Supercagette

De Movilab.org
Aller à : navigation, rechercher

Supercagette

Le concept Supercagette "Je veux régler mes courses à un prix normal par paiement sécurisé en ligne et je veux récupérer ma commande au « local drive » le plus proche de chez moi ?"

Voici comment ma femme m'a présenté les choses… et vu qu'il n'existait rien et surtout pour ne pas lui faire de la peine, avec les potes on l'a fait !

Le projet Supercagette s'est construit au fil des mois en observant les concepts de circuits courts existants. Tout au long de cette étude nous avons affiné nos objectifs :

  • Offrir un service simple, libre et sans engagement pour le consommateur,
  • Promouvoir des produits locaux de qualité au prix juste pour tous,
  • Décloisonner la relation consommateurs/producteurs par l'échange et la rencontre.

L'association Intervals est ainsi née afin de donner un cadre juridique à notre projet.

Elle propose de créer une place de marché : « Supercagettte.com » et des points de retraits : «drive locaux » dans la région Rhône Alpes.

Le principe est simple : je consulte les offres de 12 producteurs fermiers et artisans alimentaires de la Loire en ligne.

Je fais mon choix en toute liberté parmi de nombreux produits en vente et passe ma commande en ligne par paiement sécurisé.

Le jeudi soir, j'ai le plaisir de retirer mes courses dans le drive local Supercagette situé 2 rue Capitaine Dreyfus, 42000 Saint Étienne.

Elle est pas belle la vie ?

La plate forme web est conçue comme une place de marché et les visiteurs peuvent :

  • Découvrir les profils des producteurs/artisans locaux Consulter les offres de fruits, légumes, viandes, volailles, fromages, miels, vins, bières, confiseries, plats préparés, pains etc..
  • Faire leurs courses en ligne et choisir un lieu de livraison.
  • Poster des commentaires aux producteurs/artisans, leurs soumettre des demandes particulières, recommander leurs produits etc...
  • Échanger des recettes entre membres, partager des bons plans, organiser des rencontres et visites d'exploitations etc... *Pas d'engagement dans la durée (liberté de commande) pas non plus de minimum de commande et liberté dans le choix des produits et des quantités.

Vous pouvez consulter les offres sans obligation d'inscription préalable. http://www.supercagette.com/epages/64609890.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/64609890/Categories/%22Drives%20Locaux%22/%222%20rue%20Alfred%20Dreyfus%22

en savoir plus sur le principe de "code source"

Présentation du projet

'Supercagette - La boutique en ligne de produits locaux en direct de la Loire - Locavorisme'.

Résumé

Le projet Supercagette est porté par L'Association Intervals. Le principe est simple: permettre aux producteurs et artisans locaux d'avoir un autre circuit de distribution en circuit court (moins de 80km de transport).

Actuellement, le site est alimenté par les productions de plus de 25 producteurs, soit plus de 370 références disponibles à la vente chaque semaine.

Fonctionnement du site: les consomm'acteurs font leurs courses du vendredi midi au mardi soir sur le site. Ils choisissent un point de retrait(1) pour leurs achats et viennent récupérer leur "cagette" le jeudi soir.

(1)Les points de retraits, autrement appelés "Drive locaux" sont au nombre de 9 à l'heure actuelle. Ils sont composés de commerçants, artisans ou particuliers qui mettent à disposition du temps et une présence à la distribution des supercagettes commandées sur le site. Ces acteurs de distribution acquièrent ainsi une visibilité autre et peuvent bénéficier de l'afflux des clients de Supercagette pour faire connaître leur établissement.

Pourquoi se lancer dans ce projet ?

Partant du postulat que chaque pierre à l'édifice compte, Pascal Paire à voulu offrir aux producteurs locaux un autre lieu, une autre façon de vendre leurs produits. Il s'agissait de construire un modèle économique correspondant à la réalité ligérienne. Le concept de "consommation collaborative" porté par des startup parisiennes ne nous correspondait pas. Nous reconnaissons néanmoins le rôle majeur de ces pionniers de la "communauté ouishare" qui ont popularisé le concept de consommation collaborative. A l'opposé, le réseau des AMAP semblait en perte de vitesse à cause de sa rigidité. Nous cherchions à construire un circuit court dans le paysage stéphanois et ligérien qui prenne en compte plusieurs paramètres afin de répondre à la fois aux notions de rentabilité, transparence, horizontalité, participation et souplesse.

La notion de temps !

Prôner le slowfood en créant des slowdrives c'est prendre le contre pied de la consommation de masse en créant les outils d'une distribution s'appuyant principalement sur une manufacture locale de production. Il s'agit de repenser l'entreprise sociale dans son environnement local ou les rencontres humaines favorisent l’interaction d'idées novatrices en faveur d'un développement équitable et durable. Un développement de type "startup" ne correspond pas à notre sens du lien. Supercagette s'inscrit volontairement sur un territoire à dimension humaine, celui d'un département.

Les idées, les initiatives émergent à leur rythme. L'adhésion des consommateurs au modèle de consommation proposé est lent mais durable. Nous prônons la rencontre et le sens commun pour faire jaillir des partenariats qui tiendront dans la durée. Supercagette va à la rencontre des ligériens en quête d'authenticité. Loin des rayons habituels des supermarchés, les clients peuvent faire leurs courses en toute transparence, de façon sécurisée et en ayant la garantie de produits de qualité variant selon la saison. Ils adhèrent à une conception de consommation basée sur l'implication engagée. La plateforme de mise en relation n'est qu'un outil qui permet la rencontre chaque semaine entre des professionnels alimentaires passionnés et des gens désireux de donner du sens à leur consommation.

D'un point de vue comptable, plus les gens consomment du "court", plus cela va permettre de conserver des exploitations artisanales et agricoles, voir de créer des emplois locaux.

Premier bilan après 18 mois d'activité et près de 80 distributions

Plus de 1000 familles ligériennes sont inscrites sur le site de commande en ligne stéphanois. Chaque jeudi, L'équipe de bénévoles de l'association s'active pour accueillir les producteurs, réceptionner les produits locaux, assurer la préparation des supercagettes et leur distribution dans les 9 drives locaux (particuliers et commerçants de Saint Etienne et sud Loire). Ainsi, l'activité associative a permis de créer un premier emploi depuis mars dernier. Partenaire des différents évènements locaux (Couleur Nature, Le salon Tatou Juste, Fablabouffe2015...), l'association Intervals éditrice du service supercagette est partenaire de nombreux acteurs de la consommation collaborative (La maison de Quartier de Côte Chaude, Zoomacom, Openscoop, IMC LOIRE, Les cantines de la Ville de Saint Genest Lerpt, le Lycée agricole de Précieux, Les jardins de Cocagne, les Colibris, Compostons collectif, Culture et coopération, SOS Préma...) 25 producteurs et artisans locaux adhèrent à l'association et alimentent une centaine de familles chaque semaine. Désormais bien connu des stéphanois, www.Supercagette.com souhaite développer son activité en associant les fidèles utilisateurs de supercagette mais plus largement les personnes qui soutiennent les circuits courts dans la Loire.

A savoir avant de se lancer

(difficulté -1 à 5 étoiles, temps et moyens nécessaires, coûts)

Comment faire ?

La recette pour les pressés

(éventuellement)

A faire avant

(conditions à réunir, compétences, cadre juridique, modèles économiques du projet et des porteurs du projet s’ils sont bénévoles, les choix à faire avant)

A faire pendant

(étapes, comment les acteur se coordonnent…)

A faire après

(avec quoi repart-on ? comment partager et diffuser ? évaluation)

Mieux comprendre le projet

Projet de développement d'une plate forme physique de restauration collective - projection

== === I Présentation de l'association Intervals

L’association Intervals a été crée en novembre 2013. Elle a pour but de promouvoir la relocalisation alimentaire issue de l’agriculture paysanne et de l’artisanat sur le territoire de la Loire et des départements limitrophes.

Ses actions s’inscrivent dans plusieurs axes de développement :

   favoriser la consommation de produits locaux de qualité et valoriser une alimentation saine, qui respecte l’environnement.
   soutenir la commercialisation en circuit court en développant une économie de proximité permettant une « relocalisation » de la
   production et de la consommation alimentaire.
   favoriser l’activité de nouveaux agriculteurs qui s’engagent dans la voie du développement durable.


