La co-création

De Movilab.org
Aller à : navigation, rechercher

Ces dernières décennies le processus d’innovation a été radicalement transformé avec l’apparition de la mondialisation, de la dérégulation, Internet, les nouvelles technologies et la raréfaction des ressources. L’innovation est un axe majeur pour rester compétitif, anticiper les tendances et futurs besoins et utiliser de façon optimale les nouvelles technologies. Pour garder un rythme suffisant dans leur développement et la proposition de nouvelles offres, les entreprises ne peuvent plus désormais compter uniquement sur leurs ressources internes pour innover. Elles doivent pour survivre créer un écosystème collaboratif dédié aux idées innovantes. Ce phénomène transforme les stratégies d’entreprise et leurs modèles économiques vers davantage d’ouverture. En parallèle, de nouveaux défis émergent et la limite entre compétition et collaboration se fait plus ténue. Comment équilibrer partage des ressources (intellectuelles, matérielles) et domination du marché ?

D'autre part, dans le contexte actuel, les entreprises se retrouvent dans l’obligation d’innover alors qu'il est difficile de créer de la valeur:

  • Pour créer quelque chose nouveau, il est nécessaire de croiser les connaissances de différents domaines. Les organisations actuelles sont-elles prêtes à croiser les connaissances ? Ce phénomène met en lumière la nécessité d’ouverture, de transparence et d’échange d’information et de connaissance.
  • Les entreprises font face à un dilemme social : « The tragedy of the commons ». Comment créer de la valeur sans détruire l’environnement tout en ayant une activité rentable.


Co-création et innovation

La création de valeur n’est plus liée à la création d’un produit mais à la création d’un espace d’expérience. Or, être compétitif sur l’expérience implique une modification de la notion de création de valeur. Elle implique d’être en capacité d’innover à toutes les étapes du processus d’innovation et de primer la flexibilité plutôt que l’efficacité1.

L’idée peut venir de n’importe quelle partie prenante : client, utilisateur, développeur, partenaire, fournisseur, distributeur, etc. Pour repérer des idées valorisable, il est incontournable d’intégrer les parties prenantes à différents niveaux du processus d’innovation. Cela permet, parmi d’autres exemples, de réduire le temps de mise sur le marché, d’anticiper les nouveaux besoins et d’adapter son offre. Les méthodes de co-création pour extraire les idées2:

  • L’idéation, par exemple IBM Innovation Jam, Dell IdeaStorm ou Invent with Nokia
  • La co-construction : c’est l’implication de parties prenantes en amont du processus de développement de l’innovation. Celles-ci expriment leurs idées, besoins, requêtes et ont la possibilité de les mettre en application
  • L’innovation des utilisateurs : l’utilisation est incontournable dans le processus d’innovation. L’objectif est d’utiliser la créativité des utilisateurs pour transformer leurs besoins et requêtes en produits et services concrets

Il existe des méthodes de co-création pour faciliter le développement d'une innovation, en résolvant les problème et en améliorant:

  • Le co-développement : ce sont les interactions entre utilisateurs et développeurs pour améliorer un produit déjà développé et l’adapter aux besoins des utilisateurs
  • La boite à outils : l’entreprise place l’innovation dans un cadre, et en donne des briques aux utilisateurs. Ceux-ci peuvent « jouer » avec pour modifier l’innovation

Les méthodes de co-création suivantes facilitent la commercialisation de l'innovation:

  • Le marketing viral : c’est à dire la diffusion de l’offre par les réseaux sociaux
  • La pré-vente : cette méthode permet à l’entreprise de vendre à ses futurs clients avant la mise sur le marché d’une offre. Cela lui permet d’avoir les fonds nécessaires pour le développement de l’offre et de s’assurer d’un marché.

Plus généralement, le crowdsourcing est une stratégie pour externaliser des activités liées au processus d’innovation, anciennement faites en interne. Cette stratégie est utilisée à différentes étapes du processus d’innovation : génération d’idées, développement de produits, design, marketing et résolution de problèmes3.


L'économie contributive

Adaptation en 9 minutes à partir d'une série autour de l'économie collaborative réalisée par Simon Lincelles (http://vimeo.com/user11401896) pour Arts Industrialis.


L’intelligence collective

Le terme Intelligence Collective englobe une diversité de méthodes permettant aux participants d’un groupe de contribuer à un objectif commun avec leurs capacités cognitives. Le postulat de départ de ces méthodes est que l’intelligence du groupe sera supérieure à la somme des intelligences individuelles isolées. C’est bien la rencontre d’une diversité de personnes dotées de leurs expériences, de leurs savoirs tacites et explicites qui nourrira une réflexion commune dans un cadre donné. Voici un exemple de processus d’intelligence collective  :

  • l’inclusion, pour permettre à chacun de se connecter au groupe
  • l’émergence des idées, avec diverses formes de brainstorming
  • la convergence, avec de la construction, du prototypage, etc.
  • la clôture, un espace pour que chaque participant partage ce qu’il a vécu4


Co-créer avec les employés

Cela implique de générer et de maitriser un flux de connaissance en interne et donc d’innovations. Impliquer les employés dans le processus de décision implique un changement dans l’organisation de la structure et donc dans le management. Il y a donc des pré-requis :

  • les structures doivent être cohérentes et des incitations à contribuer
  • les employés doivent avoir les compétences nécessaires5


Co-créer avec les clients

C’est un processus actif, créatif et social basé sur la collaboration entre les producteurs ou fabricants et les clients (ou utilisateurs). Les clients sont impliqués de façon active et prennent part dans la conception de nouveaux produits et services. L’objectif est d’utiliser les informations et compétences des clients et utilisateurs dans le processus d’innovation. L’avantage principal est d’alimenter la base de connaissances en besoins, applications et solutions technologiques.

