"Comment l'industrie hôtelière de la Côte d'Azur réagit-elle face aux nouveaux modèles collaboratifs ? "

De Movilab.org

Problématique du sujet

La problématique que nous avons décidé de développer dans le cadre du cours de Performance Durable est la suivante: "Comment l'industrie hôtelière de la Côte d'Azur réagit-elle face aux nouveaux modèles collaboratifs ?"

Notre dossier de production

Notre reportage

Aussi, nous tenions à remercier les professionnels que nous avons eu l'opportunité d'interviewer:
- M. Poppe, directeur du Mariott Hôtel du Cap d'Ail
- M. Deinioer, directeur de l'hôtel Teranga de Juan-Les-Pins
- Martine Doornekamp, Executive Secretary in charge of Corporate Social Responsibility


Notre article journalistique sur la problématique

"Comment l'industrie hôtelière de la Côte d'Azur réagit-elle face aux nouveaux modèles collaboratifs ? "

Le tourisme, ici, sur la Côte d’Azur représente une part importante de l’économie locale. En effet, les quelques 11 millions de touristes séjournant dans la région ont généré plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013. Il est important lorsqu’on en vient à parler du domaine de l’Hospitality Management de préciser le nombre moyen de nuitées par touriste. Ainsi, avec en moyenne 6,3 nuits par touriste -soit un total de 70 millions de nuitées- la Côte d’Azur est depuis de nombreuses années l’une des régions les plus dynamiques et les plus affectées par le tourisme. Par conséquent, la région est dotée d’une forte capacité d’accueil dans les hébergements marchands avec 150 000 lits et la période estivale -plus particulièrement le mois d’Aout- font office de pic dans l’année. Les touristes venant sur la Côte d’Azur viennent d’horizons différents. Ainsi, le quart des touristes Français viennent de Paris et de ses alentours, et les touristes internationaux sont en grande majorité Italiens, Anglais voire Américains. De plus, il est important de noter que la moitié des touristes ont entre 18 et 29 ans et pour la plupart d’entre eux résident dans des établissements « à standing limité ».


Avec l’essor que connaît le tourisme depuis de nombreuses années, certaines entreprises ont tenté avec plus ou moins de succès de s’intégrer d’une façon bien différente au marché hôtelier. En effet, ces entreprises ont repéré l’opportunité à saisir, et ont développé leurs activités autour d’un système collaboratif, qui est ancrée à une nouvelle économie de partage. Ainsi, AirBnB et Couchsurfing font office de porte drapeau de ce nouveau système qui prend de plus en plus d’ampleur. Ces deux entreprises, malgré leurs quelques différences, ont pour but d’assurer un service d’hébergement temporaire de personne à personne. Couchsurfing et Airbnb permettent, de façon gratuite pour le premier ou rémunérée pour le second, d'offrir une chambre à un visiteur. A vrai dire, ces sociétés généralement financées par des fonds d’investissements, doivent être considérées comme concurrents réels par les autres entreprises du secteur. De plus leurs développements respectifs sont assez exceptionnels pour être cités en exemple. En effet, AirBnb n’a eu besoin que de 6 années d’existence pour dépasser la barre des 11 millions de clients, dont plus d’un million en France. Autre chiffre pour illustrer son incroyable croissance : AirBnb fera probablement son entrée en bourse et est d’ores et déjà valorisé à plus de 13 milliards de dollars, soit 5 milliards de plus qu’Accor et Hyatt. De son côté, même si Couchsurfing reste plus opaque quant à ses résultats financiers, la jeune société peut se targuer d’avoir une communauté grandissante et qui devrait sans surprise dépasser la barre des 10 millions de membres.

Ces sociétés utilisant un modèle collaboratif auront fort à faire dans le futur et leur période de « grâce » pourrait être mise à mal, dû aux concurrents du secteur qui s’estiment lésés face à « une concurrence déloyale ». Pour preuve, les derniers évènements en date qui se sont déroulés aux Etats Unis, à New-York plus précisément, où le procureur de la ville a déclaré que plus de 25.000 logements violaient la loi, et AirBnb à dû faire face à une levée de boucliers du secteur de l’hôtellerie.

Il serait faux de limiter cet affrontement entre modèles collaboratifs et hôtellerie, car les autres établissements d’hébergements commerciaux (Gîtes, Campings, Résidences de tourisme) pâtissent de l’essor des sociétés à modèles collaboratifs. Par conséquent, ces établissements, qui représentent sur la Côte d’Azur 50% de la capacité d’accueil totale, risqueront à terme d’être affaiblis par le développement du modèle collaboratif. En revanche, il est important de préciser que la Côte d’Azur de par son prestige (1 hôtel sur deux est classé 4 ou 5 étoiles), est une région à part, et qu’une partie importante des touristes n’est pas la cible principale de ces sociétés basées sur un modèle collaboratif.


Sources : http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2014/07/25/tout-ce-qui-est-a-moi-est-a-louer_4462077_1616923.html
http://www.cotedazur-touriscope.com/v2/chiffres-cles/
http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203866266425-le-buzz-des-etats-unis-lourde-charge-contre-airbnb-a-new-york-1054734.php
http://geek.niooz.fr/la-valorisation-d-airbnb-bientot-superieure-a-celle-du-groupe-hyatt-826250.shtml

Learning : Quels sont nos apprentissages lors de ce cours

Ce cours nous a permis de developper diverses compétences. Tout d'abord, ce projet nous a donné l'opportunité à chacun de découvrir le monde de l'hôtellerie au travers d'un sujet précis et de la rencontre avec des professionnels du secteur. De plus, ce travail en équipe nous a permis de travailler sur plusieurs facettes de ce projet. En effet, nous avons découvert une nouvelle façon de travailler, de mener à bien un projet, et d'organiser notre travail en prenant en compte les deadlines. Enfin, chacun dans notre rôle, nous avons developpé nos compétences informatiques, journalistiques, de gestions de projets et de montages vidéo.