Arrondi sur salaire » au sein de leur entreprise. Cependant, pour optimiser cette démarche, il faut faire connaître ce nouveau moyen de participer à la vie caritative au grand public et donc aux salariés en général. Par ailleurs, d’autres solutions peuvent être envisagées comme demander aux associations partenaires qui bénéficient du MicroDON de promouvoir « l’Arrondi sur salaire » directement auprès des entreprises. Le tout réside dans la sollicitation directe des participants dont l'intérêt doit être suscité pour pouvoir instaurer un système durable et conséquent.


A long terme, le modèle micro-don pourrait même être transposé à l’échelle des directions avec une sorte d'arrondi sur bilan ou à d'autres actes de la vie courante mais le le recours au micro-don pourra-t-il suffire à compenser la diminution des dons et des aides européennes aux associations ?


Sources :

- Vidéo

- http://www.microdon.org/pages/entreprises.html''

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

1- En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général ? Et plus largement de la société ?

Réponse de Cécile : Je ne peux pas vraiment dire que ce cours m’a donné une nouvelle compréhension du business de ou la société.

Réponse d’Anya : Ce cours m’a permis d’entrevoir d’autres perspectives que celles habituellement traitées concernant le business dont notamment l’aspect sociétale des entreprises. Il m’a permis d’apprendre les différentes solutions adoptées par les entreprises pour réduire leur impact environnemental et social ainsi qu’envisager que l’argent et le profit n’était pas les seuls facteurs à prendre en compte pour s’insérer sur un marché, dans un pays et dans une société. Je me suis rendue compte qu’il fallait commencer un grand travail de fond pour faire changer les mentalités afin que l’on adopte un raisonnement plus durable qui permettra d’assurer un bien-être collectif futur.

Réponse de Christelle : Ce cours m’a appris qu’il y avait d’autres enjeux pour une entreprise que le profit strictement économique : l’entreprise est confrontée à des problématiques d’ordre « durable ». En effet, les ressources des entreprises étant limitées, de plus en plus elles doivent se tourner vers des modèles plus durables et notre problématique sur le micro-don a bien illustré cette nouvelle dimension.

Réponse de Jade : Ce cours ne m’a pas réellement appris davantage sur le business en général. Cependant, j’ai retenu que les entreprises se lançaient de plus en plus dans le développement durable car les consommateurs y sont plus soucieux.

Réponse de Louiza : Ce cours m’a permis de suivre un projet d’entreprise, de comprendre son intérêt, ses difficultés et sa conception. En effet, notre sujet du Micro-Don est un projet récent qui nécessite beaucoup de travail de l’entreprise créatrice pour faire connaitre ce nouveau concept et réussir à l’implanter. J’ai compris les différentes étapes à suivre pour le succès d’un tel projet. De plus, j’ai remarqué que la population en générale est toujours ouverte à des projets d’aides aux personnes, nous avons rencontré des personnes solidaires. Je ne connaissais pas ce côté associatif des personnes en entreprise.

Réponse de Suzanne : Avant ce cours, je ne voyais pas du tout de lien entre la « sustainable performance » et le monde du Business. De plus, pour moi le développement durable ne faisait qu’allusion aux thématiques de l’agriculture et de la planète, je n’y rattachais pas du tout la sphère sociale de l’entreprise. Cela m’a permis d’avoir une vision plus large et globale de cette notion et de la transposer clairement au monde du Business.


2- Qu’avez-vous le plus appris dans le cadre de ce cours ? Pouvez-vous formuler les compétences acquises ?

Réponse de Cécile : Travailler en équipe / Montage vidéo / technique de film

Réponse d’Anya : Ce cours m’a permis d’apprendre une nouvelle façon de travailler et de développer des compétences en terme de travail en équipe et d’organisation afin de respecter délais et charge de travail. Il m’a surtout appris à travailler sur des ressources communautaires en ligne et de développer des compétences en terme de recherches et d’édition web : code html, insertion d’image, création de pages, de lien et de renvois.

