Labos Mixeur 3 : Danse machin !

De Movilab.org
”Un environnement d'expérimentation pour travailler sur les relations entre la danse et les interfaces homme-machine.

Interfaces chorégraphiques : Etat de l'art : danse machin !

Programme du jeudi 2 octobre 2014 (au Mixeur, 5 rue Javelin Pagnon, 42 000 Saint-Etienne)

16h-17h - Présentation du Labo#03 et de l'état de l'art "Interfaces chorégraphiques"

Cette notion, pour le moins fabriquée, englobe des pratiques connexes entre conception des interactions homme-machine et danse. Objet aux contours poreux, elle nous permet néanmoins de définir un ensemble pour lequel nous fabriquons un état de l'art. Nous vous invitons à sa restitution pour faire part de vos intentions, de vos envies d'investigation et/ou de vos connaissances dans le domaine. L'issue de cette rencontre nous permettra de formuler une problématique commune et de définir la thématique et l'environnement de travail du prochain labo.

Les interactions homme-machine (IHM) définissent les moyens et outils mis en œuvre afin qu'un humain puisse contrôler et communiquer avec une machine. Les chercheurs en ce domaine étudient la façon dont les humains interagissent avec des objets dotés d'une forme d'intelligence artificielle (ordinateur, robots, téléphone dits intelligents,...) ou entre eux à l'aide de ces intercesseurs. Les IHM sont originellement abordées d'un point de vue ergonomique dans la mise au point des postes de travail, informatique notamment. La conception de ces interfaces intègre aujourd'hui des dimensions de transferts symboliques et émotionels à l'objet et aux situations dans lesquelles il se trouve impliqué. C'est ce qu'on appelle "l'expérience utilisateur". Le corps en mouvement participe de cette expérience. Il est à la fois la source d'un ressenti physique et le signifiant d'un langage compris par la machine. L'objet de la danse consiste d'un point de vue très global à donner forme au mouvement. Elle lui donne un sens intrinsèque, en dehors de ses finalités (scier du bois, courrir pour être en bonne santé, lancer une balle, serrer une main ou essuyer l'écran de son smartphone... ). Il existe donc un parallèle évident à observer entre ces deux pratiques.

Deux versants de ce dialogues sont à observer :

  • Le traitement du corps en mouvement dans les Interfaces homme machine (IHM)
  • Les IHM au service de la pratique de la danse.

Parmi les pistes que nous explorons :

  • La pratique du danseur professionnel peut-elle nous permettre de questionner les interfaces homme machines dans leur fonctions de travail ? Autrement dit, peut-elle nous aider à reconsidérer la façon dont nous pouvons mettre au point des situations de travail intéressantes là ou la notion de résistance de la matière n'est à priori plus en jeux dans un travail de bureau par exemple?
  • Rapport entre corps/langage/langage de programmation/interface
  • La danse est-elle encore aujourd'hui un moyen de créer du sens commun - du vivre ensemble? Un travail d'interface peut-il être une solution de médiation pour régénérer ce caractère inclusif ?
  • En quoi un travail d'interface peut permettre d'accéder à la danse ? Comment apprendre à danser?
  • Quelle interface concevoir pour faciliter l'entrainement, et l'exploration technique du corps du danseur et de l'espace dansé ?

17h-18h - Définir collectivement la problématique du Labo#03

Animé par Jean-Sébastien Poncet, designer, en charge de la conception et de l'organisation des labos du mixeur. Nous avons dors et déjà identifié un ensemble de pistes aux applications très étendues (Santé et ergonomie, dimensions sociales de la danse, applications éducatives,....) . L'objectif est de recentrer le sujet en fonction des envies et des savoirs des participants déclarés ou pressentis. Cela permet :

  • de concentrer les efforts des participants donc de leur créativité potentielle.
  • d'identifier les compétences à mobiliser autour du labo
  • de concentrer les moyens alloués pour le labo sur un environnement de développement adequat.