On retrouve dans ce domaine par exemple des concours d’idées, des formulaires d’opinions, des boites à outils pour l’innovation-utilisateur, des boites à outils de personnalisation, et des communautés de clients co-créateurs. L’objectif pour les entreprises est d’offrir des produits et services adaptés au marché, de lier une relation interactive et « engageante » et avec ses clients et utilisateurs.

Une étude japonaise montre la corrélation entre succès et co-création d’un produit avec les clients et utilisateurs. (http://mass-customization.de/2013/01/featured-research-research-backup-for-our-long-term-observation-customers-prefer-user-generated-prod.html)6

Par ailleurs, il est intéressant de mettre les employés au contact des clients pour leur permettre de comprendre les besoins et fonctionnalités demandées et ainsi d’avoir la capacité de générer des idées pour le développement des prochaines offres7. Les employés en contact avec les clients tissent en outre des liens humains qui augmentent l’engagement des clients8.


Co-créer avec les fournisseurs

Impliquer les fournisseurs facilite la gestion du cycle de vie du produit en intégrant toute la chaine d’approvisionnement. Cela permet de faire correspondre la demande à la planification de la production et donc d’optimiser la gestion des stocks, notamment grâce à la communication en temps réels rendue possible par les nouvelles technologies9. D’autre part, la gestion des risques est partagée grâce à un processus de dialogue continu sur les besoins, le contexte, les risques environnementaux, etc. Les deux parties s’engagent dans le co-développement d’une stratégie de durabilité.


Co-créer avec les étudiants

Catégorie:L'éducation, les sciences et la recherche

Inviter ses parties prenantes implique une ouverture et un changement d’habitude culturelle et des risques. Elle implique de s’ouvrir sur ses idées, compétences, brevets, ressources, pour permettre à d’autres de proposer et d’améliorer. Elle suppose de maitriser le management des connaissances et de contrôler l’utilisation de propriétés intellectuelles. Néanmoins, les frontières de l’entreprise sont désormais plus poreuse et font évoluer les modes de pensée. Aujourd’hui, Un modèle économique intègre:

  • une stratégie partenariale
  • une création de valeur ouverte et co-construite
  • un processus d’innovation ouverte (open innovation)
  • un partage des flux de connaissances et d’information


itw de François Taddéi


Les Living Lab et tiers-lieux

Ce sont des lieux en dehors des frontières de l’entreprise qui rassemblent les utilisateurs dans le processus d’innovation. Ce sont par exemple les espaces de coworking et les FabLab. Ils sont fertiles quand ils sont dynamiques et quand ils laissent de la place à l’inattendu, au hasard créatif, « la sérendipité »10.


En résumé

Pour conclure, la cocréation :

  • Change les rapports entre acteurs de la chaine de valeur et leur perception
  • Challenge les modèles économiques
  • Incite à l’ouverture et l’open innovation
  • Implique un changement de culture et de système de pensée pour adopter un autre type de management11


Références

  1. "Value creation and decision-making in sustainable society", K. Ueda, T. Takenaka, J. Vancza, L. Monostori, CIRP Annals - Manufacturing Technology, Volume 58, Issue 2, 2009.
  2. "Open innovation : A typology of User Involvment in the Context of the Web 2.0-paradigm", Dimitri Schuurman, Bastiaan Baccarne & Peter Mechant, Communications & Strategies, n° 89, 1st quarter 2013, "Open Innovation 2.0, Co-creating with users", edited by Gilles Fontaine, Anna Maria Koeck & Denis Lescop.
  3. "Crowdsourcing as an Innovation Strategy, A study on Innovation Platforms in Austria and Switzerland", Milica Sundic, Karl-Heinz Leitner, Communications & Strategies, n° 89, 1st quarter 2013, "Open Innovation 2.0, Co-creating with users", edited by Gilles Fontaine, Anna Maria Koeck & Denis Lescop.
  4. Shabnam Anvar, http://blogs.lexpress.fr/suv/2013/09/02/open-innovation-intelligencecollective/
  5. "Psychologie du changement", Emily Lawson and Colin Price, The McKinsey Quarterly, 2003, Number 2.
  6. Interview with Frank Piller, Aachen University, Germany / MIT Design Lab, USA, in Communications & Strategies, n° 89, 1st quarter 2013, "Open Innovation 2.0, Co-creating with users", edited by Gilles Fontaine, Anna Maria Koeck & Denis Lescop.
  7. "Customer co-creation in service innovation", Journal of Service Management.

Emerald Article: "Customer co-creation in service innovation: a matter of communication?", Anders Gustafsson, Per Kristensson, Lars Witell, 2013.

  1. "It's about human experiences... and beyond, to co-creation", Venkat Ramaswamy, Industrial Marketing Management, 2010.
  2. "Value creation and decision-making in sustainable society", K. Ueda, T. Takenaka, J. Vancza, L. Monostori, CIRP Annals - Manufacturing Technology, Volume 58, Issue 2, 2009.
  3. Interview with Henri Verdier, Director of Etalab, Services of the French Prime Minister, in Communications & Strategies, n° 89, 1st quarter 2013, "Open Innovation 2.0, Co-creating with users", edited by Gilles Fontaine, Anna Maria Koeck & Denis Lescop.
  4. "Psychologie du changement", Emily Lawson and Colin Price, The McKinsey Quarterly, 2003, Number 2.

AbeillePollen32px.png Pages MoviLab liées

Autres ressources



Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales