Etapes vers une conception politique du tiers-lieu/En cours

De Movilab.org
Aller à : navigation, rechercher

Travail collectif et collaboratif d'exploration sur les thématiques issues de "Etapes vers une conception politique du tiers-lieu"

Acté lors de la Biennale design 2017

" [...] une proposition de définition conceptuelle du tiers-lieu est formulée. Celle-ci envisage le tiers-lieu comme une configuration sociale particulière où se produit une rencontre entre des entités individuées qui s’engagent intentionnellement à la conception d’une représentation commune, c’est-à-dire à responsabilité partagée. Des invariants sont enfin posés comme l’esquisse d’une logique opératoire supposée déterminer la présence de la configuration en tiers-lieu. Cette procéduralisation présente une manière d’intervenir sur les règles par la conception de services. C’est ce dépassement de la discursivité qui distingue le tiers-lieu de l’espace public politique. " Etude de la configuration en Tiers-Lieu - La repolitisation par le service par DR Antoine Burret.


Approfondir les "circonstances"

"Arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront, à l’instant, serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront [...]"

    • Par une recherche de précédant historiques en France, en Europe et dans le monde
    • Par un tentative de compréhension des facteurs communs à ces "circonstances" de rassemblement
    • Par une proposition de catégorisation des ces "circonstances"

Qu'est ce que peut être une circonstance?

Étymologiquement : Du latin circumstantia de même sens de circum stare (« se tenir debout aux alentours »).

Définition du mot selon le Larousse : circonstance. Fait particulier qui accompagne un événement ; élément secondaire d'une situation (surtout pluriel) : Circonstances atténuantes. Occasion particulière, moment : La mairie transformée pour la circonstance en salle des fêtes

Circonstances historiques passées

En France

  • Le serment du Jeu de paume est un engagement d’union pris le 20 juin 1789 à la salle du Jeu de paume, à Versailles, par les 578 députés du tiers état, du clergé et de la noblesse lors des États généraux de 1789
  • Occupation de la Sorbonne Mai 68
  • Lutte du Larzac, En 1973, cinq ans après mai 1968, entre 60 000 et 100 000 personnes de différents courants convergèrent vers le Larzac pour soutenir les paysans et former un mouvement hétéroclite qui livrera une « guerre d'usure » aux pouvoirs publics
  • Droit au Logement Opposable (DALO) : À la suite de la plate-forme pour le droit au logement opposable élaborée en octobre 2003 sous l'égide d'ATD Quart Monde, une manifestation pour le droit au logement opposable a été organisée le 5 juin 2004 dans plusieurs villes de France. Une plate-forme nationale pour un DALO a été constituée autour d'ATD Quart Monde par 51 associations.

Le DALO est redevenu d'actualité notamment après les incendies mortels de l'été 2005 dans des immeubles abritant des mal-logés, comme boulevard Vincent-Auriol (26 août 2005). Une proposition de loi déposée le 28 septembre 2005 par Christine Boutin était restée sans suite16. En mai 2006, le gouvernement a annoncé le principe de l'expérimentation volontaire de ce droit par les collectivités locales, après proposition du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale ; expérimentation restée sans suite concrète à la fin 2006. Le gouvernement avait, en revanche, rejeté le DALO proposé par les parlementaires socialistes le 11 avril 2006, au cours des débats sur la loi Engagement national pour le logement; le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, ayant alors jugé cette initiative « prématurée et irréaliste »

Hors France

  • Occupy Wall Street
  • Printemps Arabe
  • Congrès National Africain Le Congrès national africain (ou ANC pour African National Congress en anglais) est un parti politique d’Afrique du Sud membre de l'Internationale socialiste. Fondé en 1912 à Bloemfontein, pour défendre les intérêts de la majorité noire contre la minorité blanche, il fut déclaré hors-la-loi par le Parti national pendant l’apartheid en 1960. Il est à nouveau légalisé le 2 février 1990 alors que l’apartheid est aboli en juin 1991. Il aura également été classé comme organisation terroriste par les États-Unis de 1986 à 2008

Virtuellles

  • Key signing party, En cryptographie, une key signing party est un événement au cours duquel des internautes s'échangent des informations relatives à leur clé publique compatible OpenPGP. En définitive, une key signing party permet à chacun d'accroître et de renforcer sa toile de confiance (web of trust, en anglais), et donc d'être sûr, qu'une clé récupérée depuis un serveur de clés appartient bien à la personne qui le prétend. Cette certitude est souhaitable, voire indispensable, dans de nombreux environnements ; le système de messagerie électronique conventionnel, par exemple, ne contient aucun moyen de se prémunir contre une usurpation d'identité ou d'adresse électronique.

Circonstances "heureuses"

Si listes, non exhaustive, ci-avant révèle une approche sur des circonstances de réunion au regard de situations sociales historiques en tension avec les besoins des groupes d'individus, l'approche du tiers-lie "comme une configuration sociale particulière où se produit une rencontre entre des entités individuées qui s’engagent intentionnellement à la conception d’une représentation commune, c’est-à-dire à responsabilité partagé" peut aussi se présenter au prisme de circonstances "heureuses" dans la conception d'un représentation commune.

En France

En Europe

Hors Europe

Circonstances Particulières / micro

La déconstruction

  • Proposer un comparatif des différents existants sur la déconstruction
  • Choisir les pistes qui semblent les plus cohérentes pour un cahier de route de déconstruction adapté aux tiers-lieux
  • Établir un cahier de routes et de notes exploratoires sur le déconstruction appliquées aux tiers lieux

Introduction à la déconstruction

La thèse de Deleuze en philosophie était centrée sur le concept de « différence » et « répétition », c'est-à-dire au rapport du même à la ressemblance, de la copie au double, et de l'effet de la répétition à l'infini par rapport à un original. Il y prend comme référence Gottfried Wilhelm Leibniz à la fois métaphysicien et mathématicien. Deleuze s'intéresse ensuite aux rapports entre sens, non-sens et événement, à partir de l'œuvre de Lewis Carroll, du philosophe Whitehead et du stoïcisme grec. Avec Félix Guattari, il développe un cycle intitulé « Capitalisme et schizophrénie » qui comprend L'Anti-Œdipe (1972) et Mille Plateaux (1980). Ils écrivent ensemble deux autres ouvrages : Kafka. Pour une littérature mineure (1975) et Qu'est-ce que la philosophie ? (1991). Ils créent les concepts de rhizome ou de déterritorialisation, menant une critique conjointe de la psychanalyse et du capitalisme.

Le déconstructivisme est un mouvement artistique, particulier à l'architecture, qui a trouvé son nom dans celui du mouvement littéraire de la déconstruction dont l'universitaire Jacques Derrida fut le théoricien et la figure de proue. Il semble a priori absurde, voire contradictoire, de vouloir déconstruire ce qui appartient au domaine de la construction. Les bâtiments sont considérés comme l’accomplissement et l’aboutissement de toute une démarche de travail. Mais l’architecture déconstructiviste qui s’affirme dans les années 1990 a de bonnes raisons d’être, en apparence, déraisonnable. Murs penchés, sols inclinés, poteaux de biais, fenêtres inclinées, ces édifices qui semblent avoir subi les secousses telluriques sont bien le résultat d’un travail pensé de la part des architectes.

Le déconstructivisme est donc un qualificatif mis en place par les critiques d’art selon certains critères bien spécifiques. Mais avant cela il faut rappeler que la déconstruction est une méthode d’analyse des textes littéraires et philosophiques mise en place par le philosophe Jacques Derrida. Néanmoins, si ce terme n’appartient pas uniquement à J.Derrida, il guide notre compréhension dans « 52 aphorismes pour un avant-propos ».

L’architecture a souvent été une métaphore de la philosophie, mais la déconstruction ne serait pas une architecture ni même une métaphore architecturale. Elle ne se présente pas comme un système clos, mais plutôt comme un questionnement. Elle ne conclut pas, mais ouvre des portes de réflexion. Elle ne parachève pas des notions, mais les analyse. C’est un commentaire interminable sur les textes, les langues et les notions de philosophie.

La déconstruction est un « texte suspendu ». Elle ne cherche pas les fondations des parties visibles de l’édifice. Elle s’attaque aux causes qui mènent de l’origine à la fin de façon linéaire, et ceci, car elle considère que les deux cohabitent en permanence. Son travail consiste en une lecture de la fin vers l’origine et vice-versa. Ce mouvement de va-et-vient de la lecture devient une philosophie à l’œuvre, un travail d’écriture qui poursuit la lecture.

La thèse de Deleuze en philosophie était centrée sur le concept de « différence » et « répétition », c'est-à-dire au rapport du même à la ressemblance, de la copie au double, et de l'effet de la répétition à l'infini par rapport à un original. Il y prend comme référence Gottfried Wilhelm Leibniz à la fois métaphysicien et mathématicien. Deleuze s'intéresse ensuite aux rapports entre sens, non-sens et événement, à partir de l'œuvre de Lewis Carroll, du philosophe Whitehead et du stoïcisme grec. Avec Félix Guattari, il développe un cycle intitulé « Capitalisme et schizophrénie » qui comprend L'Anti-Œdipe (1972) et Mille Plateaux (1980). Ils écrivent ensemble deux autres ouvrages : Kafka. Pour une littérature mineure (1975) et Qu'est-ce que la philosophie ? (1991). Ils créent les concepts de rhizome ou de déterritorialisation, menant une critique conjointe de la psychanalyse et du capitalisme.

Explorer et réutiliser la déconstruction

  • Détourner ou s'appuyer sur le travail de Deleuze et Guattari ?