Les outils à disposition du consommateur pour déjouer les pièges d'un marketing vert

De Movilab.org
Révision datée du 2 mars 2015 à 18:37 par Manon (discussion | contributions) (Reportage sur la dénonciation des pratiques du Greenwashing : des outils pour détecter les dérives)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Depuis plusieurs années, le bio et le développement durable sont devenus des tendances voire des stratégies marketing. Certaines entreprises les utilisent sans scrupule pour agrandir leur part de marché ou pour redorer leur image. Le but du reportage est de donner aux consommateurs les clés pour différencier les entreprises qui surfent sur cette vague de celles qui sont vraiment concernées.


Définition

L'écoblanchiment est l'acte de transmettre au public des informations qui sont – dans le fond et dans leur forme – une présentation déformée des faits et de la vérité, dans le but d'apparaître socialement et/ou environnementalement responsable aux yeux d'un public ciblé. C'est un système de communication vaste et complexe destiné à faire passer une « mauvaise » donnée ou information pour une « bonne ».

L'écoblanchiment se caractérise souvent par le changement de nom de la marque ou du produit, pour donner l'impression de « nature », par exemple en apposant l'image d'une forêt sur une bouteille de produits chimiques ou en choisissant comme logo de compagnie pétrolière une fleur verte et jaune. En effet, de plus en plus de publicités utilisent abusivement l'argument écologique pour vanter comme « bons pour l'environnement » des activités et des produits en réalité polluants dont le bilan écologique est négatif. Ces publicités peuvent être abusives voire mensongères, ne pas respecter la législation, ni même les propres recommandations écologiques et de développement durable de l'autorité française ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité), ancien BVP (Bureau de vérification de la publicité), organisme interprofessionnel d’autodiscipline en la matière.


Les dangers

Ces publicités, qui ne font souvent que camoufler le peu d’efforts consentis par beaucoup d’entreprises au regard des enjeux écologiques actuels, montrent par ailleurs leur peu de volonté et d'empressement à adopter un comportement écologiquement responsable. Cela donne des fausses informations aux clients des informations mensongères. D’un point de vue éthique, la communication est douteuse. De surcroît, les clients sont trompés sur les produits qu’ils achètent et c’est mauvais pour la planète. En pensant bien agir et acheter écolo, les clients font tout l’inverse. Cela se justifie pour ces entreprises compte tenus des flux financiers et des parts de marché que drainent ce type de produits. Dès lors, il convient de voir quels sont les outils qui existent et qui permettent au consommateur de faire le tri entre les produits afin de pouvoir détecter quels produits sont écologiques et lesquels ne le sont pas.


Les outils à dispositions des consommateurs

Internet

C'est un outil à porter de main et facile d'utilisation, il suffit de taper sur Google pour se renseigner sur les produits, les labels, les entreprises.

Les labels

D'après l'Agence bio, ce label garantit : l'absence d'OGM, bien que d'infimes traces puissent avoir une présence fortuite, accidentelle ou inévitable. À ce sujet, la même réglementation s'applique aux aliments dits conventionnels et aux aliments biologiques: le seuil de présence fortuite d'OGM est donc fixé à 0,9 % 7 (voir Règlement 1829/2003/CE sur l'étiquetage des OGM).

Il faut que l'aliment soit composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus du mode de production biologique, mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses des équilibres naturels, de l’environnement et du bien-être animal. Le respect de la réglementation en vigueur en France. Il faut que la certification soit placée sous le contrôle d’un organisme agréé par les pouvoirs publics français, répondant à des critères d’indépendance, d’impartialité, de compétence et d’efficacité tels que définis par la norme européenne EN 45011.

Créée en 1991, la marque NF Environnement est l’écolabel français, délivré par AFNOR Certification, organisme certificateur indépendant. C’est une marque volontaire de certification de produits et services. Les entreprises qui souhaitent l’obtenir peuvent en faire la demande. Elle a pour objet d'attester la conformité des produits ou services aux exigences définies dans des cahiers des charges (ou référentiels) et qui portent sur la qualité d’usage et la qualité environnementale des produits. La marque NF Environnement est destinée à certifier, tout au long de leur cycle de vie, que les produits ou services sur lesquels elle est apposée présentent un impact négatif moindre sur l'environnement et une qualité d’usage satisfaisante par rapport à d'autres produits ou services analogues présents sur le marché.

Le Prix Pinocchio

On le trouve sur le site des Amis de la Terre, il s’agit d’un prix destiné à élire le plus gros menteur publicitaire. Le concept de développement durable, comme "mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs", fait désormais partie du langage courant grâce à l'engouement nouveau pour la protection de l'environnement, la défense des droits humains et une plus grande solidarité internationale.

Mais de nombreux acteurs, dont certaines entreprises françaises figurant parmi les plus puissantes au monde, l'ont malheureusement récupéré à des fins purement cosmétiques. Un discours engagé sur le développement durable est ainsi souvent utilisé pour masquer les impacts réels de leurs activités, tout en améliorant leur image auprès des clients et actionnaires. En 2014, plus personne ou presque ne conteste l'urgence environnementale et sociale au niveau planétaire. Mais les entreprises, acteurs économiques de poids, ont fait trop peu de progrès en terme de responsabilité sociale et environnementale. Il est nécessaire de mettre fin au double-discours. Qui ment? Qui n'a de vert que la couverture de son rapport développement durable?

L'UFC Que Choisir

Cette association de défense des consommateurs, fait des dossiers sur certains produits et permet de mettre en avant des doutes sur les campagnes de communication. Ex : la margarine bonne pour la santé


Dossier de production

Reportage sur la dénonciation des pratiques du Greenwashing : des outils pour détecter les dérives

Article journalistique sur la problématique

Fichier:Article wiki les outils à disposition du consommateur.docx

Learning log : quels sont nos apprentissages lors de ce cours ?

Tout d'abord, nous sommes heureux d'avoir vécu une expérience comme celle-ci. Le fait de trouver une problématique sur laquelle nous avons travaillée en commun, échangé et fait des recherches pendant tout un semestre a été très enrichissant.

De plus, aller à la rencontre de professionnels pouvant nous parler d'un sujet précis d'un œil expert était très intéressant mais aussi, interroger des personnes dans la rue nous a permis de comprendre l'impact - souvent peut connu - du Greenwahing.

Enfin, le montage en post production a été très formateur puisque nous avons décidé de le faire en commun sur un logiciel inconnu jusqu'alors. Le but était d'avoir une palette d'idées plus large mais surtout de garder une réelle cohérence tout au long de notre reportage. C'est un projet très formateur qui nous permet de nous projeter dans une la vie professionnelle avec parfois des imprévus auxquels il faut savoir faire face. Pour autant, nous retiendrons la satisfaction d'avoir réaliser un tel projet.




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales