Définition des Tiers Lieux

De Movilab.org
Aller à : Navigation, rechercher
Facebook.png

Autrans tilios.png


Né d'une approche sociologique de nos territoires, le concept de "Tiers-lieu" se développe en France et dans le monde à grande vitesse.

Ils sont destinés à être des espaces physiques ou virtuels de rencontres entre personnes et compétences variées qui n'ont pas forcément vocation à se croiser.


C'est lors des rencontres d'Autrans en 2012 que le rapprochement de MoviLab et des Tiers Lieux donne naissance à la communauté francophone des développeurs de Tiers Lieux Libres et Open Sources / TiLiOS.


Mot chapeau au 1er abord pour rassembler sous une même et grande famille les espaces de coworking, les FabLab, les HackerSpaces, les jardins partagés et autres habitats partagés ou entreprises ouvertes, le Tiers Lieux (écrit avec des majuscule) est devenu une marque collective ou l'on pense ces singularités nécessaires à condition qu'elles soient pensées et organisées dans un écosystème global ayant son propre langage pour ne plus être focalisé sur des lieux et des services d'infrastructure, mais vers l’émergence de projets collectif permettant de co-créer et conserver de la valeur sur les territoires.



Définition pour les pressés : 

* Proverbe de Concierge : "Un Tiers Lieux ne se définit pas par ce qu'il est mais par ce que l'on en fait !"
* Un Tiers Lieux c'est 3 choses à la fois : un service + un outil + un processus !!
* C'est fait par et pour des individus, des structures, des groupes et des communautés !!!
* Pourquoi on fait des Tiers Lieux ? Travailler, Vivre, Entreprendre et pour beaucoup survivre... et plus si affinités...


Introduction

Interview de Michel Bauwens, Président de la P2P Foundation lors des Roumics 2014 sur la thématiques des communs.


Conclusion de l'itw : "La France se donne une fausse image d'elle même, à cause d'une sorte de tradition Jacobine on ne voit rien des vraies innovations, les médias, les partis, on en parle jamais. Par contre dans le monde civique il se passe énormément de choses e et une de ces particularités c'est cette pensée du Tiers Lieux.

Alors il y a des Tiers Lieux dans le monde entier, mais le fait de le penser d'une façon stratégique, je n'ai pas vu ce système de pensée comme par exemple dans le monde anglo-saxon. Oui on fait des FabLab, on fait des espaces de coworking, mais cette notion de Tiers Lieux Open Source ce n'est pas une notion que j'ai rencontré en dehors de la France. Donc ça pour moi c'est un don des commoners Français au monde. Il faudrait que ce discours se répande un peu plus."



Son interview complet
Le communiqué de presse de cette intervention en juin 2013


Roumics 2014 : les Tiers Lieux


La définition des tiers lieux retenue dans le cadre de Movilab

Tilios-01.jpg

Le Tiers Lieux s’envisage comme l’ordinateur des villes et des organisations. Ses murs et ses ressources matérielles sont le boîtier, la machine vide, creuse, dont le design diffère en fonction des goûts et des moyens. Les communautés sont les logiciels, les différents services qui animent la machine. Le patrimoine informationnel commun, soit ici Movilab, est le système d’exploitation qui assure le lien entre la machine et les services.

  • Lorsqu’un individu pénètre dans un Tiers Lieux, il rencontre d’autres personnes. Chacun d’entre eux participe d’une manière ou d’une autre à une certaine communauté de pensée ou de pratique. L’individu peut, s’il le souhaite, simplement utiliser les services proposés par ces communautés. Il entre alors dans un rapport classique d’échange où il profite de certaines réalisations ou de certaines compétences, entraînant selon les cas une approche marchande ou non marchande. L’individu consomme de manière basique le Tiers Lieux, comme d’autres utilisent uniquement des logiciels pré­-installés sur un ordinateur.
  • Il peut également participer et améliorer les services existants. S’il le souhaite, l’individu commence à travailler avec les autres personnes, à explorer avec eux des pistes. Cela peut se faire en donnant de son temps ou de son savoir. À terme, il peut se professionnaliser dans ce secteur et y développer sa propre activité. L’individu utilise ici le Tiers Lieux de manière active, comme d’autres participent à l’amélioration de certains logiciels et exercent ensuite leurs activités en rapport avec l’expertise acquise. L’individu peut également travailler à l’installation d’un autre service dans le Tiers Lieux. Cela passe nécessairement par la documentation de son projet dans le patrimoine informationnel commun.
  • Il peut enfin exploiter le patrimoine pour créer sa propre activité. En transformant les informations brutes en quelque chose.


Un manifeste des Tiers Lieux

Répondre aux besoins de visibilité, lisibilité et appropriation collective sur le thème des tiers lieux par les territoires et leurs habitants avec la culture de l’open source au coeur de la démarche.

Les glossaires et les lexiques ne peuvent-être suffisamment complet car il faudrait en créer un par individu, par structure et par territoire tant le sujet est complexe, transversal et multi-culturel. L'enjeu est ainsi d'apporter une lecture “Politique” à une dynamique mondiale.



Alléger la Ville - Des stratégies de lieux partagés

L’expédition de la Fing "Alléger la ville" visait à explorer d’autres approches du numérique urbain : au service de la créativité et du dynamisme de tous les acteurs de la Ville, favorisant l’émergence de réponses légères, agiles, diverses, émanant de toutes les énergies du territoire. Les "Stratégies de lieux partagés" sont une des 5 pistes d'innovations issues de l'expédition : Faire des lieux « partagés » un outil des politiques et stratégies de densification, de rétablissement de la proximité, du lien social, de la cohésion sociale, du développement économique et de la qualité d’un territoire.

licence d'utilisation de cette présentation

Présentation générique

C’est le sociologue Américain Ray Oldenburg qui a introduit en 1989 la notion de tiers-lieux. Oldenburg s’intéressait à la naissance de nouveaux lieux, intermédiaires entre le domicile et le travail et adaptés à un style de vie urbain, individualisé et mobile. "Les « tiers-lieux » se développent dans le monde entier. Ni privés, ni publics, ils composent une solution hybride entre espace personnel et espace ouvert, domicile et travail, convivialité et concentration. Les tiers-lieux réunissent un certain nombre de conditions permettant les rencontres informelles et favorisant la créativité issue des interactions sociales, notamment à travers l’ouverture, la flexibilité, la viabilité, la convivialité et l’accessibilité. Les amis occasionnels, les habitants d’un quartier, les professionnels d’un secteur, peuvent s’y retrouver et en faire le carrefour de leur communauté. Parmi les utilisateurs réguliers, la conversation est le centre des activités et l’humeur est détendue.

Les rencontres informelles et familières dans ces lieux n’ont pas forcément à être planifiées entre les individus qui s’y croisent et s’y retrouvent. Les tiers-lieux peuvent être vus comme des lieux dits « de passage » qui attribuent un sens nouveau à l’espace et à la culture à travers les communautés qui se forment et se rassemblent, des réseaux qui se tissent et grandissent autour des usages que l’on en fait. Dans ce cadre, le « café du coin », le bar connecté, le squat d’artiste ou le centre culturel en tant qu’espaces publics servant de point informel de rencontre peuvent devenir des tiers-lieux selon l’usage qu’en font les individus qui les animent, occupent et visitent. Plus qu’une simple caractéristique spatiale, les tiers-lieux sont donc en grande partie le produit des relations humaines, des interactions créatives et des modes d’organisation sociale et professionnelle dominant les sociétés contemporaines.

Chaque «tiers-lieu» a sa spécificité, son fonctionnement, son mode de financement, mais tous favorisent la créativité, l’initiative et le partage. On assiste actuellement à l’émergence d’un nombre croissant de ces tiers-lieux. Leur fonction se formalise, se professionnalise et parfois se spécialise." (source : Article de Christine Balaï).

Pour une description générique plus développée du concept de tiers-lieu, lire l'article intégral de Christine Balaï.

Le tiers-lieu gagne à être envisagé à travers plusieurs prismes interdépendants les uns des autres :

  • Le prisme sociologique : par nature, le tiers lieu est fait de relations et d'interactions sociales. Il agit comme une fabrique de lien et de capital social, comme carrefour de rencontre, comme espace dans la Cité. Il renvoie à des pratiques culturelles, aux notions de vivre et co-créer ensemble et transcende les projets individuels des uns et des autres pour leur donner une dimension collective.
  • Le prisme socio-professionnel puisqu'il peut devenir un lieu de référence où des professionnels et des proams de domaines variés peuvent se rencontrer, échanger et travailler
  • Le prisme économique : lieu de travail, d'échange et de croisement, le tiers-lieu est à considérer comme une fabrique d'innovation. Comme le dit Elena Lasida dans son dernier ouvrage, la création consiste à établir des relations nouvelles entre ce qui est confondu. Nous sommes ici au cœur de la dynamique des tiers-lieux, et cette créativité peut évidemment déboucher sur la création de richesses financière et non financière, et donc sur une valeur économique avérée.
  • Le prisme culturel : le tiers-lieu est empreint de valeurs d'ouverture, de solidarité, d'échanges et de partages. Loin de se cantonner à la seule sphère du travail, il invite à transformer son usager en acteur co-créateur de sa réalité et de ses projets. Porteur d'une culture proactive, il est aussi lieu de création et d'échanges culturels
  • Le prisme territorial : véritable centre de ressources pour ses usagers, le tiers-lieu devient également un centre de ressources pour son territoire, qu'il contribue à interroger et à dynamiser. Parce qu'il met ses publics en rôle actif de co-création, le tiers-lieu a tout intérêt à être mis en parallèle avec une dynamique territoriale.


Pages associées et associables


Documentation des Tiers Lieux




Accueil - Définition de MoviLab - Qui porte et constitue MoviLab ? - Pourquoi contribuer sur ce wiki ? - Comment contribuer sur ce wiki ? - Conciergerie MoviLab - Mentions légales