Elle se donne pour objectifs : la création d’un réseau de distribution collective et familiale en vente directe de produits issus de l’agriculture paysanne et locale et de l’artisanat alimentaire local.

Pour cela l’association est en lien avec tous les acteurs impliqués dans les questions d’alimentation sur le territoire de la Loire  : Saint Etienne Métropole, Chambre d’Agriculture, Conseil général de la Loire, DDPP, La CCI Loire, les élus du territoire, les organisations de l’économie sociale et solidaire. Le Comité des Produits Fermiers de la Loire… Terre de lien, l’ARDAB etc…

2.1.2.1 - Historique de l'association

Le projet est né en octobre 2012 à partir d'un collectif de 7 personnes qui, au fil des mois d'études et d'expérimentations concrètes, a fédéré 11 producteurs de produits agricoles locaux de la Loire et 3 artisans alimentaires.

Le collectif s'est constitué en association le 13/11/2013 : Association INTERVALS, présidée collégialement à l'origine par 7 personnes  : Laetitia Paire, Sylvie Michon, Mickaël Roche, Jean Philippe Veyret, Benoît Béal, Rémi Dalud, Pascal Paire

Suite au retrait du bureau de l'association de Benoît Béal et Rémi Dalud suite leurs obligations professionnelles. Deux nouveaux membres ont été récemment élus lors de l'assemblée générale ordinaire du 13 novembre 2014 : Vanessa Sorze et Emilie Vincenot.

Les 7 membres constituent une collégialité de présidence.

Sylvie Michon et Laetitia Paire sont cogérantes registre SIREN - catégorie juridique : 9220 association déclarée

2.1.3 - Présentation du projet

Deux axes forts de développement d’une production agricole et artisanale en circuit court. La relocalisation de la consommation s’appuie sur deux leviers de développement qui favorisent un lien étroit entre les acteurs de l’alimentation et la population :


2.1.3.1) Le réseau «Drives locaux Supercagette»


Il s’agit de la distribution de paniers aux familles dans des lieux identifiés. Le développement de «drives locaux Supercagette» (relais paniers) s’inscrit dans tous lieux (domicile de particuliers, restaurants, petits commerces, exploitations agricoles, associations, entreprises…) favorisant la proximité entre producteurs et consommateurs.

Au lancement du site internet en avril 2014, nous estimions possible la création de 7 drives locaux d'ici fin 2014 avec un CA calculé sur une moyenne de 15 paniers semaine/drive à 30€HT. L'objectif 2014 de créations de drives locaux est atteint avant même la fin de l'année puisque nous venons d'inaugurer nos 3 nouveaux drives locaux en novembre (Drive Rive de Gier, Le Chambon Feugerolle, La Talaudière). Concernant le CA, l'objectif est quasiment atteint pour les 4 premiers drives stéphanois puisque la moyenne est de 14,25 paniers/drive pour un montant de 29,90€ HT/panier. 6 bénévoles se relaient le jeudi pour la préparation de commandes sous la responsabilité de Sylvie Michon. Ainsi 4 personnes participent chaque semaine à la répartition de plus de 600 produits. 5 bénévoles assurent la distribution sur 3 drives locaux (Le Richelieu, LE Mixeur, Dreyfus, Le Chambon Feugerolle.

Les distributions (drives de « la boucherie Bio » à Monthieu et de La librairie « bleue comme une orange » à la Talaudière) sont assurés par les commerçants directement. Les distributions du drive local « jardins de Valériane » seront assurées par les producteurs à tour de rôle associé à une personne en emploi d'insertion de l'établissement.

A chaque configuration de drive local, nous essayons de trouver une réponse logistique et administrative adaptée aux contraintes et potentiels de chaque entité créée, ce qui facilite son implantation et son animation.

Pour cela nous nous appuyons sur les réseaux avec lesquels nous sommes partenaires : par exemple - Openscop qui développe des tiers lieux comme « le Mixeur » dont la gestion est assurée par Saint Etienne Métropole, « le pied des marches », « la cartonnerie.. » Intervals participe aux actions du réseau associatif pour des manifestations ayant pour thématique l'économie sociale et solidaire.

Certains de nos clients se proposent pour aider, ainsi 4 bénévoles issus de notre clientèle participent désormais à la logistique ; volontaires dont le statut sera valorisé en 2015 par une réduction de 12 % du montant de leurs commandes de panier hebdomadaire en échange de quelques heures mensuelles consacrées sur des tâches de préparation de commande ou/et en distribution.

Compte tenu du développement, nous allons constituer une équipe de 12 bénévoles pour répondre aux besoins sur Saint Étienne et sa périphérie.

L'association accueillera également des stagiaires issus de l'insertion grâce à un partenariat avec des structures Entreprises d'insertion , Association chantier d'insertion, Entreprise d'Insertion où dans le cadre d' EMT en lien avec Pôle Emploi. Il s'agira également d'accueillir des stagiaires de la formation professionnelle en lien avec l'IRUP sur de courtes durées : 4 à 5 semaines.


Deux futurs drives sont déjà en « construction » dans la plaine du Forez : Andrézieux-Bouthéon et Saint Just Saint Rambert. Il pourraient voir le jour entre décembre 2014 et Janvier 2015.

Le développement des 7 drives locaux s'inscrit dans un maillage de 18 points de distribution en fin d'exercice 2015, 24 drives fin 2016 et 30 drives fin 2017. Leur implantation géographique est programmée. elle est conditionnée par les moyens à affecter en terme d'animation commerciale et partenariale et en gestion de l'activité. Voir la programmation des drives locaux : https://www.google.com/maps/d/edit?mid=zcDSu_iTDj_Y.kazzFk90QUfg


En 2015, progressivement, les 4 drives historiques stéphanois proposeront l'expérimentation d'une deuxième distribution chaque semaine le mercredi. Ce seront ainsi 18 distributions semaine actives fin 2015 pour un CA annuel commissionné à 12 % HT soit 31000€.

Pour réaliser ce développement, nous devons disposer d'une plate forme numérique performante permettant une gestion autonome des différents drives par leurs responsables et un accès personnalisé pour les fournisseurs locaux. Elle sera supervisée par une administratrice des ventes (1/2 ETP Supercagette particuliers et 1/2 ETP Supercagette/pro) chargée de l’accompagnement technique et logistique des différents drives et producteurs.

L'animation des drives locaux et leur déploiement sera réalisé par deux volontaires associatifs en CIVIC. Ils seront supervisé par le coordinateur général et bénéficieront de l'appui de nos artisans membres du bureau de l'association : Mickaël Roche et jean Philippe Veyret.

Ainsi, un emploi direct devrait être dédié au développement des drives au terme des 3 années.

Le réseau de producteurs et artisans intégrera à l'horizon 2016 près de 30 nouvelles entreprises. 6 à 8 emplois indirects liés au développement de l'activité peuvent être créés dans les exploitations agricoles locales et l'artisanat. l'activité de Supercagette a déjà contribuée indirectement à la création d'un emploi à 3/4 temps de maraîcher.


2.1.3.2) Construire une offre en restauration collective


1er temps, l’enquête préalable à l'établissement d'une pré-mercuriale

Après un travail de plusieurs mois d'étude de la demande de produits locaux en RHD, nous sommes parvenu à dresser un panel de clients publics dont les besoins sont maintenant bien identifiés. On peut concevoir 3 types de commandes publiques de collectivités territoriales en Restauration collective :

le marché de « gré à gré » répondant à des lots inférieurs à 90000€ HT le marché est dit simplifié, le support de publicité employé permet d'évaluer le besoin de la personne publique. Si elle publie uniquement sur son site internet ou dans un journal qui n'a pas le statut de journal d'annonces légales, le montant de son besoin est forcément inférieur à 90 000 €HT. Une offre supérieure ne pourra pas être acceptée. Nous avons identifié sur le territoire de Saint Etienne Métropole 3 établissements répondant à ce fonctionnement : La commune de Saint Genest Lerp La maison de retraite La Récamière à La Ricamarie L'EPHAD de la maison des Bruneaux à Firminy

Cette procédure de commandes alimentaires est réalisée généralement auprès de sociétés de restauration collective : Prim service, RHD Restopro etc..

