Genèse de TTC-OFS16 par le concierge

De Movilab.org
Aller à : navigation, rechercher

Le concierge

Intention du Concierge

Ma 1ère intention n'était pas d'organiser un événement public, mais plutôt de trouver un moyen de (re)fédérer la communauté autour d'un prétexte clair, simple et rapide. En effet, depuis notre installation dans nos locaux il y a un peu plus d'un an, nous n'avions pas pris le temps de faire le point sur nos compétences individuelles et collectives, sur les ressources et les outils accumulés, sur notre capacité à réaliser des projets communs.

L'achat du camion va me donner une piste, ce camion n'est pas un simple camion ! Il appartenait à des amis, des personnes qui comme nous il y a quelques années en arrière ont décidé de tout plaquer et de créer le Troquet Numérique à Bourgoin Jailleu le petit frère du Comptoir Numérique à Saint Etienne. Malheureusement leur aventure s'est terminée en 2015 par une liquidation judiciaire de la la SCOP qui le portait, et le camion allait partir aux enchères. Plus d'une 10aine d'étapes du Tour de France du Télétravail et des Tiers Lieux, la participation au Grand Ramdam en Aquitaine, 2 rencontres des Tiers Lieux Open Source francophones... on ne pouvait pas le laisser partir ! Ce camion n'est pas (plus) un véhicule mais un totem, un "objet art" qui nous rappelle ce que nous avons fait et nous interpelle sur ce que nous faisons.

C'est à peu près au même moment que nous lançons le projet de la maison Jules Verne et que Aurélien décide de racheter l'AX de ses parents pour une somme symbolique, 250 €. Ce véhicule est parfait pour réaliser 2, 3 fois par semaine les aller retour entre Saint Etienne et Aurec sur Loire. C'est alors que l'idée de ré-ouvrir le projet du Medialab nomade ressurgit de nos carton.

Et puis tout va basculer lorsque Ciel les Noctambules viennent nous rencontrer au FabCafé pour parler d'un nouveau projet : aménager pour la 2ème fois une caravane en une infrastructure vidéo mobile, mais cette fois ci ils souhaitent y ajouter des services numériques. Du genre ? Et bien partager des vidéos, des sons sur le principe d'une pirate box, intégrer des capteurs pour retransmettre de l'information... l'idée de TinyTilios se dessine peu à peu.

Partir sur l'aménagement de véhicules connectés d'accord, mais il me manque encore le plus important, quel véhicule propre donner à OpenFactory ? Et pourquoi pas ce vélo cargo qui traine dans la cours depuis plus d'un an ! En effet, pour OpenFactory qui déménagera une partie de ses activités dans le nouveau bâtiment de la pré-fabrique, le besoin principal de mobilité se situe à l'échelle du quartier créatif plaine Achile. Permettre d'être visible, lisible et accessible en dehors de nos murs pour toucher le plus grand nombre. Et puis, n'ayant toujours pas d'eau, un vélo cargo est idéal pour transporter la vaisselle entre OpenFactory et le Mixeur... nous avions trouvé le 4ème véhicule.


Eléments déclencheurs

Opportunité ou nécessité, la suite nous le dira, cette envie d'organiser TinyTiliosCamp va se croiser avec le laboratoire de recherche de la Cité du Design qui vient me rencontrer fin 2015 pour me proposer d'être un des prochains commissaires de la Biennale 2017. Le thème étant les mutations du travail, les Tiers Lieux y auront une place de fait me dit on.

Oui mais rapidement se pose la question de comment travailler ensemble ? Organiser un triptyque de 3 événements permettant de "faire" Tiers Lieux...


L'implication des étudiants

Certainement la plus belle surprise de cet événement. En 5 années d'animation dans le quartier créatif, c'est la première fois que je constate une telle motivation de participer de leur part. Que ce soit pour nous soutenir moralement et financièrement en co-organisation par exemple la soirée de soutien de fin de semaine ou mieux... en décidant de ne pas aller au cours cette semaine et venir spontanément participer au workshop.


Freins rencontrés

En 10 années d'animation et d'organisation d'événements plus ou moins important, c'est la 1ère fois que je galère autant ! Que ce soit en terme de lieu, de moyens financiers mais aussi et surtout (c'est nouveau) d'implication de la communauté autour d'OpenFactory. Pour résumer, même ceux d'entre nous qui sont au RSA on des agendas blindés à 3 mois et peine à s'engager. Le vrai problème c'est que la crise qui nous a fait imaginer et réaliser nos Tiers Lieux s'est amplifiée, après les envies toutes azimutes de ces dernières années, forcé de constater que tout le monde n'en peut plus.

Pourquoi fait on des événement collaboratif ? A quoi ça sert ? Qu'est ce que cela me rapporte ? etc.


Du côté des partenaires, la parole n'engage que ceux qui l'écoute... et j'ai écouté. Lorsque j'ai proposé, et qu'il a validé, au Conseil d'Administration d'OpenFactory de mettre le triptyque d'événements en place, il s'agissait de prendre 5 000 € par événement sur les 75 000 € de subvention annuelle versée à OpenScop pour développer le FabLab dans le quartier créatif plaine Achile. De l'autre côté, la Cité du Design s'était verbalement engagée à me verser 5 000 € sur ce 1er workshop en attendant que le commissariat "Tiers Lieux, Numérique et Design" se mette en place.

10 000 € d'assuré pour un workshop estimé raisonnablement à 15 000 € pour la semaine, les choses étaient bien engagées.

Oui mais c'était sans compter sur les pressions extérieures... en 15 jours, j'apprends que Saint Étienne Métropole à interdit à OpenScop de reverser les 5 000 € à la POC Foundation pour l'organisation du TinyTiliosCamp sous le prétexte que cette argent devait permettre de développer le FabLab dans le quartier (visiblement pas avec les habitants par contre) et que ce workshop ne pouvait pas rentrer dans ce financement.

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, la Cité du Design revient sur sa décision et m'annonce que ce que m'avait promis le directeur de la recherche n'est plus d'actualité et que si je veux des fonds de leur côté, il faudra d'abord livrer tous le dossier du commissariat "Tiers Lieux, Numérique et Design". Sachant que ce workshop devait lancer la dynamique et nous permettre collectivement de réaliser ce document, autant dire que TinyTilosCamp venait de prendre du plomb dans l'aile.

Je décide bien sur de réagir et d'aller voir Saint Etienne Métropole pour obtenir des explications, la réponse fut sans appel : "De toute façon, si on ne met pas d'argent ton workshop n'aura pas lieu !"


Une jambe arrachée, un œil crevé et un poumon en moins... je ne baisse pas les bras et décide d'aller au bout. Alors que je pensais trouver du soutien auprès de la communauté OpenFactory, je m'aperçois que le mal est plus profond, 2 clans ont fait leur apparition avec d'un côté ceux qui ont capté les subventions de ces dernières années et les autres.

Si je devais résumer cette section, je dirais qu'une fois de plus c'est l'argent public qui est venu mettre le bazar dans cette dynamique qui se voulait collective. Je pense honnêtement que ce type d'événement doit se faire "avant impôt" c'est à dire financé par crowdfounding avec abattement fiscal car une fois notre argent versé à l'état et donc aux collectivités, il sera forcément plus difficile d'en bénéficier...


Le 29 mars, 10h, on remet les compteurs à zéro et on positive. La suite reste à écrie...