Limites des business models bâtis sur une logique de volume

De Movilab.org

Ampoule.png Cette page est une ébauche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Support : Le portail dédié à la documentation et aux codes sources

La majorité des modèles économiques sont construits dans des logiques volumiques : pour gagner plus et se développer, une entreprise doit vendre plus d’unités de produits, de services ou de solutions associées. Dans des marchés en croissance, cette configuration ne pose pas de problème économique particulier, même si elle est particulièrement peu efficace sur un plan environnemental. A l’inverse, dès que les marchés saturent, ces modèles commencent à gripper. Plus moyen en effet de trouver les volumes dont l’entreprise a besoin pour prospérer, en tout cas pas dans les mêmes conditions économiques. La pression sur les prix s’intensifie, tout comme celle sur les coûts, avec en conséquence directe une érosion des marges. De manière concomitante, les enjeux sociaux, notamment en termes de pression sur le travail, s’accentuent, créant des impasses de plus en plus criantes à fur et à mesure que la situation se durcit.

Pour s’en sortir, il n’y a pas pléthore de solution : il faut pouvoir se dégager de la logique volumique pour bâtir le rationnel des modèles économiques sur une nouvelle logique. C’est à cette condition qu’il sera possible de développer des modèles d’entreprise renouant avec la réussite économique tout en créant des synergies positives avec les enjeux environnementaux et sociaux. L’économie de la fonctionnalité et de la coopération poursuit cet objectif.