il s'agit généralement d'établissements publics de petites tailles qui disposent d'une cuisine professionnelle équipée et d'un personnel qualifié. Les responsables de ces structures sont sensibilisés à l'importance d'introduire des produits locaux. Mais généralement, la part de produits locaux où bio ne dépasse pas 20 % de la constitution des menus. La principale contrainte repéré est le budget très serré : la part des aliments dans le repas ne doit pas dépasser 1,90€. Deuxième contrainte : l'absence d'une offre répertoriée et accessible. En effet, malgré la tenue de forums organisés par l'ARDAB et la Chambre d'Agriculture et réunissant des acheteurs et des producteurs, il semble que l'offre de produits locaux ne soit pas visible. Il semble également que la logistique de transport freine la démarche de petites exploitations qui appréhendent de devoir se déplacer pour livrer de petites quantités.


la gestion concédée par les communes, établissements publics et privés

Les Marchés publics supérieurs à 90€HT qui font l'objet d'une procédure encadrée de marchés publics. Dans l'agglomération stéphanoise, de nombreuses communes procédent par délégation de l'offre de RHD en confiant par procédure de marché public la gestion concédéé à des plateformes de cuisines centrales. C'est d ela cas de deux structures étudiées : Loire Sud Restauration installée à Saint Chamond réalise 1200 repas/jour qui sont à 95 % livrés dans toute la vallée du Gier en liaison froide pour des établissements de santé, établissements scolaires, restauration d'entreprise… L'introduction de produits locaux est récente mais importante pour son responsable qui affiche 50 % de produits locaux provenant de la région Rhône Alpes. Il travaille avec des arboriculteurs locaux pour son approvisionnement en fruits par exemple où en yaourts. Sa demande est conditionnée par le prix. La proposition d'approvisionnement en produits divers de la Loire semble le séduire, une pré-mercuriale établie en octobre 2014 lui a été transmise. La volonté de travailler avec nous est là, l'offre correspond à ses besoins et ses contraintes budgétaires, il reste à franchir le pas.


Nous avons également rencontré le responsable d'API restauration, 4000 repas jour réalisés pour de nombreuses communes de la Loire en gestion concédée. La demande existe en produits locaux avec les mêmes contraintes budgétaires que les autres structures de cuisine centrale. Le prix desz aliments d'un repas représente 1,60€HT. La part de local ne représente encore que 10 % du volume d'aliments utilisés dans la fabrication des repas. L'établissement travaille avec différents producteurs locaux régulièrement et commande par fax avec un délai de 15 jours. L'offre pré-mercuriale que nous avons transmise a permis de déterminer des besoins, notamment en fruits (principalement pommes et poires de petits calibres) mais également en légumes , la finalisation du partenariat doit encore être réalisée.

Enfin, notre étude s'est portée sur le fonctionnement de CORALYS, qui gère en gestion concédée les établissements scolaires de l'enseignement catholique. Le fonctionnement de Coralys répond à une implantation régionale qui s'articule autour d'une plateforme d'approvisionnement interne. Coralys contractualise avec des agriculteurs pour l'approvisionnement des établissements dont elle gère la restauration. Chaque établissement passe commande de produits auprès de la plate forme centrale pour ses besoins. Son responsable n'est pas fermé à faire appel à notre futur service RHD pour des commandes spécifiques répondant à un caractère d'urgence où permettant de réduire la charge de transport. Il reste cependant à finaliser le partenariat et de quantifier les besoins saison par saison.

Les communes contractualisant un marché public pluri-annuel

Notre attention s'est portée sur deux types d’établissement : La cuisine centrale de la commune du Chambon feugerolle La cuisine centrale de la commune d'Andrézieux Bouthéon

La ville du Chambon Feugerolle a passé un marché public pour la période 2013- 2016. Pour ce marché, le responsable regrette que peu d'offres de réponse d'agriculteurs aient été déposé. La cuisine centrale ne possède pas d'équipement de type légumerie. De ce fait, elle contractualise avec des Sociétés qui approvisionnent en surgel. Par ailleurs, une seule offre provenant de la Loire en produits laitiers a été enregistrée qui a emporté le marché. La nécessité de posséder l' agrément européen pour toute structure travaillant avec des produits d'origine animale semble restreindre les candidatures.

Enfin, notre rencontre avec le responsable de la cuisine centrale municipale de la ville Andrézieux-Bouthéon nous a permis de découvrir la gestion directe de l'approvisionnement en légumes bio exploitée par une régie municipale.

Pour le reste de son approvisionnement, la ville passe des MAPA en privilégiant la proximité géographique des fournisseurs.

Les structures commerciales de restauration et associations organisatrices de manifestations.

C'est peu être là que ce situe le marché le plus diffus mais potentiellement réactif vis à vis de notre offre de service. Les responsables de restaurants font appel principalement aux grandes structures implantées de type Metro et Promocash. Le terreau du local semble sous exploité et peu lisible par les chefs d'entreprise. Cependant, certains restaurants tel que l'Aromatic à Saint Etienne travaillent avec des produits provenant de l'agriculture paysanne et locale en partie et sont demandeurs de qualité et de diversité de produits qui correspondent à notre volonté de réimplantation de l'alimentation locale. Des contacts sont engagés qui pourraient se matérialiser rapidement. La volonté est bien présente de la part de deux restaurateurs qui en font un affichage marketing. Un travail avec la CCI vocation à s'engager bientôt. Nous avons déjà, participé à une opération en fournissant des fruits et légumes. Un partenariat pourrait donc s'engager dans le cadre de l'opération Maîtres restaurateurs. Cette dernière Elle vise à mettre à l'honneur les chefs d’établissements qui introduisent un repas local dans leur carte. Ce pourrait être une piste fort prometteuse de fidélisation des restaurateurs dans cette démarche de relocalisation alimentaire. Cette prospection commerciale devra prendre en compte la souplesse d'approvisionnement , puisque les chefs achètent en petite quantité par faute de lieu de stockage important et par manque de visibilité de leur activité à court terme pour certains. Il s'agit de proposer une mercuriale permettant des achats en faible quantité à des prix attractifs avec un service de livraison deux fois par semaine. Par ailleurs, nos relations cordiales avec les associations de l’économie sociale et solidaire nous permettent de nous positionner en fournisseurs pour tous types de manifestations événementielles.

Les Lycées

Récemment, nous avons participé à un forum consacrée la restauration collective à Précieux et à l'invitation de la Chambre d'agriculture de la Loire. Lors de ce rendez vous nous avons pu échanger avec l'économe des Lycées agricoles de Précieux et Saint Genest Malifaux. Ainsi, nous avons convenu de travailler ensemble autour d'un partenariat permettant un approvisionnement hebdomadaire dans toutes les gammes. Ce partenariat doit favoriser le rapprochement entre agriculteurs et lycéens dans le cadre de visites d'exploitation et de témoignages. Parallèlement, l'établissement de Précieux souhaite mettre en place un drive local destiné à approvisionner les enseignant en produits locaux. L'approche des Lycée doit être engagée plus globalement à l'échelle de la Région pour intégrer des marchés publics.


Analyse opérationnelle Cette enquête n'est à ce jour pas terminée puisque nous devons encore sonder les responsables des services de restauration en collège, poursuivre notre démarche auprès des Lycée.

Mais à ce jour, nous pouvons dégager une tendance forte à la relocalisation alimentaires qui nous place en acteur majeur sur ce secteur. Les prestataires nationaux pratiquent certes des tarifs attractifs sur certains produits tel que la viande où les fruits mais la qualité n'est pas au rendez vous. Les acteurs rencontrés évoquent des difficultés également avec le bio notamment en ce qui concerne les fruits qui parfois ne répondent pas aux critères sélectifs de fraîcheur et de quantité.


Notre positionnement doit se construire autour d'une offre à la fois attractive en terme de tarifs mais également soutenue par la fiabilité logistique.

Notre proposition de plate forme permet plusieurs avantages qu'il convient de noter : - Offre réactive avec un délai court de livraison : 3 jours - Qualité des produits et variétés saisonnière disponible - Service de livraison deux fois par semaines - Regroupement de l'offre pour une gestion logistique optimisée - Facture unique et interlocuteur unique favorise la simplicité - Procédure de commande simple et intuitive via la plate forme réactualisée chaque semaine. - Possibilité de commande sans minimum requit avec un tarif concurrentiel sur une majorité de produits.