Réponse de Christelle : En ce qui concerne la matière même de « Performance Durable », j’ai appris plus en détail ce qu’était que le micro-don. A niveau plus « scolaire », j’ai approfondi mais connaissances en travail d’équipe, la communication au sein d’un groupe, plus nombreux qu’à l’accoutumée (6 membres). Cela a nécessairement impliqué une organisation plus rigoureuse, la planification en détail de chaque étape du projet, le respect des délais, imposés non seulement par le professeur mais également par le groupe car un retard peu pénaliser l’ensemble. Personnellement, j’ai beaucoup appris au niveau informatique, et pour tout ce qui concerne le montage de vidéo.

Réponse de Jade : Au cours de ce projet, j’ai approfondi ma capacité à travailler en groupe, travailler avec un délai fixe et à m’organiser. J’ai pu également avoir un aperçu global du déroulement d’un tournage d’une publicité ou reportage. Je n’ai pas précisément développé une compétence particulière mais des connaissances dans le montage d’une vidéo.

Réponse de Louiza : En premier lieu, j’ai beaucoup appris sur le sujet du Micro-Don, cela m’a permis d’en parler à ms proches afin de les sensibiliser car ce projet m’a beaucoup touché. De plus, j’ai appris à travailler en groupe dans un domaine que je ne connaissais pas c'est-à-dire, monter des vidéos, faire le travail d’une journaliste, cela à été très intéressant.

Réponse de Suzanne : Notre problématique traitée de l’organisme et de la pratique du MicroDon qui m’était totalement inconnue au départ. C’est donc sans doute dans ce domaine que j’ai le plus appris (savoir ce que c’est, comment cela fonctionne, dans quel but…). Ce cours m’a également permis de prendre conscience que les problématiques de performance durable étaient déjà bien connues et intégrées dans pas mal d’entreprises et dans le monde du Business.


3- Comment avez-vous vécu cette nouvelle expérience d’apprentissage ? De qui avez-vous le plus appris (de vos pairs ? De l’interviewé ? De vos profs ?...) ?

Réponse de Cécile : Je pense que l’idée de base est vraiment bonne. Un cours en ligne où l’on peut interagir entre nous et avec les professeurs. J’ai appris grâce en partie à des données sur le site / et à des recherches personnelles.

Réponse d’Anya : Je me suis rendue compte que travailler de façon vivante permettait de vouloir aller au bout des choses et donc d’améliorer ses connaissances en général mais aussi sa culture. Elle permet aussi de se faire sa propre idée et sa propre opinion sur un sujet grâce à l’interactivité générale d’une part avec les intervenants mais aussi à travers les recherches personnelles : contact direct avec les entreprises, les professeurs etc. Cela permet de ne pas avoir un raisonnement figé ou influencé.

Réponse de Christelle : Bien évidemment, j’ai appris des intervenants professionnels ainsi que des professeurs mais je dois avouer avoir principalement appris de mes camarades qui avaient beaucoup de connaissances en informatique, en techniques de filmage, en astuces audio, en montage de vidéo etc…

Réponse de Jade : A mon sens, cette formation s’est déroulée sur une période trop courte et le sujet était trop restreint. Je pense que la base de ce projet a énormément de potentiels. Avec mon équipe, nous avons été à de maintes reprises confrontées à des problèmes techniques ou bien de suivi. De plus, je pense que ce cours n’a pas été assez animé ou bien motivant. J’ai ressenti cette expérience plus comme une obligation qu’une forme ludique d’apprentissage. Cependant, mes rencontres les plus enrichissantes a été celles avec l’invitée ainsi que mes camarades.

Réponse de Louiza : Cette expérience à été innovante et nouvelle pour moi. J’ai eu la chance d’être avec des personnes ayant des connaissances pour le montage des vidéos, pour l’utilisation du Wiki, j’ai donc appris des notions de ces univers qui j’en suis sûre me serviront. De plus, nous avons été en contact avec différentes équipes, j’ai donc pu apprendre de leur façon de travailler, avoir leurs astuces et en profiter pour m’améliorer.

Réponse de Suzanne : Ce cours était particulièrement intéressant dans le sens où il faisait appel à des compétences que l’on n’avait pas encore forcément acquises. Les conseils et liens donnés par l’équipe professorale nous ont permis d’apprendre beaucoup de choses au niveau de la forme (comment réaliser un mini documentaire) mais c’est sans doute au contact de l’interviewé que j’ai le plus appris au niveau du fond (le développement durable).


4- A quel pourcentage estimez-vous avoir utilisé les ressources du wiki et les liens associés (inférieur à 25% ? entre 25 % et 50%, entre 50% et 75% ? Au-delà de 75%) ? Qu’est ce qui a été le plus utile pour vous ? Si faible utilisation, pourquoi ?

Réponse de Cécile : Un petit peu plus de 25% les liens pour aider à faire la vidéo

Réponse d’Anya : Entre 25 et 50%, cela a été utile dans la mesure ou les instructions pour le cours y était clairement et parfaitement répertoriées. De plus, les informations sur les différents sujets traitées sur le Wiki sont différentes de celles trouvées sur le web en général dans le sens où elles sont traitées sous un aspect différent que ceux abordés habituellement.

Réponse de Christelle : Moins de 25%. C’est vrai que cela n’a pas été très intuitif pour moi de me rendre sur le wiki, j’avais plus tendance à effectuer mes recherches par moi-même, sans toujours prendre les informations sur le site. Cependant, j’ai tenté de me forcer à utiliser le wiki le plus possible.

Réponse de Jade : Selon moi, mon utilisation concernant wiki est clairement inférieur à 25%. L’outil qui m’a été le plus utile a été le planning. En effet, étant seulement chargée de la fonction de caméraman je n’ai pas eu l’occasion de manipuler le site.

Réponse de Louiza : Malheureusement, ce cours nous a demandé beaucoup de travail supplémentaire en plus de nos révisions d’examens. J’ai donc laissé la personne en charge utiliser le Wiki. De plus nous avons décidé d’attribuer des fonctions à chaque personne du groupe, ainsi mon rôle était de préparer les questions, les interviews…Mon utilisation personnelle a été inférieure à 25%

Réponse de Suzanne : Entre 50 et 75% car movilab était la plateforme incontournable pour avoir connaissance du planning, rendre les projets, comparer ce qu’on faisait avec ce que faisaient les autres groupes…


5- Ce cours a-t-il eu une influence sur vos pratiques collaboratives intra et intergroupes dans le cadre d’un projet comme celui -ci ? Quel a été l’apport de la bourse de compétences ? Comment les compétences ont elles circulés ?

Réponse de Cécile : Oui peut être au niveau de l’organisation. La bourse de compétences était une bonne idée en soit cependant avec le temps trop limité il était déjà compliqué de s’organiser entre nous alors avec d’autres équipes c’était vraiment compliqué. Réponse d’Anya : Ce cours nous a aidé dans l’organisation du travail collectif d’une part, car il nous a permis de cerner les préférences et les compétences de chacun pour attribuer les rôles et les différentes étapes du projet mais aussi à faire concessions dans la charge de travail à attribuer. La bourse de compétence nous a aussi aidé dans ce sens car ils nous a permis de mieux connaître notre promotion tant d’un point de vue humain que professionnel et scolaire : il nous a permis d’interagir entre nous, de travailler et de s’aider mutuellement en apprenant à se connaître et à connaître nos compétences respectives.

Réponse de Christelle : Oui, ce cours a eu une influence sur mes pratiques car dans ce type de projet, nous avons des rôles bien définis, comme au sein d’une entreprise par exemple. Il ne s’agissait pas comme dans les autres projets scolaires, d’une série de tâche à effectuer, réparties entre les membres du groupe. Le fait qu’on ait eu un rôle défini à l’avance nous a amené à prendre en charge, à suivre les missions rattachées à ce rôle du début à la fin, ce qui nous a plus impliqué dans le projet. Etant la banquière, j’ai été amenée à me rendre à plusieurs reprises sur la bourse des compétences : nous avons pu obtenir des compétences et en faire partager d’autres ce qui nous a vraiment responsabilisées car nous avons du estimer la valeur de notre compétence. Après un départ plutôt « lent », les compétences ont circulé assez rapidement, l’échange étant facilité par la rapidité de l’achat (ou vente).

Réponse de Jade : Oui, car il fallait un minimum des transactions requis. Nous avons essayé de faire des demandes auprès des autres groupes mais cela n’a pas été très concluant. En effet, peu de demandes dans la communauté et n’ont plus pas d’offres concrètement très utile. La plupart du temps on avait déjà tous le matériels nécessaires pour notre tournage.

Réponse de Louiza : Ce cours a bien sur eu une influence sur mes pratiques collaboratives. En effet, nous avons pu proposer différentes idées dans mon groupe, nous nous sommes beaucoup concertées et j’ai appris de mes camarades de groupe. L’écoute à été très importante pour mener à bien ce projet. Les compétences ont beaucoup circulées entre les étudiants, via le wiki, les réseaux sociaux… Cela à montré une forte solidarité entre les étudiants.

Réponse de Suzanne : Un des outils de communication très important au sein de notre promo parisienne est notre groupe facebook. J’ai donc eu l’impression qu’avant que toute demande « officielle » soit faite en échange de skems les demandes passaient par facebook qui a constitué un « marché parallèle » beaucoup plus solidaire et informel que la banque de stems.


6- Quelles sont vos critiques et suggestions d’amélioration pour ce cours ?

Réponse de Cécile : Comme il a été dit en amphi le problème principal est le manque de temps. Mais je pense qu’un autre GROS problème était le manque de suivi. Nous avons eu en tout et pour tout un avis négatif sur notre problématique et rien d’autre depuis. Je sais qu’il y a beaucoup de groupe et qu’il est difficile de répondre à tout le monde mais peut-être faudrait-il créer un système de question à son professeur référent avec un nombre limité. Pour que celles-ci ne soient pas trop nombreuses mais que les professeurs répondent, qu’on ne soit pas seuls lâchés dans la nature.

Réponse d’Anya : Mes critiques concernant ce cours portent sur les différents incidents techniques que nous avons eu tout au long du projet. D’une part lors des amphithéâtres en vidéoconférence qui n’ont pas fonctionné de manière optimale mais aussi sur le wiki concernant la validation de notre problématique. En effet, depuis le début de ce cours, nous avons parfaitement respecté les délais mais malgré les différentes alertes, sur le Wiki et par e-mail, concernant notre problématique invalidée nous n’avons pas eu de retours et nous avons été obligés d’avancer à tâtons dans le traitement de notre sujet

Réponse de Christelle : Nous avons eu un problème lors de la validation de notre problématique ; n’ayant pas eu de confirmation de votre part (même après l’envoi de mails), nous avons dû effectuer notre reportage sur une problématique non validée. A l’avenir, je pense qu’il faudrait veiller à plus de contrôle des problématiques et à vérifier qu’elles ont toutes été confirmées pour ne pas laisser les étudiants travailler « à l’aveugle ».

Réponse de Jade : Critiques : Peu de suivi de la part des professeurs attitrés, Délai trop court par rapport au travail à rendre, trop d’informations sur le site wiki. Améliorations : Plateforme intéressante mais elle serait plus efficace si les informations étaient plus synthétiques (ex : une fiche simple d’explication sur la tâche à accomplir) Motiver les professeurs responsables ainsi que les élèves, pour susciter plus d’intérêts et des échanges entre eux

Réponse de Louiza : Ce cours demande beaucoup de travail et de réunions entre personnes du groupe, ce qui peut nous paralyser pour réviser nos partiels. De plus nos travaux devraient être un peu plus encadrés

Réponse de Suzanne : Le fait que ce cours soit organisé sur les 3 campus français à la fois, la logistique en est devenue trop compliquée. A la veille de notre tournage, notre problématique n’avait toujours pas été validée par le professeur en charge. Les professeurs n’étaient pas assez disponibles et joignables.