Kpa-Cité/Construire

De Movilab.org
Aller à : navigation, rechercher

< Kpa-Cité

Construire une coopérative de quartier

Description du programme KpaCité

A découvrir, le site Kpa-cité : http://kpacite.initiative.place

Kpa-cité a pour objectif d'accompagner la création de lieux ouverts et partagés en coeur de quartier, permettant à leurs participant.e.s d'explorer différentes pratiques liées aux enjeux des communs, du numérique et de l'innovation sociale. En parallèle, l'enjeu est d'accompagner à la création de coopératives ouvertes permettant de déployer les savoirs-faire de chacun.e et de générer une économie porteuse de sens dans la durée.

On parle d'organisation ouverte ou de marque ouverte pour faire référence à 1) l'ouverture des formes de gouvernance (entreprise libérée) 2) l'ouverture des modes de collaborations et des modèles productifs (les communs) 3) l'ouverture des espaces (tiers-lieux).

1) L'ouverture des formes de gouvernance - entreprise libérée

2) L'ouverture des modes de collaboration et des modèles productifs - les communs

Plus d'informations sur les communs ici.

3) L'ouverture des espaces - tiers-lieux

Plus d'informations sur les tiers-lieux ici.

Les ingrédients pour créer un KPA-Cité

Un “tiers-lieu”: un lieu ouvert, partagé, convivial, multi-fonctionnel ;

Un équipement pas-à-pas en fonction des moyens disponibles et des partenaires présents sur le territoire ;

Un groupe de personnes intéressées (à partir de 16 ans) par le développement d’une activité économique ;

Une équipe d’accompagnement (technique et coaching) ;

Une structure de portage juridique et financière (CAE, couveuse…);

Un fonctionnement inspiré de la philosophie des communs.

Le lieu

Une même Kpa peut avoir un ou plusieurs lieux.

Quelques critères pour le choix du lieu, par ordre d'importance :

- un lieu neutre que les participants peuvent s'approprier, y avoir accès de manière autonome, y faire du bruit.

- un lieu permettant l'aménagement d'espaces de travail (cuisine, fablab, matériel de sérigraphie, menuiserie, couture...) ou se trouvant à proximité d'espaces mutualisés de travail

- un lieu en coeur de quartier prioritaire, au plus proche du "public cible"

- dans un quartier vivant où des services économiques peuvent se développer (services à la personne, micro épicerie, café, bricolage, réparation, jardinage, etc...).

- idéalement un lieu vitrine, commercial sur un espace passant, pour favoriser la visibilité du projet à la fois pour le recrutement et pour atteindre de nouveaux clients.

L'équipement

Le lieu sert plusieurs fonctions. Différents espaces (travail, détente...) peuvent donc y être aménagés avec un équipement de base. Récup, recyclage, il est possible de commencer avec un petit budget et au fur et à mesure des besoins et des moyens disponibles, de diversifier les équipements:

- quelques ordinateurs, une imprimante, des armoires et boîtes de rangement

Puis en fonction des activités développées:

- des plaques de cuisson, un four, un frigo. Attention au respect des normes d'hygiène et de sécurité alimentaire!

- une ou deux machines à coudre

...

Les participants

- Un groupe composé de 10 à 20 personnes idéalement, mais il est déjà possible de commencer avec 2 personnes !

- Nous recommandons un âge minimum de 16 ans, âge minimum légal permettant à une personne de signer un contrat CAPE mais il n'y a pas d'âge maximum. Nous sommes donc sur un public inter-générationnel.

- En dehors de l'âge minimum, la motivation est le critère essentiel pour pouvoir participer à un Kpa-cité.

- Un critère supplémentaire qu'il est possible d'ajouter est l'adhésion à une charte ou un ensemble de valeurs et de règles.

Il est important de diversifier les publics tant en termes d'origines sociales et culturelles qu'au niveau de l'âge. Cela permet de favoriser l'émulation entre les participants, l'ouverture vers l'autre et la découverte de nouveaux horizons.

Pour le recrutement, il peut être judicieux de commencer par cibler les structures d'insertion (missions locales, école de la 2ème chance), de jeunesse (centres sociaux), les maisons et comités de quartier. Soit l'information est communiquée auprès des structures qui les transmettent auprès de leur public, soit une petite animation est organisée par des membres de la coopérative avec une personne de l'équipe de coordination pour présenter le projet.

L'Equipe d'accompagnement

L'organisation de l'équipe se veut le plus "contributive" possible. C'est à dire que les accompagnateurs.trices interviennent pour répondre au mieux aux besoins du projet. Afin de pouvoir structurer le projet, il est important d'avoir des personnes ayant des compétences autour de :

  • la gestion/coordination de projet ;
  • l'animation ;
  • le suivi au niveau économique ;
  • le coaching et l'accompagnement individuel et collectif ;

Ensuite, tout l'enjeu est de mobiliser une communauté de profils avec des savoir-faire spécifiques, à définir selon la demande. Par exemple : la menuiserie, la sérigraphie, la cuisine, la couture etc.

Pour permettre un maximum de souplesse dans l'évolution du projet, il est important que les ressources humaines elles aussi puissent être mobilisées en fonction des besoins des participants et des demandes de prestations.

Aussi, l'enjeu est vraiment de faire que les coopérants deviennent eux même accompagnateurs et puissent à leur tour accompagner le projet en fonction de leurs compétences et envies.

C'est pourquoi, plutôt qu'un statut de salarié qui risquerait de "figer" ce rapport accompagnateur/accompagné, nous recommandons que les différents membres de l'équipe interviennent en tant que prestataires qui facturent leur temps de travail a posteriori.

Il est important de s'entourer de professionnels du domaine psycho-social (éducateurs, psychologues), de la santé, vers lesquels orienter les participants lorsqu'ils rencontrent des difficultés qui dépassent le périmètre d'accompagnement de la coopérative. Plus largement, il est intéressant de constituer un écosystème d'associations ressources pouvant proposer des formations et ateliers dans des domaines qui peuvent être un frein à l'épanouissement de la personne au sein de la coopérative, par exemple remise à niveau en français, en mathématiques, etc.

Nous sommes en train de créer des "pools" de compétences, ce qui permettra à différents Kpa-cités regroupés sur un territoire de mutualiser les savoir-faire leurs différents intervenants.

Une structure de portage juridique et financier

Différentes options existent pour le portage juridique et financier du projet. Dans tous les cas, il est important que les membres de la coopérative puissent bénéficier d'un statut leur permettant de percevoir des rémunérations. Le contrat CAPE (Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise) présente différents avantages. Il permet, pendant une durée de 12 mois, renouvelable deux fois:

  • de vérifier la faisabilité de son projet, de tester ou de lancer son activité et surtout, de commencer à prospecter et à produire en utilisant le n° SIRET et le code NAF de la CAE;
  • de cotiser pour la retraite et le chômage
  • d'avoir accès au régime général de la sécurité sociale
  • d'avoir accès à la couverture obligatoire au titre des accidents du travail
  • d'être couvert par une assurance dans le cadre des prestations réalisées
  • le maintien des aides sociales (RSA, CAF) et allocations chômage pendant la durée du CAPE.

Le CAPE est proposé soit par une entreprise soit par une association.

Il peut être intéressant de s'appuyer sur une Coopérative d'Activité et d'Emploi ou une Couveuse d'Entreprise existante sur le territoire.

A défaut, il est aussi possible de créer une CAE sous forme associative ou coopérative.

Un fonctionnement inspirée de la philosophie des communs

– des ressources partagées: un lieu, une marque commune, un réseau de clients, etc.

– une gouvernance partagée et ouverte à l’ensemble des membres actifs

– un cadre, des règles, des normes pouvant toujours être remis en cause et adaptés 

– une recette ouverte afin de permettre à d’autres de la copier ou du moins de s’en inspirer 

– une ressource protégée, maintenue par ses usagers-contributeurs

Quel cadre?

Tout l'art repose dans la recherche d'un cadre :

- souple: qui permet à chacun de se sentir libre de rentrer et sortir à tout moment, de créer sa place au sein de la coopérative ;

- sécurisant pour chacun et pour le groupe: un cadre qui garantit respect mutuel, bienveillance et non-jugement entre les membres. Il suffit parfois d'une seule personne, qui n'a pas compris l'esprit du projet, pour mettre à mal l'ambiance au sein du groupe.

Exemple de charte de la Cape/ Kpa-roubaix ici.

Diffusion / Essaimage

  • Si besoin d'essaimer, enjeu d'avoir un lieu fédérateur à l'échelle de la ville où des gens des autres quartiers ou villes peuvent venir s'approprier le fonctionnement. Afin par exemple de permettre à des animateurs de centres sociaux de venir et de se former pour ensuite essaimer.
  • Enjeu d’ouverture de duplication, d’essaimage.
  • Enjeu de documenter :
    • importance de documenter et de garder 1 trace de ce qui est fait pour pouvoir le partager et le mettre à disposition des autres territoires

Outils d’organisation collective :

  • Planifier les actions :
    • un planning mensuel avec une post-it par prestation/action, et les personnes référentes de chaque prestation s'identifient sur chaque post-it.
    • Kanban : c'est un tableau, en ligne ou en présentiel, qui permet d'identifier les actions à faire, en cours, et faites.
  • Se former: Plutôt qu'une formation au début qui pourrait être indigeste pour les membres et ne pas permettre 1 appropriation par les nouveaux arrivant-e-s, on peut profiter de la présence d'anciens pour encourager la formation pair-à-pair entre les membres
  • Communiquer entre les membres: il est important de trouver un outil qui permettra d'être réactif (organisation de réunions, mobilisation sur des prestations, etc.), et qui ne soit pas excluant pour les membres du groupe:
    • cela peut être un groupe messenger
    • ou un groupe whatsapp
  • Laisser des traces
    • un journal que l'ensemble des membres peuvent venir modifier: il s'agit d'un relevé de discussions et d'actions, jour après jour. Cela a l'avantage de garder une trace de ce qui se passe, et aussi de permettre aux membres de s'impliquer à tout moment dans une action, en s'appuyant sur l'historique. Exemple de journal ici
    • un drive ou un équivalent en opensource, qui permet de stocker des documents partagés en ligne.
  • Gouvernance :
    • une charte construite avec les membres, et modifiable à tout moment
    • un outil collaboratif de prise de décision en ligne type loomio, framavox ou en présentiel pour prendre des décisions
    • un point gouvernance régulier pour mettre en avant les points de blocage et les aspects à discuter en grand groupe;
  • Gestion du lieu : Va dépendre des gens motivés au quotidien. Une astuce peut être de se donner un temps de 2h où l’on fait des actions collectives tous ensemble (ménage, bricolage, comptabilité, etc…)
  • Répartition financière :
    • La rémunération a posteriori permet de laisser les membres libres de contribuer aux actions qu'ils souhaitent en fonction de leurs disponibilités, et libres ensuite de se rémunérer en fonction de ce qu'ils ont effectivement réalisé;
    • Exemple d'outil de répartition financière. L'idéal est de réaliser les répartitions en groupe, une fois que plusieurs prestations ont été réalisées, et que les clients ont payé.

Suivi individuel et collectif des membres

  • Enjeu d’avoir des entretiens individuels pour avoir 1 suivi personnalisé pour les accompagner dans la durée,
  • Jeux coopératifs et animations pour identifier les compétences de chaque personne,
  • Mise en place de parcours d'accompagnement structuré et structurant pour les membres,

Aspects entrepreneuriaux :

Voir des idées de services décrits ici.

  • Trouver des prestations,
  • Faire du démarchage,
  • Base de clients / contacts,
  • Formation aux prestations,
    • Comment aussi adapter les prestations pour les ancrer sur des démarches ouvertes et partagées. Que les prestations servent de prétextes à rencontrer les voisins et créer des liens avec les personnes autour, à créer des activités porteuses de sens. L'enjeu étant d'instaurer une démarche inclusive et durable dans les quartiers.
      • Exemple du jardinage où les habitants ont été impliqués.
      • Discosoupe : Si mise en place d'une discosoupe en s'inspirant des contenus mis en ligne par le collectif discosoupe, penser à nourrir la ressource via un système de réciprocité.

Entrepreneuriat autour des communs

  • Coopcycle
  • Libre taxi
  • Carte touristique de la ville avec crowdfunding ou 1 subvention jeunesse (exemple : département)
  • Achat groupé (Open Food France)
  • Repas à prix libre du midi (design du prix conscient important à appréhender)
  • Disco Soupe
  • Fabrication d’objets

Nourrir la dynamique collective :

  • Voir un agenda type ici ou des idées d'actions ici,
  • Coup de coeur, coup de masse : qu’est-ce qui m’a plu et déplu dans le journée,
  • Temps d’inspirations (reprendre le wiki) “Inspiration - Sujets de société”,
  • Repas ensemble, cuisine collective et glanage de nourriture aux marchés, dans les magasins bio à une certaine heure, définie avec les vendeurs,
  • Temps conviviaux, goûters etc.

Communication :

  • Site internet,
  • Flyers,
  • Groupe et page Facebook,
  • Un compte instagram
  • Wiki,
  • Une boîte mail commune pour les contacts clients/partenaires, dont les identifiants sont connus des membres.
  • Un numéro de téléphone commun
  • Timeline ? Reprendre l'exemple de “comment créer 1 tiers lieux”

Aspects et outils en lien avec la coordination :

  • Trello
  • Schéma de coordination
    • Partenaires impliqués pouvant participer au projet et apporter un soutien
  • Budget de suivi du projet : transparence & communication
  • Tableau de suivi des membres (quartiers prioritaires à valoriser)
  • Rédaction d'une charte
  • Points gouvernance pour évoquer les avancées du projet, les blocages et acter des décisions
  • Loomio (écriture des règles qui ont été décidées après chaque réunion) et possibilité de suivre et de participer à distance

Suivi du budget de répartition de l'argent

  • Répartition à la semaine (selon ce que les membres estiment “juste”),
  • Interventions de la structure économique pour former les membres et expliquer le fonctionnement des coûts liés à l’entrepreneuriat (charges sociales et patronales),

Gouvernance du projet

  • Les Kpa-cités travaillent ensemble. Des temps contributifs réguliers sont organisés ce qui concerne un Kpa, concerne les autres, mutualisation des outils,
  • Une charte de Kpa-cité a été rédigée et est consultable,

Reconnaissance et indicateurs

  • Pour le moment, la participation à un Kpa-cité n'est pas reconnu comme un parcours qualifiant ou certifiant. Nous commençons à travailler avec des acteurs de la formation pour voir dans quelle mesure ces activités peuvent être reconnues,
  • Reconnaissance du concept de "formation informelle"