Méthodologie d'accompagnement proposée :

  • A l'issue de la restitution de l'état de l'art, énoncé des pistes convergentes et des divergences notables (pistes peu ou pas exploitées qui offrent un fort potentiel d'innovation) s'il y en a.
  • Appel aux participants à amender l'état de l'art par leur connaissance ou leur expérience en écho aux pistes évoquées en cours de l'état de l'art.
  • Evaluation des pistes en terme de ressources disponibles (savoirs, compétences, matériel, expériences, adhésion des participants) pour les explorer et potentiel d'innovation (envie, intuition, densité des propositions existantes)
  • Ecriture collective d'une problématique convergente aux pistes les plus prometteuses.

18h-19h - On boit un verre ensemble

Pour ceux qui ont envie de poursuivre les échanges et de faire plus ample connaissance avec les autres participants, un verre de l'amitié au mixeur.

Save the Date

  • Restitution de l'état de l'art : interfaces chorégraphiques le 2 octobre 2014 de 16h à 18h.
  • 3e Labo du mixeur du 9 au 12 décembre 2014.

DanseMachin! c'est quoi?

C'est un environnement de développement porté sur les interactions danse-systèmes numériques.

Une problématique

Danse Machin ! propose de créer collectivement des interactions homme-machine (IHM) susceptibles d'outiller les différentes pratiques de danse.

  • Technologies : quelles améliorations de dispositifs, quelles nouvelles applications technologiques issues de la confrontation à des usages ?
  • Usages : quels sens, quels usages des technologies numériques dans la danse?

Des pistes de réflexion

Feedback. Les IHM s’inscrivent dans la danse comme un moyen de boucler les intèractions que le danseur a par ailleurs avec son corps, son environnement, le rythme,...

Elles trouvent leur place dans la danse en donnant des retours d’information (feed back) aux danseurs et aux spectateurs.

Quel peuvent être les sens et les usages de ces retours d'information ?

Autonomie. Le cadre technique contraint les pratiques de danses associées aux IHM. Qu’il s’agisse de l’arcade, ou du salon pour le gameplay ou de la scène (voire d’une scène pour laquelle le spectacle a été créé), nous "dansons" dans un espace adapté. Cela rentre en contradiction avec la pratique qui se vit plutôt dans une libération des corps.

Comment permettre une plus grande autonomie des spectacles associant danse et interactions homme-machine ?

Des pistes d'action

  • 1.Relation au tangible // objet autonomes.

Des objets qui proposent des situations au danseur avec lesquelles il peut interagir. Des objets de médiation entre les danseurs.

  • 2.Télétransmission synchronicité-asynchronicité.

Interagir à distance entre public et spectateurs. Mettre au point des possibilités d'échange ou des moyens de ressentir le spectacle de l'intérieur ? Outiller la pratique collective de la danse par un envoi d'informations différentiés.

  • 3.Densité de l'espace, densité musculaire du corps

Corrélation entre la densité musculaire du corps qui danse (contracté, décontracté,...) et la densité d'un espace traversé par des corps dansant (densité du groupe qu'implique une relation de proximité entre les corps).

  • 4.Corrélations / décorrélation / feedback.

On attend d'un dispositif numérique qu'il interagisse avec le danseur suivant des règles de causalité. Une cause produit un effet. C'est peut être un peu pauvre comme relation. Par ailleurs, la dimension de retour, de feedback d'une information que produit le dispositif peut perturber l'action du danseur sur le système. Y a-t-il un jeu intéressant à expérimenter cet ensemble?

  • 5.Sauts d'échelle /changement d'échelle du mouvement.

On connait le saut d'échelle en architecture, c'est la relation qu'il existe par exemple entre un bâtiment et sa maquette. Qu'en est-il dans la mise au point d'un mouvement ? Quelles règles ou dérèglements peuvent être mis au point? Qu'est-ce que cela peut générer en terme d'interactions ?

Contexte

le troisième Labo du Mixeur se consacre aux transversalités entre danse et design des interactions homme-machine. Avec une entrée affirmée sur les pratiques contemporaines de danse collective.

Conditions

L’admission est gratuite sur candidature dans la limite des places disponibles (30 places max).

Cadre juridique

La documentation du labo est libre d’utilisation et est édité en creative commons (3.0 CC BY SA). Les propriétés du travail des équipes sont par contre à déterminer par leurs membres. Afin de valoriser le contenu des labos et de protéger les créations et leurs ayant droits, une forme de rendu type est proposé aux participants. Ce format vidéo permet d'acter - sur un plan juridique- des noms des co-auteurs et d'une antériorité.

DanseMachin! avec qui? pour qui?

Les postures

PORTEUR :

Une idée, un projet nécessitant l’environnement de développement du mixeur pour ce labo.

  • Vous (en 140 caractère) :
  • Vos compétences :
  • Les idées que vous aimeriez développer pendant le labo Danse machin ! :

SUPPORTER :

Apporter votre regard et vos compétence au développement d’un projet que vous choisirez au moment du pitch de départ.

  • Vous (en 140 caractère):
  • Vos compétences :
  • Le type de projet que vous aimeriez développer pendant le labo Danse machin ! :

FACILITATEUR :

Intervenir à l’interface entre animation du labo et participants. Vous apporterez vos compétences techniques et relationnelles en soutien aux équipes de recherche dans des situations de bloquage notamment. Vous ferez le lien avec l’équipe d’animation pour accroitre la fluidité du fonctionnement du labo.

  • Vous (en 140 caractère):
  • Vos compétences :
  • Le type de projet que vous aimeriez accompagner pendant le labo Danse machin ! :

Les compétences nécessaires

COMMUNIQUEUR : Faites le connaître !………………………………………..

  • journalistes
  • bloggeur
  • publicitaires
  • community managers

CRÉATEURS : Donnez lui du sens !.................................................................

  • arts plastiques &installation
  • musique et création sonnore
  • comédie
  • réalisation audiovisuelle
  • mise en scène
  • danse
  • chorégraphie

CONCEPTEURS : Rendez-le utile et utilisable !............................................................

  • Architecture
  • Scénographie
  • Ingénierie et technique de la conception de produit.
  • Design (produit, service et interactions)
  • Ingénierie culturelle...

CODEUR : Faites-le marcher !...........................................................................

  • prototypage (processing,...)
  • développement informatique (C, python,...)
  • développement web et mobile
  • robotique (Arduino,...)

FABRICATEURS : Fabriquez-le !................................................................

  • dessin CAO 2D, 3D
  • montage et construction.
  • bricolage
  • upcycling
  • électronique.


Qui participe?

  • Cédric Almanzy, Étudiant TSE
  • Yoann Aussage, ESADSE-RandomLAB
  • Mahault Andria, Ingénieur
  • Damien Baïs ESADSE-RandomLAB
  • Mireille Barlet, Les ballets Contemporains
  • Jack Barlett, Prestidigitateur
  • Gael Barnabé, Designer
  • Rocio Berenguer, Danseuse, Metteur en scène, compagnie Pulso.
  • Laetitia Billot, Étudiante ESADSE
  • Jean-François Boulet, Étudiant TSE
  • François Brument ESADSE-RandomLAB
  • Aurélien Cénet, infographiste-plasticien-musicien, compagnie la Baroufada.
  • Charley Coutat, Musicien, RIM
  • Véronique Dumas UJM, master Art numérique
  • Franck Desmurs, Musicien, Compagnie La Barroufada
  • Lina Djellalil, Étudiante ESADSE
  • Robin Fillet, Étudiant TSE
  • Ivan Gonzales, Designer
  • Clémence Génatio, Étudiante ESADSE
  • Shaun Graham, Étudiant ESADSE
  • Florian Haudebourg, Étudiant TSE
  • Jabrane Khalil, Étudiant TSE
  • David Olivier Lartigaud, ESADSE-RandomLAB
  • Gregory Lassere, Ingénieur, Scénocosme
  • Julie Machin, Étudiante Master Arts numériques
  • Alice Masson, Les ballets Contemporains
  • Anais met den Ancxt, Plasticienne, Scénocosme
  • Pierrick Monnereau, Musicien. RIM
  • Ugo Mureddu, Étudiant TSE
  • Ashdod-Boisrond Naissant, Etudiant TSE
  • Charles Ngombengombe, Danseur
  • Lucas Ninard, Étudiant ESADSE
  • Chloë Pelletier, Étudiante ESADSE
  • Jacques-Daniel Pillon, ESADSE-RandomLAB
  • Eric Verney, Enseignant-chercheur, TELECOM Saint-Etienne
  • Xiaojuan Zhao, Étudiante TSE