Notre concept séduit puisqu'il répond aux attentes des décideurs publics et privés. La mise en œuvre d'un maillage important entre producteurs et points de distributions en drive local permet d'être réactif et de pouvoir optimiser les coûts de livraisons.

Pour exemple : la mairie de Saint Genest Lerp vient de passer sa deuxième commande de légumes frais et fruits locaux. L'organisation logistique s'est naturellement calée sur le fonctionnement des drives du jeudi et permet donc de mutualiser les approvisionnements sans coût supplémentaire. Cette configuration ne sera pas possible avec tous les établissements, puisque certains souhaitent être livré le mercredi d'autres le lundi et beaucoup de restaurants deux fois par semaine.

Il faut donc inventer un système de livraison complémentaire assuré par nos soins. Notre point fort c'est notre réseau qui grandit rapidement !

La démarche vers la restauration collective a généré l'apport de plusieurs producteurs qui nous ont rejoint en intégrant le réseau des drives locaux. Ainsi, en avril 2014 nous comptions 12 producteurs et artisans pour 27 aujourd'hui. Tous ne souhaitent pas intégrer le circuit de la restauration collective mais certains pensent déjà à demander l'agrément européen pour aborder d'autres marchés. Notre démarche d'accompagnement et de relaie auprès de la chambre d'agriculture compétente pour l'instruction de cette démarche, s'inscrit dans ce sens, afin de pouvoir positionner des produits de qualité.


Le marché RHD nécessite également de doubler tous les producteurs d'une même catégorie de produits surtout en légumes et produits laitiers.


Ainsi aujourd'hui nous pouvons présenter une gamme complète de près de 300 références :

2 maraîchers biologique 2 maraîchers conventionnel raisonné 3 fromagers bio proposant des yaourts natures et aromatisés 1 fromager chevrier bio 2 boulangers bio 3 éleveurs transformateurs de viande de porc , bœuf et veau 1 éleveur transformateur en charcuterie bio 1 boucher bio 1 producteurs d’œufs 1 arboriculteur de fruits à pépins, noyaux et jus de fruits 1 moulin bio proposant farines, lentilles et pois cassés 1 poissonnier 1 volailler 1 brasseur artisanal 1 confiturière 2 apiculteurs 1 confiseur artisanal 1 viticulteur 1 torréfacteur 1 safranière

Les volumes projetés ne conditionnent pas de besoins supplémentaires pour l'instant en arboriculture puisque le GAEC de Saule n'est pas au maximum de sa production. Cependant, nous avons déjà choisi un arboriculteur pour compléter la gamme le moment venu en cours d'année 2015.

A la lumière de ces entretiens, notre positionnement doit être stratégique sur des marchés publics pour asseoir notre fonctionnement.

Cet investissement doit favoriser l'acquisition de contrats dans la durée nécessaires pour garantir une base de Chiffre d'affaire. Tous les marchés de la restauration collectives peuvent être abordé. Il s'agira de faire la preuve de notre savoir faire organisationnel.



Objectifs en 1er exercice

Typologie de clients Nombre Objectif en CA Ratio Cuisines centrales 3 54000 18000 Écoles + Crèches 10 40000 4000 Lycées 4 30000 7500 Maisons de retraite 7 40000 6000 Entreprises 6 30000 5000 Restos + associations 12 40000 3334 Institutions 6 10000 1667

47 établissements pour un CA producteurs de 244000€


2.1.3.3) Constats et problématique locale

Actuellement, la demande de produits issus de l’agriculture locale devient prépondérante dans l’élaboration des repas en restauration collective. Pour exemple, «dans le cadre de son plan développement durable, la Ville de Saint Etienne a mis en œuvre depuis 2009, l’introduction de produits issus de l’agriculture bio dans la composition des repas en cantine scolaire. La ville exigeait 50% de produits bio en Volume pour l’année 2010, avec une augmentation de 10%/an pour atteindre 100% en 2015. (source : réseau rural, voyage études, fév 2012) Des communes volontaires Depuis juin 2011, un accompagnement personnalisé est réalisé par la Chambre d'Agriculture et l'ARDAB. Il a permis à chaque commune participante de définir ses objectifs et ses moyens pour amplifier l’introduction durable de produits locaux et/ou biologiques dans ses menus. Cette action, menée avec succès sur les années scolaires 2011/2012 et 2012/2013, a déjà permis de suivre l'équivalent de 18 communes volontaires. Pour l’année scolaire 2013/2014, 3 nouvelles communes se sont portées candidates. Parallèlement, les communes ayant bénéficié de cet accompagnement les années précédentes ont émis le souhait de pouvoir continuer à approfondir cette démarche.

La restauration dans les collèges Conseil général Loire (source : http://www.loire.fr/upload/docs/application/pdf/2013-08/dp_-_rentree_2013.pdf)

La qualité de la restauration scolaire constitue une des grandes priorités. Les principaux objectifs portent sur : La modernisation des locaux : ● Qualité d’accueil pour les élèves : traitement phonique, choix du mobilier et des couleurs, aménagements des espaces pour la salle restauration ● Choix d’équipements cuisine intégrant l’ergonomie des postes de travail L’équilibre nutritionnel et l’éducation au goût ● Travail avec une diététicienne qui a notamment pour mission de conseiller et accompagner les collèges en matière de développement d’une restauration collective de qualité proposant des repas équilibrés adaptés aux besoins et au goût des adolescents, avec notamment : Mise à disposition d’outils pour l’élaboration de menus équilibrés Travail sur le respect de la saisonnalité des produits et de leur fraîcheur Sensibilisation des collégiens sur la variété des produits et des saveurs ● Cette démarche est accompagnée par le développement de l’installation d’îlots de distribution libre service permettant la présentation attrayante et la découverte de nouvelles saveurs et favorisant le choix de fruits et légumes. Ces installations contribuent à développer l’éducation au goût. L’introduction de produits issus de l’agriculture biologique et des produits issus de l’agriculture locale. ● La collaboration avec la Chambre d’Agriculture se poursuit pour permettre au sein des collèges le développement de l’approvisionnement régulier de produits issus de l’agriculture locale. ● L’introduction de produits bio locaux dans la restauration des collèges est l’idéal recherché mais la démarche nécessite une introduction progressive pour prendre en compte le temps nécessaire à la conversion des exploitations. ● Pour l’année scolaire 2013/ 2014, tous les collèges (soit 39) sont engagés dans cette démarche dont l’accompagnement est assuré par l’association ARDAB (association des producteurs biologiques du Rhône et de la Loire) en lien avec la Direction de l’Agriculture


Convention de fonctions d’agglomération et de centralité Saint Etienne Métropole AXE 1 Attractivité économique : accompagner l’envie d’entreprendre et d’innover Objectif 11 : Favoriser une activité économique dynamique et diversifiée en milieu périurbain Action 24 : Développement des activités agricoles répondant à la demande locale et d’une distribution valorisant les produits locaux - PSADER volet CDRA (source : http://www.territoires.rhonealpes.fr/IMG/pdf_DA2A_Programme_d_actions_CP_03.12.09.pdf)

http://www.agglo-st-etienne.fr/uploads/tx_egestiondoc/DP-CC210411-AccompFiliereLocaleBio.pdf


Le projet de supercagette/pro s'inscrit dans plusieurs actions

Action n°8.2 - Soutien aux projets collectifs de valorisation des produits agricoles locaux Il s’agit de soutenir toute forme de projets collectifs de valorisation de produits agricoles locaux (y compris les projets d’ateliers collectifs de transformation fermière) en vue de faciliter l’organisation de l’offre et de la commercialisation de produits agricoles locaux en circuits courts en aidant aux investissements immatériels et matériels mais aussi à l’ingénierie pour l’accompagnement de tels projets. Action n°8.3 - Développement l'approvisionnement de la restauration collective des communes en produits locaux de qualité et/ou biologiques.

Cette action cible les restaurants collectifs dépendant des communes membres de Saint-Étienne Métropole. Il s’agit d’accompagner les communes dans ce développement et en parallèle de structurer la filière agricole pour répondre à cette demande. • une étude de marché : état des lieux actuel de la demande, des modes de commercialisation avec enquête d’opinion auprès des consommateurs, • une mise en perspective au regard de l’offre de produits fermiers et de circuits courts, • la détermination des potentialités de développement, • la diffusion des préconisations et la mise en œuvre d’actions permettant de mobiliser les potentialités de développement identifiées.

Action n°8.4 - Développement de l'offre de production fermière en maraîchage L’offre de production fermière en maraîchage fait défaut dans la mise en place des circuits courts sur l’agglomération stéphanoise. L’action correspondra à la mise en place d’un accompagnement des producteurs fermiers qui souhaitent se diversifier ou s’installer en maraîchage en circuits courts et d’une charte de qualité du maraîcher en circuit court avec des conseils techniques et voir des outils de promotion.



2.1.4) Le projet et son stade d'avancement :

Intervals souhaite opter à l’horizon 2016 pour une structure juridique coopérative de forme SCIC.

Ce choix permettra d’associer pleinement les différents acteurs territoriaux, producteurs, acheteurs et responsables de drives locaux autour d’un système participatif décisionnel.


2.1.4.1) Le réseau de « Drives Locaux Supercagette.com »

Le projet de création de drives locaux s’inscrit dans une dynamique de lien socio économique gagnant/gagnant, pour les acteurs participants : producteurs, consommateurs et animateurs de drives locaux.

Depuis le 17 avril 2014, l’association Intervals a progressivement mis en place 7 drives locaux :

Avril 2014 Drive Local Grand Clos 2 rue Dreyfus, 42000 Saint Etienne (siège de l'association) Mai 2014 Drive Local Le Richelieu 74 Rue Michelet, 42000 Saint Etienne Juin 2014 Drive Local Monthieu 147 Rue des Alliés, 42100 Saint Etienne Puis 4 autres depuis septembre 2014 Septembre 2014 Drive Local Le Mixeur, 5 rue Javelin Pagnon, 42000 Saint Etienne Octobre 2014 Drive Local de l'Ondaine , 75 Boulevard d'Auvergne, 42000 Le Chambon Feugerolle Novembre 2014 Drive Local du Gier, Les jardins de Valériane, 42800 Rive de Gier Drive Local La Talaudière, 12 rue de la république, 42 La Talaudière

Ces drives locaux permettent la distribution le jeudi soir entre 17H00 et 20H15 des produits commandés en ligne sur le site www.supercagette.com parmi près de 300 références proposées par 23 producteurs locaux et artisans alimentaires de la Loire : Antoine Pomport Maraîcher à Feurs 42 L’EARL le bois carré : légumes conversion bio – Saint Bonnet des Oules 42 Le GAEC de Saule : Fruits rouges et Fruits à noyaux, jus de fruits - Chagnon 42 Le GAEC de Cabridou : Fromages de chèvre et vaches – Sainte Croix en Jarez 42 La Ferme Torgue, Viande bovine Limousine – Sainte Croix en Jarez 42 La Ferme Bertholet, Viande bovine, Veau, Agneau, Porc – La Fouillouse 42 La Ferme Cizeron, Volailles fermières, Saint Héand 42 Le Boucher Bio, Viande bio – Saint Etienne 42 La Poissonnerie du Forez, Truites, Carpes – Saint Marcellin 42 Aux 6 Levains, Pain bio – Chazelles sur Lavieu 42 Gérard Cote Boulanger bio à Saint Etienne 42 La ferme de Beauchamp, Miel – Cleppé 42 Le Comptoir de Zanzibar : Confiserie artisanale - Chambles 42 La Safranière, Safran et condiments – La Gimond 42 Christophe Angénieux Viticulteur, vins des coteaux du Gier – Chuyer 42 Les Roches Précieuses, Bières artisanales, Viricelle 42 Chauvet torréfacteur, Café – Saint Etienne 42 Le Bol Appétit, Restaurateur – Saint Etienne 42 Le Moulin des Cizeron, farines, lentilles, pois cassés à la Gimond 42 Le Gaec des Paquerettes, Chateauneuf 42 Le jardin de Valériane, Rive de Gier 42 Florence Bonnel Confiturière/glacière Saint Just Saint Rambert 42 Thierry Reynaut, Fromager Bio à Chamble 42


Le projet vise le développement autonome de 14 drives locaux fin 2015 dans la Loire et les départements limitrophes. Ces drives se crée à partir du maillage des producteurs locaux et bénéficient de l’appui technique et logistique de l’équipe Supercagette de Saint Etienne. Les bénéfices qu’apportent Supercagette et les drives locaux : Il s’agit de fédérer les producteurs locaux d’un territoire autour d’un maillage de vente directe moderne, simple et accessible organisé en drives locaux. Réduire l’impact carbone sur l’environnement en réduisant le cout de transport en regroupant l’offre en 1 seul point de retrait, proche des lieux de consommation. Donner les moyens aux consommateurs d’accéder à une offre de qualité, facilement identifiable via la plateforme de commande en ligne www.supercagette.com et son extension de drives locaux proches de leur lieu de vie. L’engagement de l’association à participer activement à l’insertion des publics éloignés de l’emploi.

Il s’agit pour les exploitants agricoles de booster la vente directe sur leur exploitation et d’assurer leur visibilité sur le web, dans les médias et être identifiable par la population locale où touristique. Permettre aux petits commerces locaux et artisans alimentaires de développer leur attractivité commerciale en diversifiant l’offre de service aux consommateurs. (voir fiche : drive local Commerçant/artisans) Donner les moyens aux associations de proximité de diversifier leur activités d’intérêt social en favorisant le lien de proximité (voir fiche : drive local associatif) Favoriser l’appui aux particuliers qui souhaitent s’investir dans une dynamique de lien social et obtenir un petit complément alimentaire en promouvant la consommation de produits locaux. (voir fiche : drive local particuliers)

Les avantages spécifiques des drives locaux :

Forces Faiblesse

Offre de service simple, libre et sans engagement pour le consommateur Promotion des produits locaux de qualité au prix juste pour tous Rapidité de livraison de commande (48 heures) Structure associative souple avec une bonne adaptabilité et peu de charges externes. Belle perspective de développement des drives locaux en région et plus loin.

Nécessité d’un volume d’inscrits important (20% des inscrits commandent chaque semaine) Le succès de l’offre est liée à la saisonnalité des produits La professionnalisation de l’équipe est indispensable pour développer l’activité

La gestion souffre de l’absence de modules web adaptés, il y a donc nécessité à disposer d'un outil performant

2.1.4.2) La plate forme RHD «supercagette/Pro»

Elle permettra de proposer une gamme élargie de produits locaux dans plusieurs gammes :

Première gamme : produits agricoles frais, en l’état, éventuellement préparés, tranchés, parés, etc., conservés à température ambiante ou réfrigéré. Quatrième gamme : produits agricoles et préparations crus, prêts à l’emploi ; il peut s'agir par exemple de salades, de crudités (carottes râpées...) ou de légumes épluchés, prêts à cuire, conditionnés en sachet de plastique, parfois dans une atmosphère modifiée, et conservés par réfrigération2. Cinquième gamme : produits agricoles cuits sous vide, pasteurisés ou stérilisés, prêts à l’emploi

Notre offre permettra à terme de répondre aux principales recommandations faites aux acteurs locaux lors des différents colloques concernant la restauration collective :

- Inscrire la démarche dans un cadre structurant, type Politique territoriale de développement durable, assurant une coopération de différents acteurs - S’organiser en mode projet multi acteurs transversal, ce qui permet l’implication de toutes les parties prenantes - Une connaissance des contrainte et problématiques de chacun - Une prise de décision collégiale et une gestion transparente. - Des enseignements plus spécifiques ont été tirés sur le code des marchés publics, l’accompagnement et l’approvisionnement.


Les perspectives de développement

La création d’une plate-forme logistique et numérique : « Supercagette/ Pro » permettra de centraliser l’offre et organiser la distribution de produits locaux aux établissements proposant un service de restauration collective autonome.

«Supercagette/Pro» permettra de répondre à la demande croissante d’approvisionnement des établissements en produits frais et locaux de qualité

Destinée aux professionnels de la restauration collective (cantines scolaires, établissements de soin et de santé, restaurants d’entreprise ainsi que la restauration commerciale)

Pour cela, l'association intervals souhaite s’appuyer sur un réseau de producteurs identifiés sur le département de la Loire en lien avec l’ARDAB, les chambres consulaires et les institutions territoriales : Communautés de communes du département, la direction de l’agriculture du conseil général.

Le fonctionnement proposé :

Une proposition actualisée chaque semaine et mise en ligne sur la plate forme de produits locaux en agriculture raisonnée, bio et transformés provenant des producteurs et artisans alimentaires locaux.

Une gamme saisonnière de fruits, légumes, produits laitiers, viandes, pains, volailles, œufs et produits transformés issus de l’artisanat local.

Un tarif déterminé en fonction du cours moyen et négocié avec le producteur


Un accompagnement à l'obtention des certifications en lien avec la Chambre d'agriculture de la Loire.

Une veille sanitaire et l'information des producteurs sur les réglementation sanitaires.


Forces Faiblesse Pour les établissements : Une offre actualisée chaque semaine et mise en ligne sur la plate forme Une Facture unique et un interlocuteur unique favorise la simplicité Une livraison 2 fois par semaine assurée par le réseau des producteurs et par l'association Intervals. Fidélisation par l'anticipation des productions saisonnières Pour les producteurs : Un appui opérationnel de soutien logistique et technique et commercial Mutualisation des livraisons entre producteurs d'un même secteur : économie de charge


les livraisons mutualisées complémentaires de Supercagette

Peu de visibilité des montants de commandes en restauration commerciale Risque de Volatilité des clients et des volumes de commandes nécessite une prospection commerciale permanente

positionnement de la concurrence et des grands groupes sur le secteur du produit local

faire respecter un protocole sanitaire aux producteurs

36 semaines d'activité dans l'année

risque lié aux intempéries

Le plan de développement Supercagette/pro

1) Étude de marché et création d'une première offre (Août/déc 2014)

Nous arrivons en fin de période avec déjà eu des commandes livrées et des clients potentiels prêts à contractualiser avec Intervals. Par ailleurs nous avons considérablement élargi notre réseau de producteurs.

Cette première expérience nous a permis de déterminer plusieurs zones géographiques sue le territoire nécessaires afin doptimiser les circuits de distributions. Ces zones tiennent compte de la localisation des établissements clients et des implantations de nos exploitants susceptibles de répondre à des commandes. Ainsi nous avons déterminé deux grandes zones de couverture pour 2015 :

1) Secteur Sud Loire : Gier, Saint Etienne, Ondaine, contreforts du Pilat.

2) Secteur sud Forez avec une limite à l'Est à Montbrison à l'ouest vers Saint Galmier au nord à Feurs.

Cette répartition des zones est couplée avec une offre de produits correspondante. Ainsi les deux circuits peuvent fonctionner indépendamment l'un de l'autre en s'appuyant sur une plate forme virtuelle dans un premier temps. Pour cela nous mobiliserons notre réseau et poursuivrons le maillage logistique déjà expérimenté depuis avril 2014 pour la livraison des drives locaux. Par exemple nos producteurs du Gier pratiquent la co-livraison chaque semaine. Les charges supplémentaires en fonction des besoins pourraient être supportées par l'association Intervals. Il s'agirait alors de disposer d'un véhicule frigorifique pour garantir l'approvisionnement de chaque secteur.

2) Développement de la plate forme virtuelle (Janvier/Août 2015)

La plate forme virtuelle va permettre de donner un coup d'accélérateur à la dynamique de réseau de producteurs en leur assurant une visibilité qui renforcera leur notoriété. Il s'agit de mettre en place une bourse d'offres actualisée et facilement accessible 24h/24. Pour les acheteurs, cette solution va simplifier leurs achats de produits locaux. Ainsi, trouver une solution qui corresponde à leur demande territoriale en terme de variétés, jour de réception des commandes, prix sera facilitée. Les acheteurs auront également la possibilité de contractualiser des offres pour des périodes déterminées et même travailler en amont en sollicitant les producteurs pour des variétés spécifiques.. Un travail de gestion et d'anticipation de l'offre que nous travaillons déjà conjointement avec nos producteurs. Ces aspects sont d'ailleurs en chantier avec nos maraîchers qui se préparent à commander leurs semis et ainsi répondre aux besoins des Lycées de Précieux, Saint Genest Malifaux et la cantine scolaire de Saint Genest Lerp.

Cette mise en lien s'inscrit dans dans le cadre d'une véritable coopération entre personnes ressources. Il s'agit de réunifier deux mondes bien éloignés en terme de préoccupation..

L'objectif financier pour cette période (janvier /Aout 2015) est 35 % du chiffre d'affaire de l'année soit 85400€. Ce gros travail de fond portera ses fruits dés la rentrée de septembre 2015 puisque nous aurons contractualisé au préalable des partenariats avec les établissements de nos secteurs géographiques. Un ciblage fin sera donc engagé qui permettra d'amorcer des commandes et renforcer notre réseau de producteurs en fonction des besoins émergents tout en développant notre réseau local de distribution collective. Pour cela il sera nécessaire de déployer 1/2 poste de coordinateur général/commercial pour l'action avec un appui de l'administratrice des ventes pour 0,5 ETP sur supercagette/pro. A charge pour elle, la gestion technique de la plate forme et le service client pro. Nous serons par ailleurs épaulé par notre équipe communication pour promotionner Supercagette/pro auprès de la presse locale et régionale. Notre responsable comptable et financière assurera le service paiement et facturation.

3) Implantation d'une plate forme physique (septembre/décembre 2015)

Cette action doit nous amener naturellement à la mise en place d'une plate forme physique qui bénéficiera dés sa création d'un carnet de commande satisfaisant. Il s'agit de trouver un espace physique adossée à un nœud commercial, équipé d'une local frigorifique et de locaux administratifs adaptés au surcroît d'activité. La plate forme fonctionnera tous les jours pour l'approvisionnement tout en gardant un cycle de deux distributions semaine. Elle permettra de stocker des produits frais et périssables sur de courtes durées afin d'optimiser la réactivité face aux commandes urgentes des établissements. Le positionnement à Saint Etienne sur le marché de gros doit favoriser l'ancrage départemental pour un approvisionnement plus souple et moins contraignant en terme de délais/livraisons pour les producteurs. Supercagette/pro affichera le circuit court comme alternative à la distribution de gros et bénéficiera ainsi de nouvelles niches de marchés, notamment celles de la restauration commerciale. Supercagette/pro permettra également de drainer de nouveaux producteurs sensibles aux commissions faibles que nous pratiquons en vente directe. Ainsi équipé d'une unité frigorifique, nous serons en mesure de distribuer nos produits à davantage de structures tout en conservant le maillage producteurs sur les circuits de distribution déjà existants. Cette base arrière couplée à sa plate forme virtuelle doit permettre de déployer l'offre locale dans le cadre d'une véritable politique d'approvisionnement de la restauration collective. En adossant à la plate forme physique un nouveau drive local à Saint Etienne pour les particuliers. Proche de l'autoroute , elle doit permettre également de traiter la préparation de commandes de l'ensemble des drives de l'agglomération stéphanoise en s'appuyant sur notre réseau de bénévoles. Tous ces aspects conjugués doivent contribuer à maintenir un équilibre des charges fixes afin de rendre un service concurrentiel et optimisé.

4) Création d'une « légumerie » territoriale en atelier chantier d'insertion (septembre/décembre 2016)

Le développement de Supercagette doit s'accompagner d'une offre toujours plus pertinente pour la restauration collective et les particuliers. Ainsi, nous projetons à l'horizon 2016/2017 une offre de « légumerie » en 4ème gamme, très appréciée des structures de cuisines centrales et établissements ne possédant pas l'équipement de préparation ainsi que le personnel dédié. Si le développement suit son cours, l'association souhaite impulser la création d'une structure territoriale de transformation de légumes permettant ainsi d'offrir de nouveaux débouchés, créer des emplois durables et d'insertion et assurer une offre pérenne pour la restauration collective.

Les produits de légumerie sont toujours crus et prêts à l’emploi ou prêts à cuire. Ce sont souvent des crudités, de la salade lavée et épluchée, des carottes pelées et coupées en rondelles, etc. Ces produits sont conditionnés en sachets plastiques et conservés au frais (entre 0 et 4° C).

Parties prenantes de l’entreprise (interne et externe)

L'association s'appuie sur la dynamique des producteurs qui seront tous adhérents de l'association. Les anciens doivent être moteurs pour intégrer de nouveaux collègues, c'est le principe actif depuis notre démarrage de privilégier la cooptation entre producteurs. Notre volonté est de renforcer les liens afin de constituer un collège de producteurs qui représentera 35 % des voix dans la future SCIC.

Leurs attentes respectives et les enjeux de l’entreprise face à chacune des parties prenantes ?

Les producteurs ne sont pas tenu de passer par Supercagette systématiquement pour approvisionner un établissement en restauration collective, liberté lui est laissé de gérer ses marchés comme il le conçoit. Il ne sera pas non plus demandé à un producteur de renoncer à un marché pour lequel il est déjà fournisseur. Notre volonté est de conquérir des marchés de niche avec des acteurs impliqués et désireux de répondre à la demande publique de produits locaux. Par ailleurs, nous portons un attachement particulier à la satisfaction du client. Ainsi il est demandé aux producteurs de distribuer des produits de première fraîcheur, avec une DLC raisonnable. Nous livrons des super cagettes !

Côté acheteurs, il convient d'établir une relation de confiance avec les établissements afin de travailler sur la durée. Nous seront vigilant à offrir une réponse dans les deux heures suivant chaque questions par messagerie ou par téléphone afin de garantir un suivi sérieux de notre clientèle. Par ailleurs, il s'agit également de constituer avec les producteurs une chaîne logistique fiable. Ce que nous mettons en place dans le cadre des drives locaux préfigure la modélisation de la pratique que nous allons mettre ne œuvre autour de la plate forme Supercagette/pro. Notre équipe assure des astreintes weekend, gère les anomalies concernant un produit livré. Les remboursement de produits non livrés sont réalisés dans les 48 heures. Les fournisseurs doivent joindre le client en cas d'indisponibilité de produit le jour J. Cette chaîne de responsabilité a pour objectif d'offrir un service humain à la hauteur de notre engagement citoyen. Il contribue à entretenir une excellente image de l'association et des agriculteurs et artisans.

Plan d’actions vers les parties prenantes stratégiques

Côté producteurs

Nous assurerons donc une veille collective de marchés publics. Supercagette portera des réponses à des MAPA. Dans ce cas, les critères pour postuler tiendront compte de l'ancienneté dans la communauté, la proximité du producteur/établissement, la fiabilité des livraisons, la capacité d’approvisionnement sur l'ensemble de l’année. Les prix proposés.

Côté Acheteurs

Les échanges avec les prestataires de restauration collectives sont excellents. Ils sont souvent surpris de la qualité des produits présentés en dégustation et du prix proposé. Les légumes et fruits sont les produits phares qu'il conviendra de mettre en avant afin de disposer de marges pour placer d'autres produits moins bien placés. En ce sens, les menus établis généralement sur 5 semaines doivent nous aider à présenter sur la plate forme des produits répondant aux demandes saisonnières. Notre travail d'anticipation des productions légumières doit être un atout pour réconcilier les deux mondes de l’alimentation assez éloigné.


2.2- VIABILITÉ COMMERCIALE DU PROJET

2.2.1 - Les produits

La Gammes de produits alimentaires qui seront proposé en restauration collective s'inscrit dans plusieurs gammes :

1ère gamme : Produits frais, vendus en l’état sans aucun mode de préparation (fruits et légumes entiers frais, viandes et poissons crus 2ème gamme : Produits et préparations culinaires dit "en conserve" soit par pasteurisation, soit par appertisation. 3ème gamme : préparations culinaires surgelés qui doivent être maintenus pendant leur transport et leur stockage à une température au moins inférieur à - 18 °C. Par exemple les préparation de desserts glacés où sorbets qui seront directement livrés au clients. 5ème gamme : Préparations culinaires cuites et conservées sous vide, pasteurisées ou stérilisées. Cette gamme contient les plats cuisinés prêts à l’emploi à conserver à une température supérieur à 0°C. 6ème gamme : Produits bruts ou préparations déshydratées permettant une conservation longue à température ambiante.


2.2.2 - Le marché

Eléments du marché

Le marché des commandes sur internet représent eune croissante régulière de plus de 20 % par ans. Aujourd'hui près de 3 internautes sur 4 ont déjà effectué une commande en ligne. Le parent pauvre que représente la consommation de produits alimentaires se développe fortement depuis l'apparition en 2012 de la ruche qui dit oui. Aujourd'hui, les drives de produits fermiers apparaissent de plus en plus dans le paysage 2.0. La consommation collaborative tend à se déployer sur l'ensemble du territoire national et modifie les mœurs et tend à définir de nouveaux paradigmes de consommation. Par ailleurs, tous les indicateurs provenant des producteurs indiquent que les formules de paniers à l'initiative des AMAP sont en perte de vitesse. Initiateur de la sauvegarde paysanne au début des années 2000, le concept semble avoir atteint son seuil de résistance. Les consommateurs recherchent des formules souples, simples associant la liberté de commande au choix et dans le respect du prix juste pour des produits de qualités. Nous le constatons à partir des éléments d'analyse qui indiquent une fidélisation des clients. La formule que nous proposons ne crée pas des clients volages. Il apparaît à chaque ouverture de drive de nouveaux clients qui trouvent dans le service proposé des satisfactions quand à leur organisation vie familiale/travail. Nous recevons régulièrement des demandes de personnes qui souhaitent que nous ouvrions un drive près de chez elles.


Localisation du marché/organisation logistique

Une organisation structurante et de proximité

Le marché que nous visons se situe principalement en zone urbanisée. L'approche des grands axes de communications favorise l'attractivité des drives puisqu'ils sont proches des zones d'activité. Nous estimons qu'il peut être crée plus de 15 drives locaux sur le département de la Loire et presque autant autour de l'agglomération Lyonnaise. Il s'agit de développer des « comptoirs relais » points d'appui pour une prospection efficace des établissements de restauration collective - mailler les producteurs d'une zone de vie en déterminant des jours de distribution supercagette qui permettent une organisation rentable et logistiquement compatible. Cela nécessite de prendre en compte tous les aspects déterminant l'offre. Ainsi, pour chaque zone de chalandise, nous privilégions l’approvisionnement principal en légumes, viandes, fruits, fromages et boissons afin de disposer à proximité des structures de restauration collectives, d'un panel de produits propres à être livrés sans grandes contraintes, tout en favorisant la satisfaction des particuliers avec une offre minimum en produits frais de proximité. L’ingénierie d’approvisionnement de produits secs sera assuré par Supercagette/pro à partir de sa plate forme chaque semaine en fonction des commandes enregistrées sur le site. Nous pourrons fonctionner également avec un dépôt de stocks dans certains drives locaux où chez des producteurs volontaire pour regrouper l'offre du secteur.

Clients possibles

Dés décembre 2014

Les Cantines scolaires de Saint Genest Lerp - 300 convives jour, Lycée professionnel agricole de Précieux - 500 convives jour Lycée professionnel Agricole de Saint genest Malifaux – 200 convives jour restaurant l'Aromatic à saint Etienne restaurant le Bol Appetit à Saint Etienne Service de restauration des artistes du FIL Service de repas du bar le Remue Méninge 2 Crèches à Saint Etienne Maison de retraite la Récamière à la Ricamarie EPAHD de Firminy

dés janvier 2015

En disposant de moyens informatiques (plate forme web de commande et regroupement de l'offre) et logistiques (véhicule réfrigéré, local de préparation de commande), nous pourrons solliciter les cuisines centrales API restauration et Loire sud restauration pour un approvisionnement en fruits et fromages.

Il est prévu des liens de partenariats avec L'enseignement libre géré par l'OGEC pour janvier 2015. Nous réaliserons également une prospection des établissements scolaires en collège.

Concurrence

Elle dispose d'une force commerciale considérable et d'une organisation logistique puissante.


Principaux concurrents connus

Pro à Pro Prim Service RHD Metro Promocash


Points forts par rapport à la concurrence

L'organisation communautaire d'Intervals favorise la légitimité et la sympathie.

Nous ne sommes pas identifié faisant partie du bastion de la consommation de masse mais bien d'une sorte de consommation alternative et rebelle. Les clients peuvent avoir le sentiment d'être des privilégiés qui connaissent un bon plan qu'ils sont heureux de partager avec leurs amis. De ce fait, le bouche à oreille fonctionne plutôt bien. Cependant, notre démarche sincère et engagée, ne laisse pas la place à l'amateurisme au risque d'affronter un retour de bâton mérité. Les clients sont d'autant plus respectueux des bénévoles que le service rendu est qualifié pour une qualité égale de produits et chaque semaine. 2.2.3 - Politique commerciale Nous nous appuyons beaucoup sur les évaluations des clients de plus en plus nombreuses sur le site. Elles permettent de fédérer les gens autour d'une confiance collective. Aujourd'hui près de 90 % des avis sont très bons voir excellents.

2.2.3.1 - Stratégie commerciale et force de vente

Politique de produits Il s'agit de proposer une grande partie de l'offre de produits locaux provenant directement des exploitations où des ateliers culinaires de nos artisans locaux. Nous acceptons les revendeurs à la condition qu'ils réalisent un travail de transformation où de préparation. Nous privilégions les meilleurs produits qui sont en premier lieu testés lors de dégustation en présence de la clientèle qui donne son avis. Cela nous permet d'évaluer les retours et valider où pas l'entrée d'un nouveau producteur.

Politique de prix

Le prix pratiqués sont ceux du marché local du dimanche matin. Nous repérons fréquemment des produits similaires plus chers en supermarché. Exemple : les faisselles de vache conventionnelles à 3,10€ pour 2,60€ en bio sur supercagette. Autre exemple, le jus de pomme de Bissardon à 1,97€ à Géant casino pour 1,70€ celui de Raphael Fond sur notre site. Nous appliquons une commission de 12 % au prix hors taxe de tous les produits qui correspond au service proposé.

Politique de promotion/publicité, outils de communication

Notre chargé de communication Vanessa Sorze définit avec le coordinateur général la stratégie de communication de l'association. Elle est porteuse des valeurs de respect des clients, s'articule autour d'une consommation responsable et sans gaspillage. Pour cela, nous privilégions l'humour dans notre communication sur les réseaux sociaux. Vanessa a créé le personnage de « mamie Cagette » qui propose des recettes dans un langage emprunté au gaga. Notre news letters du mardi midi permet aux membre du site de prendre connaissance des nouveautés de la semaine.

Nous organisons également des événements conviviaux tels que dégustations et repas en lien avec nos producteurs qui fournissent les aliments. Présents sur facebook, twitter, G+, nous allons progressivement mettre en valeur les établissements clients en illustrant l'utilisation des produits locaux dans l'élaboration de leurs repas. Il est envisagé de réaliser des petits films que nous publierons sur le web, valorisant les cuisiniers autour de recettes locales. Pierre Daret, chef doublement étoilé pour sa cuisine dans deux restaurants, nous propose de tenir un rôle d'ambassadeur de supercagette. Il souhaite partager son savoir faire autour de recettes et proposer des plats à la vente sur le site. Voilà l'occasion de renforcer l'identité locale gastronomique en lien avec l'opération « Maîtres restaurateurs » initiée par la CCI de Saint Etienne. Cela consiste pour les restaurateurs participants de mettre à la carte un plat typiquement composé de produits locaux. En nous associant à ce dispositif, nous souhaitons valoriser le terroir et sa cuisine. Cette promotion est naturelle et correspond à notre vision d'une communication non agressive, où chacun bénéficie de l'impact sympathie.

2.3.1 - Les moyens existants

Actuellement nous ne disposons que d'une plateforme web en kit loué mensuellement 16€ HT. Nous avons adapté un site de e-commerce à notre activité d'intermédiaire en vente directe. Cet espace nous a permis de débuter sans aucun moyens. Aujourd'hui cette plateforme trouve ses limites et ne peut accueillir l'espace supercagette/pro. L'architecture est dépassée et non adaptée à une structure professionnelle. La structure technique est désuète. La gestion infographique ainsi que l'ergonomie, les fonctionnalités de gestion client et logistique doivent être performantes et stables. Le bricolage du début doit laisser place à une plateforme pouvant accueillir un nombre important de fonctions nécessaires au développement de l'activité.

2.3.2.3 - Investissements incorporels

Nous avons élaboré un cahier des charges graphiques et fonctionnel, base essentielle de sa construction par un prestataire professionnel. Le nouveau site doit permettre à notre équipe de gagner du temps, de l'énergie et favoriser un travail professionnel de gestion de commandes et de l'offre producteurs. Nous l'avons pensé pour le client professionnel dont le temps est compté qui doit intuitivement trouver ce qu'il cherche : factures, bon de commandes, offre de produits sur mesure, historique des commandes, etc.. Les producteurs pourrons mettre en ligne leurs produits, suivre leurs ventes, gérer leur stocks en ligne et accéder à une banque d'images correspondant à leurs produits. il s'agit d'utiliser un outil web qui sera avant tout la vitrine de l'association www.supercagette.pro

2.3.2.4 - Conclusion

- Aspects réglementaires (qualité, normes…)

2.3.3 - Processus industriel

Terre et épluchure vs hygiène et main-d'œuvre

Désormais, les cuisines centrales ne peuvent utiliser que des fruits et légumes transformés, c'est-à-dire préalablement nettoyés, épluchés, et mis sous vide. La raison ? Alors que les cuisines ne comptent plus assez de personnel pour éplucher les produits sur place, le stockage des épluchures et autres déchets de préparation pose problème pour des raisons d'hygiène. Dans ces conditions, la transformation doit donc s'effectuer au plus près du producteur. Problème pour le bio, les exploitations sont le plus souvent de petites tailles et disséminées sur un territoire. Difficile dans ce cas de déployer des unités de transformation. A l'image de la légumerie du Grand Cahors 46 qui emploi 8 personnes en insertion pour 8 tonnes jour de légumes traités ne représente qu'un cout de 260 000€.

Enfin la gamme dite de « légumerie » 4ème gamme, très appréciée des structures de cuisines centrales et établissements ne possédant pas l'équipement de préparation ainsi que le personnel dédié. Les produits de cette gamme sont toujours crus et prêts à l’emploi ou prêts à cuire. Ce sont souvent des crudités, de la salade lavée et épluchée, des carottes pelées et coupées en rondelles, etc. Ces produits sont conditionnés en sachets plastiques et conservés au frais (entre 0 et 4° C).


Panorama des Etablissement de santé : http://www.drees.sante.gouv.fr/IMG/pdf/etabsante2012.pdf

=

==

Résumé :

Modification mineure  Suivre cette page

Toutes les contributions à Movilab.org sont considérées comme publiées sous les termes de la Creative Commons Attribution (voir Wiki:Copyrights pour plus de détails). Si vous ne désirez pas que vos écrits soient modifiés et distribués à volonté, merci de ne pas les soumettre ici. Vous nous promettez aussi que vous avez écrit ceci vous-même, ou que vous l’avez copié d’une source provenant du domaine public, ou d’une ressource libre. N’UTILISEZ PAS DE TRAVAUX SOUS DROIT D’AUTEUR SANS AUTORISATION EXPRESSE ! Annuler Menu de navigation

   Pascal paire
   Discussion
   Préférences
   Liste de suivi
   Contributions
   Déconnexion
   Page
   Discussion
   Lire
   Modifier
   Afficher l'historique
   Suivre
   Accueil
   Modifications récentes
   Journal de bord
   Page au hasard
   Aide
   Chat IRC

Outils

   Pages liées
   Suivi des pages liées
   Importer un fichier
   Pages spéciales
   Information sur la page
   Politique de confidentialité
   À propos de Movilab.org
   Avertissements
   Affichage mobile
   Creative Commons Attribution
   Powered by MediaWiki

Les étapes marquantes, les détournements et évolutions du projet initial

Les freins, les problèmes non résolus, les défis

Les éléments facilitateurs

Conditions de réutilisation

Exemples concrets

(témoignages et portraits de porteurs du projet, d’acteurs, d’usagers : ce qui avait été prévu, ce qui a été fait au final, pourquoi ?, « si c’était à refaire ? »,– en texte, en vidéo…)

Des ressources pour aller plus loin

Bibliographie : livres, lieux et sites pour aller plus loin

Pour ne pas rester seul

(personnes ayant de l’expérience et prêtes à la partager, y a-t-il un réseau sur ce projet ?)

Quelques ressources pratiques

(courriers préremplis, outils d’animation…)

Retours d’expérience de ceux qui ont testé cette recette

(pas seulement le projet mais la recette qui l’explique) et suggestion pour l’améliorer

Passer à l’échelle ?

(Y a-t-il d’autres projets complémentaires…)

Un projet complémentaire : le Supermarché collaboratif



Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales