Refaire le monde en tiers-lieu

De Movilab.org
Cet article est un fork de Tiers-Lieu. Concept. Il est publié dans l'Observatoire, la revue des politiques culturelles

Introduction

Tel que nous le comprenons aujourd’hui, le terme de tiers-lieu désigne une situation qui n’est pas nouvelle, qui est d’une indiscutable simplicité mais qui s’expliquait jusqu’alors avec de grandes difficultés. Or, selon nous, le tiers-lieu désigne explicitement, et par un simple mot, une situation somme toute assez ordinaire : plusieurs personnes indépendantes les unes des autres se rencontrent pour concevoir et administrer ensemble quelque chose – qu’il s’agisse d’une recette de cuisine, d’un service informatique ou d’un texte de loi. Cette perspective demande à être développée mais elle permet, à priori, lorsque l’on observe ce genre de situation, somme toute assez ordinaire, de se dire : là nous avons affaire à un tiers-lieu ! Elle permet également de se projeter dans le temps et de proclamer, si l’on en voit la nécessité : il faut que nous fassions un tiers-lieu ! Elle permet d’étudier le tiers-lieu ainsi que les comportements qu’il détermine ou bien de l’élaborer de toute pièce, artificiellement, comme on conçoit un service ou une institution.

Cet article présentera les principales caractéristiques d’un tiers-lieu. Notre intention est de décrire avec précision les situations que le terme de tiers-lieu explique afin de faire évoluer les discussions, les commentaires et les études sur la question. Nous projetons ensuite la possibilité d’appliquer cette lecture du tiers-lieu sur différents cas concrets.

Tiers-Lieu. Concept

Pour délimiter notre compréhension du terme de tiers-lieu, nous avons construit une définition conceptuelle 2 . Celle-ci attribue au tiers-lieu des caractéristiques très précises : une configuration sociale où la rencontre entre des entités individuées engage intentionnellement à la conception de représentations communes. Cette définition est conceptuelle car elle intègre le tiers-lieu dans une « classe d’objet » – une configuration sociale (C0) – et énonce trois caractéristiques qui distinguent cet objet de la classe à laquelle il appartient : une rencontre entre des entités individuées (C1), un engagement intentionnel (C2), la conception de représentations communes (C3).

La figure 1 illustre cette définition du tiers-lieu

Nous détaillons, dans cette partie, les éléments qui composent la définition donnée plus haut.

C0. Une configuration sociale

Une configuration sociale : ce qu’est le tiers-lieu avant toute chose. Le terme de tiers-lieu désigne une structure relationnelle entre des êtres humains dans un environnement (technique et non technique). Prenons pour exemple le cas où plusieurs personnes sont rassemblées sur une place publique et qu’elles participent à une même situation de création. Dès lors, ce que l’on nomme « configuration sociale » est l’ensemble des tensions, des actions, des interdépendances et des relations réciproques qui se nouent entre les personnes 3 . De cette perspective, le tiers-lieu est compris comme la structure globale que forment les personnes lorsqu’elles sont réunies par cette même activité.

C1. Une rencontre entre des entités individuées

Une rencontre entre des entités individuées : la condition minimale pour qu’il y ait tiers-lieu. Deux entités indépendantes se réunissent et interagissent dans un lieu identifié. Peu importe les raisons de leur rencontre, c’est celle-ci – dans sa temporalité et sa géographie – qui fait d’un endroit quelconque ou d’une place anonyme le lieu. La rencontre qui « fait le lieu » peut advenir autant sur une place publique dans une ville, un bâtiment en friche, une maison particulière, une gare ou un commerce de proximité. Elle peut se produire dans un lieu informationnel tel qu’un jeu vidéo de simulation, un forum ou un réseau social sur Internet. Elle peut (pourquoi pas) survenir dans un lieu symbolique tel qu’une lettre. Cet espace de la rencontre peut également être délimité artificiellement dans un temps donné lors d’un festival, une manifestation collective ou au sein d’une université. Quoi qu’il en soit, ce lieu ne devient tiers-lieu que lorsque que des entités s’y rencontrent.