Inventaire des outils disponible pour les expérimentations

Inventaire du techshop de danse Machin !

Lieu d'expérimentation

  • le coworking space du Mixeur.
  • le fablab OpenFactory
  • le bâtiment 249 de la manufacture d'arme de Saint-Etienne aussi connu sous le nom de bâtiment des forces motrices.

Programme

Jour 1- Mardi 9 décembre 2014

  • Expérience collective de danse : comprendre ce que c'est que danser, notamment danser ensemble quand on est danseur professionel, amateur, d'occasion de jeu, ou pas du tout danseur.
  • Retour sur expérience : qu'est-ce que ça fait ? Qu'est ce qu'on imagine à partir de ça ? a quel moment ça marche, à quel moment ça ne marche pas ? quels usage cela peut-il évoquer ?
  • Travail individuel de recherche d'idée.
  • Présentation individuelle (1min par participant)
  • REPAS (formation des groupes par le groupe d'animation).
  • Constitution des groupes à partir d'un recoupement des thématiques évoquées par les participants.

Initialement envisagé pour garantir une répartition adequat des compétences et des aspirations, ce mode opératoire a donné un caractère un peu artificiel à la formation des groupes. Il serait intéressant d'enviseager une transition plus fluide. Une hypothèse serait de travailler en groupe complet sur les points de convergence, de manière à orienter les groupes sur ces points. L'autre hypothèse serait d'annoncer la possibilité de négocier un fork en cas de divergence ou de sous emploi de compétence dans un groupe.

  • Formalisation projets sur une fiche projet :

Titre du projet, un petit dessin, descriptif du projet, en quoi c'est nouveau, en quoi c'est intéressant.

  • Présentation des projets par équipe.

Jour 2 -Mercredi 10 décembre 2014

  • Faites-le : Demander au groupe de faire en sorte de montrer leur proposition à la fin de la journée. Quel que soit le moyen employé, il faut que l’on puisse juger la proposition au plus prêt de l’intention du projet.
  • Une restitution suivant les questions : Qu'est-ce qu'on voulait faire ? Qu'est-ce qu'on a fait ? Qu'est-ce qu'on va faire demain ?

jour 3 -Jeudi 11 décembre 2014

  • Lancement phase 2 : Faites-le marcher!
    • 1.Repositionner le projet. Qu’est-ce qui est le plus important ? Pour quoi c’est fait ? En le positionnant sur son contexte :
      qui ? quoi ? où ? quand ? comment ? pourquoi ?
    • 2.Choisir la partie à faire marcher en premier/prioriser les efforts de développement. Faire en sorte d’avoir un bout qui marche d’ici la fin de la journée.
  • préparation du plan de scénographie pour la présentation de vendredi soir, préconisation par groupe des documents de présentation.
  • Développement du projet par groupe


L'avancement et la cohérence du travail des groupes a permis de "sauter" la présentation initialement prévue à l'issue de cette journée.

jour 4-Vendredi 12 décembre 2014

  • Lancement phase 3 : Tu montres ?

mettre au point le dispositif de monstration du projet. comment le mettre en scène de quoi parler en priorité.

Les Projets

Danse Machin ! Images et vidéos

Page de photo flickr

Ressources / Liens externes



Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales